Tunisie : Bilan de l’année 2012

Text size +-
Recommend

In English

L’année 2012 a été placée sous le signe d’un lent retour à la croissance pour la Tunisie, qui est sortie de la récession et a affiché des résultats économiques très mitigés à l’approche des élections présidentielles et parlementaires qui devraient avoir lieu courant 2013.

Si la lenteur de la transition politique et les pressions extérieures, avec en premier lieu la récession en Europe et les prix élevés du pétrole sur les marchés mondiaux, ont constitué des obstacles à une croissance durable, la Tunisie a enregistré en 2012 une augmentation de l’investissement direct étranger (IDE) et de ses exportations industrielles, laissant entrevoir une reprise sur le moyen terme.

Selon les prévisions du FMI, le PIB, qui avait reculé de 1,8% en 2011, devrait avoir progressé de 2,8% en 2012 et continuerait son évolution à la hausse, atteignant 3,5% en 2013 grâce à la croissance des secteurs de l’industrie, du tourisme et de la consommation intérieure. Des pressions ont toutefois pesé sur l’économie tunisienne en attendant un retour à la croissance et le gouvernement a dû procéder à une augmentation des dépenses courantes afin de répondre à la demande sociale.

Les mesures introduites, parmi lesquelles des hausses de salaire dans la fonction publique, des subventions sur les produits alimentaires et énergétiques ou des programmes de lutte contre le chômage des jeunes, ont entrainé des prévisions d’élargissement du déficit budgétaire, qui devrait s’établir à 7,2% du PIB en 2012, contre 3,5% du PIB en 2011. La hausse des prix mondiaux du pétrole, une chute de la demande d’exportations et la lenteur du retour aux niveaux d’investissement de 2010 ont également pesé sur les finances extérieures et le déficit courant s’est creusé : il s’établirait à 7,5% du PIB à la fin 2012.

Dans le même temps, la demande intérieure de crédit a enregistré une augmentation rapide. La hausse des crédits à la consommation a pesé sur les niveaux de liquidité des banques et contribué à faire grimper l’inflation, dont le taux s’établissait à 5,5% en novembre 2012. En octobre, la banque centrale tunisienne a annoncé de nouvelles restrictions au crédit à la consommation, stipulant que les banques doivent maintenir des réserves égales au volume des nouveaux prêts à la consommation. Ces mesures, qui visent à rééquilibrer les dépenses d’investissement et de consommation, devraient contribuer à renforcer les fondements du secteur financier et à freiner l’inflation.

La confiance des investisseurs se verra renforcée si la Tunisie parvient à un déroulement sans heurts du processus électoral cette année. Les élections, qui devaient avoir lieu en mars, ont toutefois été repoussées à juin et risquent d’être reportées encore une fois si les problèmes liés au processus d’élaboration de la constitution n’ont toujours pas été résolus.

Si la dette de la Tunisie est en hausse, le pays bénéficie d’un soutien considérable de la part de partenaires étrangers et d’institutions financières, ce qui devrait couvrir une grande partie des besoins de financement du pays sur le court terme. En 2012, la Tunisie a reçu un soutien budgétaire extérieur de l’ordre de 3,2 milliards de dollars provenant de différentes sources, notamment du Fonds Saoudien pour le Développement, du Fonds Monétaire Arabe et de la Banque Européenne d’Investissement.

Le Ministère des Finances estime à 7 milliards de dinars (3,42 milliards d’euros) les besoins de financement pour 2013. Les États-Unis devraient participer à hauteur d’environ 500 millions de dollars, ce qui permettra à la Tunisie de bénéficier de taux d’intérêt plus avantageux sur le marché international de la dette.

Malgré les incertitudes de l’économie mondiale, les IDE ont repris en 2012, après avoir accusé une chute de 26% en 2011. Au cours des 11 premiers mois de l’année 2012, les IDE ont connu une augmentation de 29,2%, atteignant 1,81 milliard de dinars (883,8 millions d’euros), retrouvant, à 10% près, les niveaux de 2010 avant la transition politique, selon l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (APIE).

C’est le secteur énergétique qui s’est taillé la part du lion des investissements, enregistrant une hausse des IDE de 25% en glissement annuel et se rapprochant des niveaux de 2010. Les investissements dans le tourisme ont également affiché une forte progression et atteignaient 77 millions de dinars (37,6 millions d’euros) en novembre, soit une multiplication par six. Une évolution en partie due, d’après les données de l’APIE, à l’acquisition d’un hôtel tunisien par le groupe qatari Mejda Lel Estithmar, ce qui a contribué à faire du Qatar le deuxième investisseur étranger après la France.

L’accroissement des activités industrielles devrait également contribuer à stimuler les exportations et créer des emplois sur le court terme. Au cours des trois premiers trimestres de 2012, les investissements à destination de nouveaux projets industriels ont augmenté de 14,8% en glissement annuel pour atteindre 2,75 milliards de dinars (1,34 milliard d’euros), portés par de nouveaux projets dans les segments de l’agroalimentaire, de la fabrication de produits en cuir et de la transformation du caoutchouc. Les produits mécaniques et électriques continuent de dominer les exportations de produits industriels, qui représentaient à la fin novembre 2012 un total de 19,4 milliards de dinars (9,47 milliards d’euros), soit une hausse de 4,9%.

La croissance des industries manufacturières en 2012 a principalement été tirée par des financements étrangers, et, comme toujours, reste orientée vers l’exportation. Si les nouveaux investissements dans le secteur ont évolué à la baisse par rapport à 2011, l’investissement étranger dans l’industrie a augmenté de 48,4% jusqu’à la fin novembre, renforçant la confiance des investisseurs.

Le tourisme, un des piliers de l’économie tunisienne, a également repris en 2012. Les recettes du secteur sont reparties à la hausse, atteignant 1,8 milliard de dinars (878,9 millions d’euros) en août 2012, soit 35,3% de plus qu’au cours de la même période en 2011. En 2011, les recettes avaient accusé une baisse d’environ 40% du fait du climat d’incertitude politique en Tunisie et de la récession en Europe, qui avaient entrainé une chute du nombre de touristes. Toutefois, les recettes touristiques des huit premiers mois de l’année 2012 étaient seulement inférieures de 15% à celles enregistrées sur la même période en 2010, avant la révolution. L’État a annoncé pour février 2013 le lancement d’un programme de développement touristique visant à stimuler la reprise du secteur.

Si le progrès économique de la Tunisie ne sera pas sans embûches cette année, les gains solides des secteurs du tourisme et de la production industrielle devraient contribuer à améliorer la performance globale sur le court terme. La hausse globale des IDE dans la période de transition qu’a été l’année 2012 est particulièrement bon signe pour le retour de la confiance des investisseurs, même si l’étendue de la reprise économique dépendra aussi de la capacité du pays à organiser des élections rapidement et efficacement.

 

Tunisia: Year in Review 2012

En Français

The year 2012 was marked by a slow return to growth for Tunisia as the country emerged from recession, posting a largely mixed economic performance ahead of presidential and parliamentary elections due to be held later in 2013.

While lagging political transition, together with external pressures led by the recession in Europe and high global oil prices, presented obstacles to sustainable growth, Tunisia saw an uptick in foreign direct investment (FDI) and industrial exports in 2012, which bode well for medium-term recovery.

GDP, which fell 1.8% in 2011, is expected to have grown by 2.8% in 2012, rising further to 3.5% in 2013 on the back of growth in industry, tourism and domestic consumption, according to the IMF. However, Tunisia’s economy felt the strain of the time it took for growth to return, prompting the government to raise current spending in a bid to address social demands.

Measures introduced, which included public sector wage hikes, food and energy subsidies and programmes to address youth unemployment, have led to forecasts of a widening in the fiscal deficit to 7.2% of GDP in 2012, up from 3.5% of GDP in 2011. Rising global oil prices, a drop in demand for exports and a slow return to 2010 investment levels have also weighed on the external finances, with the current account deficit expected to have widened to 7.5% of GDP by 2012 year-end.

Domestic demand for credit, meanwhile, has grown rapidly. Growing consumer lending has strained bank liquidity levels and contributed to a rise in inflation, which reached 5.5% in November 2012. In October, Tunisia’s central bank issued new restrictions for consumer credit that require banks to hold reserves equal to the volume of new consumer loans. The measures, aimed at rebalancing consumer and investment spending, should help reinforce the financial sector base and rein in inflation.

Investor confidence will be strengthened if Tunisia manages to navigate the country smoothly through the election process this year. However, elections have already been postponed from March until June and risk being pushed back further depending on whether issues relating to the constitutional drafting process can be resolved.

While Tunisia’s debt is growing, the country benefits from considerable support from foreign partners and financing institutions that are expected to cover much of its borrowing needs in the near-term. Tunisia received external budget support of around $3.2bn over the course of 2012 from several sources, including the Saudi Development Fund, the Arab Monetary Fund and the European Investment Bank.

The Ministry of Finance estimates it will require a further TD7bn (€3.42bn) in 2013. Tunisia expects roughly $500m of its borrowing needs to be financed by the US, which will allow it to tap international debt markets at more favourable rates.

Despite global economic uncertainty, FDI inflow rallied in 2012 after dropping by 26% in 2011. In the first 11 months of 2012, FDI increased by 29.2% to reach TD1.81bn (€883.8m), rising to within 10% of levels witnessed in 2010 before the political transition, according to the Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (Foreign Investment Promotion Agency, APIE).

The energy segment received the lion’s share of investment, with sector FDI increasing 25% year-on-year (y-o-y) and edging towards 2010 levels. Investment in tourism saw significant growth, rising by a factor of six to reach TD77m (€37.6m) by November. This came in part due to the Qatari group Mejda Lel Estithmar’s purchase of a Tunisian hotel, according to data from APIE, which helped to make Qatar the second-largest foreign investor in the country behind France.

An uptick in industrial activity should also help to boost exports and create employment in the near term. In the first nine months of 2012, investment in new industrial projects rose 14.8% y-o-y to reach TD2.75bn (€1.34bn), buoyed by new projects in agro-industry, leather goods manufacturing, and rubber processing. Mechanical and electrical products continue to dominate industrial exports, growing 4.9% to reach TD19.4bn (€9.47bn) by end-November 2012.

Growth in manufacturing industries in 2012 was primarily supported by foreign funds and, in keeping with tradition, remains geared toward exports. While new sector investment was down overall compared to 2011, foreign investment in industry increased by 48.4% through end-November, helping to boost investor confidence.

Tourism, a mainstay of the Tunisian economy, also rallied in 2012. Sector revenue rebounded to reach TD1.8bn (€878.9m) by August 2012, marking a 35.3% increase on the same period in 2011. Revenue was cut by roughly 40% in 2011 with political uncertainty in Tunisia and the economic downturn in Europe combining to keep tourists away. However, tourism receipts in the first eight months of 2012 came within 15% of those registered in the same period of 2010 prior to the revolution. The government has announced it will launch a tourism development programme in February 2013 aimed at stimulating sector recovery.

While Tunisia’s economic progress faces challenges this year, solid gains in tourism and industrial production should help boost overall performance in the short-term. In particular, growth in overall FDI during the transitional period of 2012 bodes well for returning investor confidence, although the level of economic recovery will also depend on the country’s ability to navigate timely and successful elections this year.

Read Next:

In Africa

Hisham Tawfik, Minister of Public Enterprise Sector, Egypt

What are the ministry’s priorities with respect to restructuring the public sector, and taking steps to improve efficiency and boost profitability?

In Economy

Myanmar: Year in Review 2019

Despite seeing solid growth, 2019 posed some challenges for Myanmar, as the country continued with plans to liberalise its economy.

Latest

Myanmar: Year in Review 2019

Despite seeing solid growth, 2019 posed some challenges for Myanmar, as the country continued with plans to liberalise its economy.