Maroc : Priorité au logement social

In English

Comme le prouve la demande croissante de matériaux de construction, avec notamment une hausse spectaculaire de 25% des ventes de ciment, le secteur marocain de l’immobilier continue d’afficher une croissance stable, due en grande partie à la priorité accordée à l’habitat social- un secteur où l’offre est constamment déficitaire et qui promet alors un développement continu ces prochaines années.

L’immobilier résidentiel conserve sa place de principal levier de croissance du secteur et représente 67% de l’ensemble des ventes. En 2011, les prix ont augmenté de 3,4% par rapport aux chiffres de 2010 et le nombre d’unités résidentielles vendues sur le marché a enregistré une hausse de 13,6%. Les dernières statistiques publiées par la Bank Al Maghrib pour le dernier trimestre 2011 font état d’un volume de transactions en hausse de 22,8% dans le secteur de l’immobilier résidentiel, une bonne performance qui est à attribuer à une augmentation des ventes d’appartements de haut et moyen standing et de villas. Les prix des villas ont enregistré, au dernier trimestre 2011, une hausse de 4,2% en glissement annuel tandis que le volume des ventes avait augmenté de 11,3%.

Ce sont toutefois les ventes d’appartements qui dominent le secteur, représentant 61% de l’ensemble des ventes. Les prix ont progressé de 5,2% en glissement annuel tandis que le volume de transactions affichait une hausse de 25,7%. La majorité de l’activité immobilière s’effectue au bas de l’échelle socio-économique et est constituée des logements abordables, ceux-ci représentant plus des deux tiers de l’ensemble de la demande sur le marché de l’immobilier résidentiel.

Le déficit en logements du pays était évalué à environ 608 000 unités en 2011 et on notait un manque flagrant de logements subventionnés par l’Etat, en partie exacerbé par la politique du Royaume visant à éliminer les bidonvilles et à reloger leurs résidents dans des logements décents.

Le projet, baptisé « Villes Sans Bidonvilles » (VSB), a été lancé en 2004 et a pour objectif de reloger des familles des quartiers pauvres dans des maisons neuves situées en zone urbaine. Le programme, qui touche maintenant 1,75 million de personnes, affiche déjà des résultats remarquables et est en bonne voie pour atteindre ses objectifs.

Depuis le lancement du programme, 400 000 personnes supplémentaires ont été ajoutées à la population ciblée par le gouvernement et, d’après le Ministère de l’Habitat, le taux de réalisation du projet serait de 70%. 1,2 million de ménages ont été relogés ou attendent actuellement la fin de la construction de leur nouveau logement.

Conséquence de cette politique, sur les 85 villes concernées par le programme VSB, 43 d’entre elles ont été déclarées sans bidonvilles. Le taux d’avancement du projet dans les 42 villes restantes est de plus de 60%. Casablanca, Marrakech, Kénitra, Rabat, Larache et Guercif font partie des 17 villes qui auront bientôt relogé tous les ménages ciblés dans de nouveaux logements.

C’est dans la Région de l’Oriental, située au nord-est du Maroc, que le programme VSB a affiché les meilleurs résultats : 83% des familles ciblées ont été relogées et leurs baraques démolies. Le groupe immobilier Al Omrane-Oujda, sous la supervision du Ministère de l’Habitat, a été l’un des principaux acteurs de l’éradication des bidonvilles dans la région. L’un des principaux projets de l’entreprise concerne le pôle urbain de la ville d’Al Aroui, où une surface de 210 ha sera consacrée à des logements sociaux. La construction de 36 000 unités de logement y est prévue, permettant de recevoir environ 180 000 habitants.

Un certain nombre de mécanismes financiers ont contribué à permettre la réalisation du projet gouvernemental de relogement des familles dans des appartements rénovés. Le Fonds Fogarim, prêt au logement au profit des populations à revenu modeste garanti par l’Etat en place depuis 2003, a permis à 81 000 personnes d’acquérir un logement. Parmi celles-ci, 15 2000 ménages relogés dans le cadre du programme VSB ont bénéficié du Fonds Fogarim. Fin 2011, l’encours des crédits accordés à ces familles atteignait 1,22 milliard de dirhams (109,3 millions d’euros), soit environ 11% du total de l’encours des crédits Fogarim distribués.

Cependant, le programme Fogarim doit actuellement faire face à un problème de taille : le défaut de paiement. Ce phénomène s’est produit dans des villes telles qu’Oujda, Azrou et Rabat où certaines familles n’ont pas remboursé leur traite mensuelle, qui s’élève à environ 1500 dirhams (134 euros). Les autorités ont demandé aux banques d’attendre avant de déclencher des procédures judiciaires contre les emprunteurs et le Ministère de l’Economie et des Finances a mis en place un nouveau prêt, le Fogarim-VSB, qui est spécialement dédié à cette tranche de la population et réduit les mensualités à 1000 dirhams (90 euros).

L’objectif de l’Etat marocain étant de reloger ses habitants dans des logements urbains neufs, le secteur de l’immobilier résidentiel va donc poursuivre sa croissance. L’assiette foncière mobilisée pour les projets urbains représente déjà 4000 ha par an, dont 45% pour l’immobilier, selon le Ministère de l’Agriculture. Le gouvernement marocain, dans le cadre de son programme de logements sociaux, projette d’ouvrir 70 000 ha supplémentaires à l’urbanisation : un volume et une échelle qui en disent long sur le potentiel de croissance du secteur immobilier dans le pays.

>

 

Morocco: Focusing on social housing

En Français

As evidenced by an increased demand for construction materials, including a dramatic 25% rise in cement sales, Morocco’s property sector is continuing to see steady growth thanks in large part to a strong emphasis on social housing – a segment that has consistently run a deficit of supply, thereby promising continued expansion in the years to come.

Residential property remains the real estate sector’s main driving force, accounting for around 67% of total sales. In 2011, prices increased by 3.4% compared to 2010 and the number of units sold on the market was up by 13.6%. According to the latest statistics released by Bank Al Maghrib for the last quarter of 2011, the volume of transactions in the residential property sector rose by 22.8%, mainly due to the increase in middle-income and high-end apartment and villa sales. In the last quarter of 2011, villa prices saw a year-on-year (y-o-y) increase of 4.2% and sales rose by 11.3%.

However, it was apartment sales that lead the sector, accounting for around 61% of total sales. Prices saw a y-o-y increase of 5.2%, while the volume of transactions rose by 25.7%. The majority of real estate activity comes from further along the socioeconomic spectrum, at the affordable housing end, which accounts for more than two-thirds of total residential demand.

The country’s housing deficit stood at roughly 608,000 units in 2011, with a significant shortfall in terms of the availability of government-sponsored accommodation, exacerbated in part by the Kingdom’s move to eliminate shantytowns and shift residents into proper housing.

The project, known as Cities Without Slums (Villes Sans Bidonvilles, VSB), was launched in 2004 and aims to relocate families from poorer neighbourhoods and place them into new houses in urban areas. The programme, which now impacts some 1.75m people, has seen remarkable progress towards achieving its objectives. Since the programme’s launch, an additional 400,000 people have been added to the government’s targets, and according to the Ministry of Housing, 70% of the scheme has been realised so far. Some 1.2m households have either been relocated or are currently awaiting the completion of their new home.

As a result, 43 out of the 85 towns affected by the VSB scheme have been declared slum-free. In the 42 remaining towns, more than 60% of the work has been achieved. Casablanca, Marrakech, Kénitra, Rabat, Larache and Guercif are among the next 17 towns to have moved all targeted households into new homes.

The VSB programme has been most successful thus far in the Oriental Region, located in north-eastern Morocco, where 83% of the targeted households have been demolished and families relocated. The Al Omrane-Oujda group, a real estate company placed under the supervision of the Ministry of Housing, has been one of the main players in the region in helping eradicate slums.

Also among the company’s main projects is that of the urban zone planned for the town of Al Aroui where 210 ha will be dedicated to housing. Some 36,000 housing units will be built in the area for about 180,000 inhabitants. Relocating families into the refurbished apartments planned by the government has been made possible thanks to a number of financing mechanisms. Fogarim, which has provided government-backed mortgages to people with low incomes since 2003, has enabled 81,000 people to obtain their own home. Among these, 15,200 households that have been relocated under the VSB scheme have benefitted from the Fogarim scheme. At the end of 2011, the credit distributed to these families accounted for around 11%, or Dh1.22bn (€109.3m), of total issued Fogarim credit.

However, the Fogarim programme currently faces a major challenge as a number of payment defaults have been reported in towns such as Oujda, Azrou and Rabat, where some households have failed to pay off their monthly instalments of around Dh1500 (€134). Authorities have asked banks for more time before taking judicial action again the loanholders, and the Ministry of Economy and Finance has put in place a new loan, the Fogarim-VSB, that specifically targets this segment of the population and lowers their monthly payments to Dh1000 (€90).

Morocco’s residential sector will continue to expand as the government pursues its objective of relocating people to newer, urban housing. Already some 4000 ha of land per year have been reclaimed for urban projects, with some 45% of this used for real estate, according to the Ministry of Agriculture. With the government planning to develop a further 70,000 ha, the sheer volume and scale of the government’s housing schemes should leave plenty of room for growth in real estate.

Read Next:

In Africa

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

In Real Estate

The entertainment and leisure developments driving Kuwait’s real...

Kuwait has continued the expansion and diversification of its real estate sector, with progress being made on a series of new mixed-use and entertainment-focused developments.

Latest

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?