Redressement des dépenses publiques au Maroc

Text size +-
Recommend

In English

La nouvelle baisse des subventions au carburant devrait aider le gouvernement marocain à rééquilibrer ses comptes.

Au cours des cinq dernières années, le Maroc a enregistré une hausse constante de ses déficits « jumeaux » (budgétaire et commercial), principalement en raison du ralentissement prolongé de l’activité économique en Europe, partenaire commercial de premier ordre et source majeure d’investissement direct à l’étranger pour le pays. A cette faiblesse de la demande européenne viennent s’ajouter la montée des prix mondiaux du pétrole et des récoltes particulièrement médiocres en 2012. Autant de facteurs qui ont poussé respectivement les deux déficits jusqu’à 7.3 % et 23.8 % du PIB pour cette année.  

Des progrès

A la mi-janvier, le gouvernement a annoncé l’élimination des subventions à l’essence et au fuel industriel hors production d’électricité, ainsi que la réduction graduelle des subventions au diesel de 2.15 dirhams (0.19 €) par litre à 0.80 dirham (0.07 €) entre février et octobre 2014.

Les subventions au butane et au fuel industriel destiné à la production d’électricité seront en revanche maintenues. Ces deux postes devraient être équivalents à 1.8 % du PIB en 2014.

Ces nouvelles mesures viennent renforcer la ligne adoptée par le gouvernement dès l’année dernière. En septembre, les autorités nationales avaient lancé un mécanisme d’indexation des prix domestiques sur les cours mondiaux pour trois produits, à savoir l’essence, le diesel et le fuel industriel non destiné à la production d’électricité. L’objectif était de stabiliser les dépenses en matière d’énergie et de se protéger contre la volatilité.

Si l’endettement national demeure soutenable, le pays est tout de même vulnérable aux chocs extérieurs. Le Maroc dépend des importations pour la quasi-totalité de ses besoins énergétiques ainsi que dans une large mesure pour les céréales, le sucre ainsi que d’autres produits alimentaires de première importance. Le gouvernement travaille à l’introduction de mesures pour reconstituer ses réserves financières et se protéger contre la volatilité des prix, notamment en refondant le régime des retraites, en rationalisant ses dépenses de personnel et en réduisant les subventions au carburant et à l’alimentation.  

Des mesures nécessaires

L’adoption des réformes sur les subventions au carburant est passée sans grande difficulté cette année, aucun mouvement de contestation fort ne s’étant fait ressentir depuis leur introduction en janvier. L’année dernière, en revanche, les réformes avaient divisé la coalition au pouvoir, donnant lieu à un remaniement ministériel en octobre. Néanmoins, il semble qu’un consensus se fasse jour au niveau national quant à la nécessité de réduire les subventions pour reconstituer les réserves financières, notamment alors que le pays tâche de remédier au manque chronique de liquidités dans le secteur financier.

Les subventions généralisées à l’énergie et l’alimentation se sont élevées à 53 milliards de dirhams (4.7 milliards d’euros) en 2012, l’équivalent de 6.4 % du PIB. Ces subventions ont été à la mesure des dépenses d’investissements de l’Etat et ont dépassé les dépenses publiques allouées à la santé et à l’éducation réunies, selon le dernier rapport article IV du FMI, publié en mars.

Les premières mesures visant à réduire les subventions et à indexer les prix de l’énergie domestique, ainsi que la récolte exceptionnelle et la baisse des cours mondiaux du pétrole ont permis de réduire les dépenses à 43 milliards de dirhams (3.8 milliards d’euros), soit 4.7 % du PIB, en 2013. Avec l’initiative lancée en janvier, les dépenses allouées aux subventions devraient être abaissées à 35 milliards de dirhams (3.1 milliards d’euros), soit 3.7 % du PIB, en 2014.

D’ici à 2016, le gouvernement s’est fixé pour objectif de réduire les dépenses allouées aux subventions à 3 % du PIB. Si l’on ajoute à cela d’autres mesures, telles que la réforme fiscale et la réduction des dépenses de personnel dans la fonction publique, le déficit budgétaire devrait passer en dessous de la barre des 5 % en 2014 pour la première fois en trois ans.  

Engagement social

L’objectif de ce programme de réforme est de mettre de côté les subventions généralisées pour faire la part belle à des mesures plus ciblées bénéficiant directement aux populations les plus pauvres. Selon les estimations du gouvernement, 75 % des fonds alloués aux subventions au diesel et au carburant vont de fait au quintile supérieur de la population.

Cette réforme des subventions devrait avoir un impact sensible sur les coûts des transports. Dans la mesure où l’augmentation des coûts énergétiques est susceptible d’affecter les populations les plus démunies, le gouvernement a décidé en janvier de limiter la hausse des tarifs des transports publics. D’autres mesures supplémentaires devraient suivre cette année, notamment un renforcement des aides pour les enfants en âge d’être scolarisés ainsi que pour les soins afin d’améliorer l’accès des populations démunies à ces services fondamentaux.

En revanche, la modification du régime de subventions à l’alimentation promet d’être autrement plus délicate. Les dépenses actuelles pour des produits tels que le blé et sucre, dont le coût devrait être équivalent à 0.5 % du PIB en 2014, resteront pour le moment inchangées.

Grâce à toutes ces mesures ciblant simultanément les salaires dans la fonction publique, l’élargissement de l’assiette fiscale, la réforme de la TVA et l’élimination des exonérations fiscales, par exemple pour les grandes entreprises dans le secteur de l’agriculture, l’Etat devrait parvenir à assainir les finances publiques à court terme. La réforme du régime des retraites est, quant à elle, nécessaire mais elle s’inscrira dans une démarche à plus long terme. Beaucoup reste encore à faire, mais l’engagement de l’Etat à mettre en œuvre des réformes a renforcé la confiance des investisseurs, ce qui est d’autant plus important que le Haut Commissariat au Plan estime que le Maroc aura besoin de fonds extérieurs à hauteur de 7.4 % du PIB en 2014.

 


Morocco strengthens public finances

En Français

A move to further reduce fuel subsidies is expected to help the Moroccan government’s ongoing efforts to strengthen its balance sheets.

Largely as a result of a protracted slowdown in Europe, the primary trade partner and major source of foreign direct investment, Morocco’s “twin” (fiscal and trade) deficits have risen steadily in the past five years. In addition to lower demand from the eurozone, an increase in global oil prices and a particularly weak agriculture harvest in 2012 pushed the two measures up to 7.3% and 23.8% of GDP, respectively, for that year.    

Making strides

In mid-January, the government announced it would eliminate subsidies on gasoline and industrial fuel not used for electricity generation, and that diesel subsidies would gradually be reduced from Dh2.15 (€0.19) per litre to Dh0.80 (€0.07) between February and October of this year.

Subsidies will remain in place for butane and industrial fuel used for power generation; spending on these two products together is expected to be equivalent to 1.8% of GDP in 2014.

This builds on initial steps adopted last year. In September, national authorities launched a mechanism to index the domestic price of three products – gasoline, diesel and non-electricity industrial fuel – to global prices, which will help to stabilise energy spending and protect against volatility.

While national debt is at a sustainable level, the country remains vulnerable to external price shocks. Morocco depends on imports for nearly all its energy needs and significant quantities of cereals, sugar and other key food products. The government is working to introduce measures to restore financial buffers and protect against future volatility, including reforming the pension system, rationalising its expenditure on wages, along with reducing subsidies on fuel and food.  

Necessary measures

The adoption of fuel subsidy reforms passed relatively smoothly this year, with no evident backlash against the cuts since their introduction in January. Last year, the reform effort divided Morocco’s ruling coalition, prompting a cabinet reshuffle in October. However, consensus appears to be growing at a national level that subsidy reductions are necessary to rebuild financial buffers, particularly as the country works to manage a persistent liquidity shortage in the financial sector.

Expenditure on blanket subsidies for energy and food products amounted to Dh53bn (€4.7bn) in 2012, equivalent to 6.4% of GDP. This was on par with the government’s level of investment spending and exceeded public expenditures on health and education combined, according to the most recent IMF Article IV staff report, published in March.

Initial efforts to reduce subsidies and index domestic energy prices, as well as a bumper agricultural harvest and lower global oil prices, helped to bring expenditure down to Dh43bn (€3.8bn) in 2013, equivalent to 4.7% of GDP. With the changes introduced in January, subsidy spending is slated to drop further to Dh35bn (€3.1bn), or 3.7% of GDP, in 2014.

Government officials have set a target of lowering subsidy spending to 3% of GDP by 2016. Combined with a number of other measures, including tax reform and reductions in public spending on wages, these efforts are slated to push the fiscal deficit below the 5% mark in 2014, for the first time in three years.  

Socially minded

The goal of the reform programme is to replace blanket subsidies with more targeted measures that directly benefit low-income populations. The government estimates that 75% of payments for diesel and fuel subsidies benefit the top quintile of the population.

The subsidy reform stands to have a noticeable impact on transport costs. To the extent that higher energy costs could affect low-income populations, the government moved in January to limit fare increases on public transportation. Additional measures set to be introduced this year, including expanded support for school-age children and medical care, are expected to improve access to key services for this segment of the population.

Modifying the food subsidy regime will likely be a trickier process. Current spending on products such as wheat and sugar, which are expected to account for costs equal to 0.5% of GDP in 2014, will remain in place for now.

Simultaneous efforts to reduce spending on public sector wages, widen the tax base, reform the VAT regime and eliminate tax exemptions, for example for large-scale agricultural firms, should all help in the short term to strengthen public finances. Pension reform, while necessary, is a long-term goal. Much work remains to be done, but the state’s commitment to enacting reforms helped to strengthen investor confidence, which is particularly important as the High Commission for Planning estimates that Morocco will need to seek an amount equivalent to 7.4% of GDP through external financing in 2014.

Read Next:

In Morocco

Les arrivées en provenance de Chine et des marchés émetteurs...

Le Maroc se tourne à la fois vers de nouveaux marchés et vers les pays émetteurs traditionnels pour générer davantage de croissance dans son secteur touristique suite à une hausse du nombre d’...

In Economy

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

Latest

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?