Une extension portuaire qui pourrait libérer le potentiel de croissance de l’industrie au Maroc

Text size +-
Recommend

In English

Le Maroc s’apprête à voir grimper ses exportations industrielles suite à l’inauguration du port Tanger-Med 2.

Le prince héritier Moulay Hassan a inauguré le 28 juin dernier l’extension portuaire, qui fait du complexe Tanger-Med le plus grand port de Méditerranée et d’Afrique en termes de capacité de conteneurs.

Le port Tanger-Med 2 comprend deux terminaux à conteneurs, TC3 et TC4, qui à eux deux représentent une capacité additionnelle de 6 millions d’équivalent vingt pieds (EVP), portant la capacité totale du complexe à 9 millions de conteneurs EVP.

Le complexe portuaire étendu offrira également une capacité annuelle de traitement de 7 millions de passagers, 1 million de véhicules et 700 000 camions.

Les travaux du projet d’extension, qui ont nécessité un investissement d’1,3 milliard de dollars, ont démarré en 2010 et se sont déroulés en deux phases. La première phase a permis la construction des infrastructures portuaires, livrées en 2016. La deuxième phase a doté le port de nouveaux quais.

Quelque 900 entreprises sont installées dans le port, et 75 00 emplois ont été créés depuis le début des travaux en 2010.

“Il est plus qu’un projet structurant, il est l’un des projets de référence du royaume sur les 10 dernières années. Il a introduit une approche ambitieuse, volontariste et décomplexée de la problématique du développement,” a déclaré Fouad Brini, le président de Tanger Med, à OBG.

Signe de son importance pour l’économie marocaine dans son ensemble, le complexe portuaire Tanger-Med, qui dessert 186 ports dans 77 pays différents, a traité 139 milliards de dirhams (14,4 milliards de dollars) de produits exportés l’an dernier, soit 50% des exportations totales du royaume.

38% du trafic de conteneurs du complexe portuaire a été réalisé avec l’Afrique, 27% avec l’Europe et 26% avec l’Asie.

Une extension qui devrait stimuler la croissance du secteur automobile

L’augmentation des capacités du port devrait avoir des retombées considérables sur l’économie marocaine, apportant en particulier un coup de fouet aux secteurs industriels tournés vers les exportations.

En tête de ces derniers, on trouve le segment automobile, qui a dépassé en 2017 celui d’Afrique du Sud et est désormais le premier d’Afrique en termes de production. Une grande majorité des activités du secteur s’effectue au sein de la plateforme industrielle Tanger Med qui s’étale sur 2000 HA, et qui compte une centaine d’équipementiers automobiles sur une surface de près de 1000 HA, directement reliés au port Tanger-Med.

Le royaume a produit 400 000 véhicules l’an dernier et vise une production annuelle d’1 million de véhicules d’ici 2025.

Etant donné que 90% de ces véhicules sont exportés vers l’Europe, l’emplacement stratégique du port, à 40 km au sud du grand port espagnol d’Algésiras, contribuera à permettre au gouvernement d’atteindre ces objectifs.

Une hausse de la production automobile aura également des retombées économiques plus vastes en ce qui concerne les investissements étrangers.

L’année dernière, au mois de septembre, le constructeur automobile allemand Volkswagen a annoncé qu’il s’apprêtait à installer une usine d’assemblage au Maroc, rejoignant les autres grandes entreprises internationales que sont Peugeot et Renault.

Renault a, quant à lui, annoncé en octobre qu’il comptait porter sa capacité de production annuelle au Maroc à 500 000 véhicules d’’ici 2022, dont 340 000 devraient sortir de son usine de Tanger.

Ces nouveaux investissements devraient permettre à la croissance de l’emploi récemment observée dans l’industrie automobile de se poursuivre. Entre 2014 et 2018, le secteur a créé quelque 83 800 postes, ce qui représente 29% de l’emploi industriel total dans le pays.

L’aéronautique n’est pas en reste

L’extension des capacités portuaires profitera également à une industrie aéronautique en pleine croissance.

Alors qu’il ne comptait que trois entreprises il y a seulement 20 ans, le secteur affiche aujourd’hui des revenus de 17 milliards de dirhams (1,8 milliard de dollars), et compte environ 140 entreprises. L’année dernière, les exportations aéronautiques se sont montées à 13,9 milliards de dirhams (1,4 milliard de dollars), soit 5,6% des exportations totales du pays.

Le secteur étant extrêmement tourné vers les exportations, les aménagements du port Tanger-Med et la proximité de ce dernier avec l’Europe devraient contribuer à alimenter sa croissance.

Nador West Med renforce encore les capacités portuaires

A l’extension de Tanger-Med vient s’ajouter un projet de modernisation et d’extension de la capacité du complexe portuaire Nador West Med, situé à environ 30 km de la ville de Nador sur la côte nord.

Lancée en 2016, la première phase du projet comporte la construction de deux digues, l’une de 4,2 km, l’autre d’1,2km, d’un terminal à conteneurs doté d’un quai d’1,5 km, d’un terminal hydrocarbure doté de trois postes pétroliers de 20 mètres de profondeur, et d’un terminal charbonnier.

Une fois les travaux achevés, en 2021, le port devrait disposer d’une capacité annuelle de 3 millions de conteneurs EVP, 25 millions de tonnes d’hydrocarbures, 7 millions de tonnes de charbon, et 3 millions de tonnes de diverses autres marchandises.

La première phase devrait attirer 30 milliards de dirhams (3,1 milliards de dollars) d’investissement privé, tandis que les travaux d’extension en cours devraient engendrer 70 milliards de dirhams (7,2 milliards de dollars) d’investissements publics et privés jusqu’en 2034.

 

 

How a new port expansion could unlock Moroccan industrial growth

En Français

Morocco is poised to expand its industrial exports following the launch of the Tanger-Med 2 port.

Crown Prince Moulay Hassan inaugurated the port expansion on June 28, making the Tanger-Med complex the largest in both the Mediterranean and Africa in terms of container capacity.

The Tanger-Med 2 port includes two container terminals, TC3 and TC4, which together add 6m twenty-foot equivalent units (TEUs) in container capacity, bringing the complex’s overall capacity to 9m TEUs.

The expanded port complex will also have the annual capacity to handle 7m passengers, 1m vehicles and 700,000 trucks.

Construction of the $1.3bn extension project began in 2010 and was planned in two phases. The first phase established the port’s infrastructure, which was completed in 2016. The second phase saw the development of the port’s new docks.

Some 900 companies are based at the port, with 7500 jobs created since construction work started in 2010.

“This is more than a simple restructuring: it is one of the most significant projects undertaken in the kingdom in the last 10 years. It has introduced an ambitious, dynamic and straightforward approach to the question of development,” Fouad Brini, president of Tanger-Med, told OBG.

Highlighting its importance to the overall economy, the Tanger-Med port complex, which is connected to 186 ports and 77 different countries, handled Dh139bn ($14.4bn) of exported goods last year, representing 50% of all Moroccan exports.

Some 38% of container traffic was with Africa, 27% with Europe and 26% with Asia.

See also: The Report – Morocco 2019

Expansion to boost automotive growth

The port’s increased capacity is set to provide a significant economic boost, particularly for Morocco’s export-focused industrial sectors.

Chief among these is the automotive segment, which in 2017 overtook that of South Africa to become the largest in Africa in terms of production. Much of this activity takes place in the 2000-ha Tanger Med industrial platform, of which around 1000 ha is taken up by automotive manufacturers with a direct connection to the Tanger-Med port.

The kingdom produced an estimated 400,000 vehicles last year and has plans to increase this to 1m annually by 2025.

Given that 90% of these vehicles are exported to Europe, the port’s strategic location 40 km south of the major Spanish port of Algeciras will further help the government meet those targets.

An increase in automotive production will also have broader economic effects in terms of foreign investment.

In September last year German carmaker Volkswagen announced it was to establish a car assembly plant in Morocco, joining other major international companies Peugeot and Renault.

Meanwhile, Renault announced in October that it would increase its annual production capacity in Morocco to 500,000 by 2022. Of this total, 340,000 will be from its Tangiers plant.

New investment should also help build on recent job growth in the automotive industry. Between 2014 and 2018 the sector created some 83,800 posts, accounting for 29% of all industrial employment.

Aeronautics also set to benefit

Expanded port capabilities will also benefit the growing aeronautics industry.

Over the past 20 years the sector has gone from just three firms to a Dh17bn ($1.8bn) industry with around 140 companies. Last year aeronautical exports totalled Dh13.9bn ($1.4bn), making up 5.6% of the country’s total exports.

Given the heavily export-focused nature of the sector, the upgrade of the Tanger-Med port and its proximity to Europe should assist the industry’s growth.

Nador West Med further adding to port capacity

The expansion of Tanger-Med is being complemented by a project to upgrade and expand capacity at Nador West Med Port, located about 30 km from the town of Nador on the north coast.

Launched in 2016, the first phase includes the construction of two dikes of 4.2 km and 1.2 km respectively, a container terminal with a 1.5-km platform, a hydrocarbons terminal with three 20-metre-deep oil stations, and a coal terminal.

Upon completion, scheduled for 2021, the port is expected to have an annual capacity of 3m TEUs of containers, 25m tonnes of hydrocarbons, 7m tonnes of coal and 3m tonnes of various other goods.

The first phase it expected to attract Dh30bn ($3.1bn) in private investment, while ongoing expansion should generate Dh70bn ($7.2bn) in public and private investment through to 2034.

Read Next:

In Morocco

Les arrivées en provenance de Chine et des marchés émetteurs...

Le Maroc se tourne à la fois vers de nouveaux marchés et vers les pays émetteurs traditionnels pour générer davantage de croissance dans son secteur touristique suite à une hausse du nombre d’...

In Economy

Will lower interest rates stimulate Indonesia’s economy?

In a bid to boost economic growth, Bank Indonesia (BI), the country’s central bank, has cut its benchmark interest rate for the fourth time in four months.

Latest

Will lower interest rates stimulate Indonesia’s economy?

In a bid to boost economic growth, Bank Indonesia (BI), the country’s central bank, has cut its benchmark interest rate for the fourth time in four months.