Africa: Year in Review 2021

Text size +-
Share

En Français

– The continent saw growth this year, although its recovery remains fragile

– A key issue is low vaccination rates, with much of the region still unvaccinated

– The ratification of the African Continental Free Trade Area is set to bolster trade

– A positive outcome of the pandemic has been an expansion of 4IR technologies

Driven by a combination of higher commodity prices, the relaxing of lockdowns and a recovery in global trade, Africa has had some success in overcoming the recession provoked by the coronavirus pandemic and returned to growth in 2021.

In its most recent outlook, released in October, the IMF predicted that the continent as a whole will see growth of 5.1% this year, with North Africa to expand by 6% and sub-Saharan Africa 3.7%. The global average is slated to be 5.9%.

However, the World Bank has emphasised that the recovery is a fragile one, particularly in light of the continent’s vaccination rates, which remain low despite the efforts of national and international bodies over the course of the year.

For example, in April the African Development Bank (AfDB) approved a $10bn Covid-19 response facility to help countries reinforce their health care systems.

Elsewhere, the Covax initiative – run by the World Health Organisation (WHO) – has recently intensified its efforts to ensure a flow of vaccines reaches Africa. To date, over 90m donated doses have been delivered to the continent through Covax and the African Vaccine Acquisition Trust.

But this is still far below the required quantity. According to a recent report from the Mo Ibrahim Foundation, only five of the continent’s 54 countries are likely to reach a WHO target of fully vaccinating 40% of the population by the end of this year.

The report attributed this to the shortage of vaccines, although it also highlighted issues including weak health care systems, underdeveloped infrastructure and limited civil registration capacities.

A further issue is widespread vaccine hesitancy, although many countries are adopting strategies to address this.

Mauritania provides an example of regional best practice in this regard. The country’s second vaccination programme launched in June, on the back of a rather ineffectual first programme earlier in the year.

In order to boost uptake, the government launched awareness campaigns, mobilising national media, religious leaders and youth associations. In addition, it opened more than 900 vaccination centres in public sites, including mosques, ministries and the exit routes of major cities.  These efforts resulted in a notable uptick in people receiving vaccinations.

The recent discovery of the Omicron variant in southern Africa has given rise to claims that the continent’s low vaccination rates could facilitate the emergence of new coronavirus variants. It remains to be seen what effect this variant will have on the region’s recovery.

Elsewhere, structural reforms were carried out in various countries in response to the pandemic. Among them, the World Bank has praised the unification of exchange rates in Sudan, fuel subsidy reform in Nigeria and the opening to the private sector of the Ethiopian telecommunications sector.

Another significant shift has been a growing emphasis on the importance of renewable energy, with many countries in the region demonstrating an appetite for boosting the sector. For example, Egypt aims to generate 42% of its power from renewable sources by 2035.

However, only two African countries – namely South Africa and Malawi – have committed to net zero by 2050.

African Continental Free Trade Area

Poor-quality roads and a lack of transport infrastructure have long stymied trade in Africa: according to the AfDB, the continent needs $130bn-170bn of annual investment in infrastructure such as roads and railway just to meet baseline targets by 2025. The pandemic only intensified the effects of such obstacles.

In this light, one of the major milestones for the continent in 2021 was the launch of the African Continental Free Trade Area (AfCFTA), which came into effect on January 1.

The AfCFTA requires members to remove tariffs on 90% of goods, facilitate the movement of capital and people, and take steps to create an Africa-wide Customs union, which could significantly boost regional trade. When fully operational by 2030, the AfCFTA is expected to cover a market of 1.2bn people with a combined GDP of $2.5trn.

It is widely hoped that the AfCFTA will give rise to an increase in the coverage and quality of infrastructure across the continent.

Among the sectors that are expected to benefit from this is the textile industry, particularly in West Africa.

West Africa is the world’s sixth-largest cotton producing region, with Benin, Côte d’Ivoire and Burkina Faso the sixth-, seventh- and eighth-largest cotton producing countries in the world, respectively.

At present, however, the West African cotton and textile industry is concentrated at the early stages of the global supply and value chain. Concerted efforts are therefore being made to bolster the supply chain and increase processing capabilities across the region.

A significant development in this regard came in June this year with the opening of the Plateforme Industrielle d’Adetikopé Textile Park in Togo, an initiative which aims to transform the country’s apparel industry value chain, as well as boost exports of cotton textiles and finished garments.

On a similar note, the African sugar industry also stands to receive a significant boost from the ratification of the AfCFTA.

Tech revolution

Perhaps the most significant positive outcome of Covid-19 in the region has been the acceleration of the spread of technologies associated with the so-called Fourth Industrial Revolution (4IR), among them artificial intelligence, the internet of things, big data and blockchain.

Progress towards this was already under way in Africa prior to the pandemic. In Kenya and parts of West Africa, for instance, blockchain was used to verify property records, while Ghana-based companies Farmerline and Agrocenta used mobile and web technology to support farmers.

South Africa is another regional leader: published this year, the inaugural African Tech Ecosystems of the Future rankings put the country in first spot in terms of its overall tech ecosystem.

The report also found that Lagos, Nigeria, had the highest number of start-ups in Africa. Meanwhile, in a ranking published in July by statistics firm Statista, in 2020 Nigeria was the leading country for Bitcoin and cryptocurrency adoption.

Many now see the 4IR as key to Africa’s post-pandemic rebound, with various factors standing the region in good stead to take advantage of it.

For example, in recent times Africa has seen a massive expansion in mobile technology, with consumers leapfrogging traditional development channels and going straight to digital services, particularly with regard to banking.

Africa also boasts high numbers of young people, a demographic dividend which is already bearing fruit in terms of the 4IR.

More than 400 tech clusters have sprung up across the continent, largely thanks to the efforts of young people, with three key centres – Lagos, Nairobi and Cape Town – achieving global recognition.

In Algeria, meanwhile, the Ministry of the Knowledge Economy and Start-ups – a department created a little over one year ago – is working to boost the sector by way of three principal focuses: the establishment of a regulatory framework to encourage innovation; the implementation of funding mechanisms that better meet the needs of start-ups; and the development of support structures to nurture entrepreneurship in high-tech sectors.

Similarly, in Morocco it is hoped that increased digitalisation will serve to drive innovation, as well as expand financial inclusion. To this end, the country is working towards a fully digital financial environment, although a strong preference for cash-based transactions remains an obstacle in this regard, as it does elsewhere in the region.

Overcoming challenges

Indeed, a broad range of challenges needs to be surmounted before the full potential of 4IR can be leveraged in the region. The UN Conference on Trade and Development’s “Technology and Innovation Report 2021” found that Africa as a whole was the world’s least-prepared region to take advantage of 4IR technologies.

Aside from a preference for cash, key hurdles include ICT infrastructure gaps and an undercapitalised start-up ecosystem.

Education is another, both in that education systems in the region are often inadequate, and in that there is a mismatch of skills, with many people not given the right training to take advantage of 4IR.

Various initiatives are taking steps to address this, however. The AfDB, for example, runs the Coding for Employment scheme as part of its Jobs for Youth in Africa strategy. The programme provides equipment and training to give young people the soft and interpersonal skills required in many 4IR sectors.

Government bodies are also playing a role. In Egypt, for example, the Ministry of Communications and Information Technology has launched various CREATIVA knowledge and innovation centres to train youth in tech-related skills that align with market demands. In March this year the ministry was granted a second tranche of funding to cover the second phase of the initiative.

 

Afrique : Bilan de l'année 2021

 

– Bien que sa remise ait été faible, le continent a connu une croissance en 2021.

– Un taux de vaccination faible dans la région est un des principaux défis liés à la pandémie de Covid-19.

– La ratification de la Zone de libre-échange continentale africaine devrait renforcer les échanges intra-africains.

– L'expansion des technologies 4.0 a été une conséquence favorable de la crise sanitaire.

 

Incitée par une combinaison de prix plus élevés des matières premières, de l'assouplissement des blocages et d'une reprise du commerce mondial, l'Afrique a réussi à surmonter la récession provoquée par la pandémie de coronavirus et a renoué avec la croissance en 2021.

Dans ses analyses les plus récentes, publiées en octobre, le FMI a prédit que le continent dans son ensemble connaîtra une croissance de 5,1% cette année, l'Afrique du Nord devant s'étendre de 6% et l'Afrique subsaharienne de 3,7%, tandis que la moyenne mondiale devrait être de 5,9 %.

Cependant, la Banque mondiale a souligné que la reprise est faible, notamment vis-à-vis des taux de vaccination du continent, qui restent faibles malgré les efforts des instances nationales et internationales au cours de l'année.

Par exemple, en avril, le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un mécanisme de réponse Covid-19 de 10 milliards de dollars pour aider les pays à renforcer leurs systèmes de santé.

Par ailleurs, l'initiative Covax – dirigée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) – a récemment intensifié ses efforts pour assurer un flux de vaccins jusqu'en Afrique. À ce jour, plus de 90 millions de doses données ont été livrées sur le continent par l'intermédiaire de Covax et de l'African Vaccine Acquisition Trust.

Mais c'est encore bien en deçà de la quantité requise. Selon un récent rapport de la Fondation Mo Ibrahim, seuls cinq des 54 pays du continent sont susceptibles d'atteindre l'objectif de l'OMS de vacciner pleinement 40% de la population d'ici la fin de cette année.

Le rapport a attribué cette situation à la pénurie de vaccins, bien qu'il ait également mis en évidence d’autres problèmes  tels que la faiblesse des systèmes de santé, les infrastructures sous-développées et les capacités limitées d'enregistrement des faits d'état civil.

Un autre problème est l'hésitation généralisée à la vaccination, bien que de nombreux pays adoptent des stratégies pour y remédier.

La Mauritanie fournit un exemple de bonne pratique régionale à cet égard. Le deuxième programme de vaccination du pays a été lancé en juin, sur la base d'un premier programme plutôt inefficace plus tôt dans l'année.

Afin de stimuler l'adoption, le gouvernement a lancé des campagnes de sensibilisation, mobilisant les médias nationaux, les chefs religieux et les associations de jeunes. En outre, il a ouvert plus de 900 centres de vaccination dans des sites publics, notamment des mosquées, des ministères et les voies de sortie des grandes villes. Ces efforts ont entraîné une augmentation notable du nombre de personnes vaccinées.

La récente découverte de la variante Omicron au Sud de l’Afrique a donné lieu à des affirmations selon lesquelles les faibles taux de vaccination du continent pourraient faciliter l'émergence de nouvelles variantes de coronavirus. Reste à voir quel effet cette variante aura sur le redressement de la région.

Ailleurs, des réformes structurelles ont été menées dans divers pays en réponse à la pandémie. Parmi eux, la Banque mondiale a applaudi l'unification des taux de change au Soudan, la réforme des subventions aux carburants au Nigeria et l'ouverture au secteur privé des télécommunications en Ethiopie.

Un autre changement important a été l'accent mis de plus en plus sur l'importance des énergies renouvelables, de nombreux pays de la région démontrant un intérêt pour stimuler le secteur. Par exemple, l'Égypte vise à produire 42 % de son électricité à partir de sources renouvelables d'ici 2035.

Cependant, seuls deux pays africains – à savoir l'Afrique du Sud et le Malawi – se sont engagés à atteindre l'objectif de la neutralité en carbone d'ici 2050.

Zone de libre-échange continentale africaine

Des routes de mauvaise qualité et un manque d'infrastructures de transport ont longtemps entravé le commerce en Afrique : selon la BAD, le continent a besoin de 130 à 170 milliards de dollars d'investissements annuels dans des infrastructures telles que les routes et les chemins de fer juste pour atteindre les objectifs de base d'ici 2025. La pandémie n’a qu’intensifié les effets de ces obstacles.

Dans cette optique, l’un des principaux évènements pour le continent en 2021 a été le lancement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), qui est entrée en vigueur le 1er janvier.

La ZLECAf exige que les membres suppriment les droits de douane sur 90% des marchandises, facilitent la circulation des capitaux et des personnes et prennent des mesures pour créer une union douanière à l'échelle de l'Afrique, ce qui pourrait considérablement stimuler le commerce régional. Lorsqu’elle sera pleinement opérationnelle, d'ici 2030, la ZLECAf devrait couvrir un marché de 1,2 milliard de personnes avec un PIB combiné de 2,5 milliards de dollars.

Il est largement espéré que la ZLECAf donnera lieu à une augmentation de la couverture et de la qualité des infrastructures à travers le continent.

Parmi les secteurs qui devraient en bénéficier figure l'industrie textile, notamment en Afrique de l'Ouest.

L'Afrique de l'Ouest est la sixième région productrice de coton au monde ; le Bénin, la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso se plaçant respectivement sixième, septième et huitième au rang mondial des producteurs de coton.

Actuellement, l'industrie du coton et du textile d'Afrique de l'Ouest est  toutefois concentrée aux premiers stades de la chaîne d'approvisionnement et de valeur mondiale. Des efforts concertés sont donc déployés pour renforcer la chaîne d'approvisionnement et augmenter les capacités de traitement dans toute la région.

Un développement important à cet égard est intervenu en juin de cette année avec l'ouverture de la Plateforme Industrielle d'Adetikopé Textile Park au Togo, une initiative qui vise à transformer la chaîne de valeur de l'industrie de l'habillement du pays, ainsi qu'à stimuler les exportations de textiles de coton et de vêtements finis.

Ainsi, l'industrie sucrière africaine devrait également bénéficier d'un élan significatif grâce à la ratification de la ZLECAf.

Révolution technologique

Un aspect qui peut être considéré comme positif issu de la pandémie de Covid-19 dans la région a été l'accélération du développement des technologies associées à ce qu'on appelle la quatrième révolution industrielle (4.0), parmi lesquelles s’inscrivent l'intelligence artificielle, l'Internet des objets, les mégadonnées et la blockchain.

Des progrès dans ce sens étaient déjà en cours en Afrique avant la pandémie. Au Kenya et dans certaines parties de l'Afrique de l'Ouest, par exemple, la blockchain a été utilisée pour vérifier les registres de propriété, tandis que les sociétés ghanéennes Farmerline et Agrocenta ont utilisé la technologie mobile et Web pour soutenir les agriculteurs.

L'Afrique du Sud est un autre leader régional : publié cette année, le premier classement des Écosystèmes technologiques africains du futur vient placer le pays  en première place du rang global  en termes d'écosystème technologique.

Le rapport a également révélé que Lagos, au Nigéria, comptait le plus grand nombre de start-ups en Afrique. Pendant ce temps, dans un classement publié en juillet par le cabinet de statistiques Statista, en 2020, le Nigeria était le premier pays pour l'adoption du Bitcoin et de la crypto-monnaie.

Beaucoup considèrent maintenant les technologies 4.0 comme la clé du rebond post-pandémique de l'Afrique, avec divers facteurs qui placent la région en bonne position pour en tirer parti.

Par exemple, ces derniers temps, l'Afrique a connu une expansion massive de la technologie mobile, les consommateurs dépassant les canaux de développement traditionnels et se tournant directement vers les services numériques, en particulier en ce qui concerne les services bancaires.

L'Afrique compte également une forte proportion de jeunes, un dividende démographique qui porte déjà ses fruits au niveau des technologies 4.0.

Plus de 400 clusters technologiques sont nés dans tout le continent, en grande partie grâce aux efforts des jeunes, avec trois points centraux – Lagos, Nairobi et Cape Town – obtenant une reconnaissance mondiale.

En Algérie, pendant ce temps, le Ministère de l’Economie de la Connaissance et des Start-ups – une direction créée il y a un peu plus d'un an – fait des efforts pour dynamiser le secteur à travers trois axes principaux : la mise en place d'un cadre réglementaire pour encourager l'innovation ; la mise en place de mécanismes de financement répondant mieux aux besoins des start-up ; et le développement de structures d'accompagnement pour favoriser l'entrepreneuriat dans les secteurs de haute technologie.

De même, au Maroc, on espère qu'une numérisation accrue servira à stimuler l'innovation, ainsi qu'à étendre l'inclusion financière.  A cette fin, le pays avance vers un environnement financier entièrement numérique, bien qu'une forte préférence pour les transactions en espèces reste un obstacle à cet égard, ainsi que dans d’autres parties de la région.

Surmonter les défis

En effet, il faut faire face à un large éventail de défis avant que le plein potentiel du secteur 4.0 puisse être exploité dans la région. Le « Rapport sur la technologie et l'innovation 2021 » de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement a révélé que l'Afrique dans son ensemble était la région du monde la moins préparée à tirer parti des technologies 4.0.

A part une préférence pour l'argent liquide, les principaux obstacles comprennent les lacunes en matière d'infrastructure TIC et un écosystème de start-up sous-capitalisé.

L'éducation en est un autre obstacle, à la fois en ce qui concerne les systèmes éducatifs de la région souvent inadéquats et à la fois en ce qu'il y a une inadéquation des compétences, de nombreuses personnes n'ayant pas reçu la bonne formation pour profiter du développement 4.0.

Cependant, diverses initiatives sont en train de prendre des mesures pour remédier l’éducation. La BAD, par exemple, gère le programme Coding for Employment (Codage pour l’emploi) dans le cadre de sa stratégie Jobs for Youth in Africa (Des emplois pour les jeunes en Afrique). Le programme fournit des équipements et des formations pour donner aux jeunes les compétences relationnelles et interpersonnelles requises dans de nombreux secteurs de l’industrie 4.0.

Les organismes gouvernementaux jouent également un rôle. En Egypte, par exemple, le Ministère des Communications et Technologies de l'Information a lancé CREATIVA, des multiples centres de connaissances et d'innovation pour former les jeunes en compétences technologiques qui correspondent aux demandes du marché. En mars de cette année, le Ministère a reçu une deuxième tranche de financement pour couvrir la deuxième phase de l'initiative.

Covid-19 Economic Impact Assessments

Stay updated on how some of the world’s most promising markets are being affected by the Covid-19 pandemic, and what actions governments and private businesses are taking to mitigate challenges and ensure their long-term growth story continues.

Register now and also receive a complimentary 2-month licence to the OBG Research Terminal.

Register Here×

Product successfully added to shopping cart

Read Next:

In Africa

Nigeria targets agro-processing as a future growth driver

As Nigeria looks to restructure its economy to be more diversified and sustainable, agro-processing is emerging as a key tool to improve agricultural value added while also bolstering the sector’s...

In Economy

The Philippines and ESG: An opportunity to unlock inclusive socio-...

The Philippine roadmap for inclusive, balanced, long-term growth is aligned with environmental, social and governance (ESG) principles and the UN Sustainable Development Goals (SDGs).

Latest

Nigeria targets agro-processing as a future growth driver

As Nigeria looks to restructure its economy to be more diversified and sustainable, agro-processing is emerging as a key tool to improve agricultural value added while also bolstering the sector’s...