Tunisie Bilan de l’Année 2015

Text size +-
Recommend

In English

Les facteurs économiques fondamentaux restant prometteurs sur le long terme, les décideurs économiques tunisiens cherchent à accélérer la reprise dans le pays après une année 2015 difficile et à encourager une croissance durable en 2016.

L’économie dispose de nombreux atouts, dont le pays compte tirer profit au cours des années à venir. Grâce à une population bien formée, à des réseaux d’infrastructures bien entretenus et à une base industrielle développée, le pays a su maintenir une croissance du PIB par habitant de l’ordre de 5% par an au cours des 20 ans qui ont précédé 2011, se plaçant à cet égard en deuxième place parmi les pays de la région MENA.

La Tunisie bénéficie également d’un secteur de l’exportation varié, comprenant notamment des activités d’extraction telles que le pétrole et le phosphate, ainsi que d’un secteur agricole considérable et d’une industrie manufacturière disposant de liens solides avec les chaines de production européennes, en particulier en ce qui concerne les produits automobiles, textiles et électroniques.

Craintes de récession

L’économie tunisienne devrait toutefois rester en phase de redressement économique sur le court à moyen terme. En août, la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a déclaré que l’économie était entrée en « récession technique » après une contraction du PIB de 0,2% et 0,7% en glissement trimestriel au premier et deuxième trimestre. Au troisième trimestre, le PIB affichait une baisse de 0,1% en glissement annuel.

Suite à la chute de la demande intérieure, l’expansion du crédit a fléchi et l’inflation a chuté à un taux annualisé de 4,2% au troisième trimestre, contre 5,5% au premier trimestre. Inquiète de la demande intérieure en berne, la BCT a baissé son taux d’intérêt directeur de 50 points de base pour le ramener à 4,25% au début du mois de novembre.

Si peu d’économistes prévoient une croissance du PIB dépassant les 0,5% pour l’année 2015, contre 2,3% en 2014, le FMI prédit une croissance de l’ordre de 1% d’ici la fin de l’année, puis de 3% en 2016.

Élan de réforme

La Tunisie affiche des résultats plutôt corrects si on tient compte des troubles de 2011 – comparé au chaos qui règne dans la Libye voisine ou à l’instabilité qui persiste en Égypte – mais les réformes économiques structurelles nécessaires pour réduire la bureaucratie, combattre la corruption et accroître la compétitivité économique n’ont pas progressé à la vitesse escomptée.

Les inquiétudes sécuritaires restent vives, touchant en particulier le secteur du tourisme, qui a contribué au PIB à hauteur de 14,5% en 2014. Selon la BCT, les recettes touristiques ont chuté de 33,4% au cours des dix premiers mois de l’année 2015, atteignant 2,1 milliards de dinars (951,9 millions d’euros). Les principales sources de recettes en devises, notamment les exportations et la production de phosphates, ont également connu un fléchissement.

La croissance économique tunisienne a par conséquent ralenti ces dernières années. D’après Yassine Brahim, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale, la croissance du PIB s’est établie en moyenne à 1,5% par an entre 2011 et 2015.

Le programme de développement quinquennal élaboré récemment et dévoilé à la mi-septembre vise à faire retrouver à la Tunisie une croissance du PIB moyenne de 5% par an ce qui, d’après Y. Brahim, nécessitera une hausse considérable des investissements, qui devront passer de leur taux actuel de 18,5% du PIB à 25% en 2020. Les décideurs politiques appliqueront également ce plan quinquennal dans un objectif de réduction du chômage, pour le faire passer à 11% d’ici 2020, contre 15,2% aujourd’hui.

Problèmes à résoudre

Le gouvernement est toutefois déterminé à agir afin de réduire les obstacles et d’ouvrir la voie à une croissance durable. La recapitalisation des trois banques publiques endettées du pays – la Société Tunisienne de Banque (STB), la Banque Nationale Agricole et la Banque de l’Habitat (BH)- constitue l’un des axes centraux du calendrier de réformes tunisien.

Si l’assemblée nationale a approuvé en août un programme de recapitalisation de 867 millions de dinars (393,1 millions d’euros) qui concerne la STB et la BH, les taux d’adéquation des fonds propres et l’exposition à des prêts non productifs des banques publiques restent en-deçà des moyennes observées dans le secteur privé. De l’avis des analystes, des réformes plus poussées s’avèreront nécessaires, en particulier en termes de gestion et de contrôle.

Comme c’est le cas pour de nombreuses économies émergentes sur le continent aux prises avec le même type de déficiences, venir à bout du double déficit dont souffre le pays constitue un objectif politique clé. Le déficit s’est élargi et a atteint 4,4% du PIB en 2015, notamment en raison de hausses de salaires dans la fonction publique. Les perspectives sur le court terme sont toutefois encourageantes dans la mesure où le gouvernement entend réduire le déficit budgétaire pour le faire passer à 3,9% du PIB en 2016, selon Slim Chaker, le ministre des finances. Pour ce faire, il faudra mobiliser 6 milliards de dinars (2,7 milliards d’euros) de financements intérieurs et extérieurs.

En outre, d’importants progrès ont déjà été réalisés en ce qui concerne le déficit courant, en nette amélioration à un taux estimé de 7,6% du PIB en 2015 alors qu’il atteignait en 2014 le taux quasi record de 8,8% du PIB – les prix bas des matières premières et les recettes touristiques médiocres devraient limiter la reprise dans l’année à venir.

Financement des réformes

L’État tunisien se tourne vers l’étranger pour obtenir l’aide qui lui permettra d’accomplir un certain nombre de réformes et les changements de politiques prévus bénéficient d’un vaste soutien auprès de diverses institutions. Selon S. Chaker, au moins la moitié de la somme nécessaire  pour combler le déficit proviendra de financements extérieurs, tandis que le reste sera financé en partie par l’émission de nouvelles dettes souveraines.

« La Tunisie devrait émettre son premier sukuk dès l’an prochain. Cette émission, dont la réalisation annoncée il y a plus d’un an a été plusieurs fois repoussée, devrait atteindre 1 milliard de dinars (452,2 millions d’euros) », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse mi-novembre.

De grandes institutions financières internationales ont également promis une aide financière et technique à la Tunisie à condition que celle-ci accélère ses efforts de réforme. Suite à sa visite dans le pays au mois de septembre, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a souligné l’importance d’un système bancaire solide, d’un État et d’une fonction publique plus efficaces et d’un climat des affaires propice à l’investissement afin de maintenir la croissance et de créer des emplois.

Début octobre, la Banque Mondiale a annoncé un prêt à l’appui des politiques de développement d’un montant de 500 millions de dollars afin de contribuer au financement des réformes dans les secteurs de la finance et de la fonction publique, et en décembre, l’UE a transféré la deuxième tranche d’un programme d’assistance macrofinancière de 300 millions d’euros. La Tunisie bénéficie toujours également du prêt de 1,75 milliard de dollars accordé par le FMI en 2013, qui était lui aussi destiné à financer des réformes économiques clés.

 

 

Tunisia Year in Review 2015

En Français

With long-term fundamentals still promising, economic policymakers in Tunisia are looking to accelerate the country’s recovery from what was a difficult 2015, and encourage sustainable growth over the course of 2016.

The economy has a number of underlying strengths, which the country will be looking to leverage over the coming years. A well-educated population, well-maintained infrastructure networks and a developed industrial base have helped sustain average GDP per capita growth of nearly 5% per annum in the 20 years to 2011, the second-strongest performance in the MENA region.

Tunisia also benefits from a diversified export sector, including extractive activities such as oil and phosphate mining, as well as a significant agricultural sector and a manufacturing industry with strong links to European production chains, especially for automobiles, textiles and electronics.

Recession concerns

However, the Tunisian economy is expected to remain in recovery mode for the near-to-medium term. In August the Central Bank of Tunisia (Banque Centrale de Tunisie, BCT) declared the economy was in “technical recession” after GDP contracted by 0.2% and 0.7% quarter-on-quarter in the first and second periods, respectively. By the third quarter, GDP was down 0.1% year-on-year.

Consistent with a fall in domestic demand, credit expansion has faltered and inflation fell to an annualised rate of 4.2% in the third quarter, down from 5.5% in the first quarter. Concerned with weaker domestic demand, the BCT cut its benchmark interest rate by 50 basis points to 4.25% at the beginning of November.

While few economists forecast GDP growth above 0.5% for 2015, down from 2.3% in 2014, the IMF predicts growth will reach 1% by year’s end, before rebounding to 3% in 2016.

Impetus for reform

Tunisia has fared comparatively well following the unrest of 2011 – a stark comparison to the chaos of neighbouring Libya or continued instability of Egypt – but the needed structural economic reforms to reduce bureaucracy, combat corruption and increase economic competitiveness have proceeded slower than hoped for.

Ongoing security concerns have affected the tourism sector in particular, which accounted for 14.5% of GDP in 2014. According to the BCT, tourism revenues fell by 33.4% in the first 10 months of 2015 to TD2.1bn (€951.9m). Key foreign exchange earners, including exports and phosphate production, have also decelerated.

As a result, Tunisia’s economic growth has slowed in recent years. According to Yassine Brahim, minister of development, investment and international cooperation, GDP growth averaged 1.5% per annum between 2011 and 2015.

The recently drafted five-year development plan, unveiled in mid-September, aims to return average GDP growth to 5% per year, which, according to Brahim, will require a significant increase in investment, from its current 18.5% of GDP to 25% in 2020. Policymakers will also be using the plan to reduce unemployment, which currently stands at 15.2%, to 11% by 2020.

Outstanding issues

However, the government has been looking to move aggressively to reduce bottlenecks and pave the way for faster growth. Recapitalising the country’s three indebted state banks ­– Societé Tunisienne de Banque (STB), Banque Nationale Agricole and Banque de l’Habitat (BH) – is one of the central pillars of Tunisia’s reform agenda.

While the national assembly approved a TD867m (€393.1m) recapitalisation plan in August, which covered STB and BH, capital adequacy ratios and non-performing loan exposure at the state banks remain behind private sector averages. Analysts believe that more sweeping reforms, particularly in terms of management and oversight, will be needed.

As with many emerging economies on the continent that grapple with similar shortfalls, addressing the country’s twin deficits is also a key policy prerogative. The fiscal deficit widened to a reported 4.4% of GDP in 2015, in part due to public sector wage increases. The near-term outlook is encouraging, however, as the government plans to reduce the budget deficit to 3.9% of GDP in 2016, according to Slim Chaker, minister of finance. This will require a combined TD6bn (€2.7bn) of domestic and foreign financing.

Much progress has already been made with the current account deficit as well, which has improved from a near-record high of 8.8% of GDP in 2014 to an estimated 7.6% in 2015 – although low commodity prices and weak tourism receipts are expected to limit recovery in the year ahead.

Financing reforms

The government is looking abroad to help it achieve a number of its reforms, with the planned policy changes receiving broad support from a variety of institutions. According to Chaker, at least half the amount needed to close the deficit will come from external financing, while the remainder will be funded in part by new sovereign debt issues.

“We expect next year to launch a delayed sukuk Islamic financing bond for TD1bn (€452.2m),” he told media in mid-November. 

Key international financial institutions have also pledged further financial and technical support, on the condition of accelerated reform efforts. After her visit to the country in September, Christine Lagarde, managing director of the IMF, underscored the importance of a sound banking system, more efficient governance and an investment-friendly business environment for maintaining growth and creating jobs.

In early October the World Bank announced a $500m development policy loan to help fund reforms to the financial and civil service sectors, and in December the EU transferred the second tranche of a €300m macro-financial assistance programme. Tunisia also continues to benefit from the $1.75bn loan extended by the IMF in 2013, which was also aimed at financing key economic reforms.

 
Oxford Business Group is now on Instagram. Follow us here for news and stunning imagery from the more than 30 markets we cover.

Read Next:

In Tunisia

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

In Economy

Myanmar: Year in Review 2019

Despite seeing solid growth, 2019 posed some challenges for Myanmar, as the country continued with plans to liberalise its economy.

Latest

Myanmar: Year in Review 2019

Despite seeing solid growth, 2019 posed some challenges for Myanmar, as the country continued with plans to liberalise its economy.