Maroc: Prévisions de croissance

Text size +-
Recommend

Un fort taux de croissance du secteur non agricole au premier semestre, auquel s’ajoutent des récoltes records, se sont traduits par une amélioration des perspectives de croissance du Maroc en 2011. L’inflation reste faible malgré une hausse supérieure aux prévisions. Le gouvernement travaille à un certain nombre de mesures pour enrayer le problème du déficit budgétaire, dont la forte hausse est source d’inquiétude.

Salaheddine Mezouar, le ministre de l’Economie et des Finances, a révélé au mois d’août que le secteur non agricole au Maroc avait réalisé un fort taux de croissance du PIB, de 5,1%, au premier semestre de 2011. Il a constaté que les secteurs du BTP et des industries exportatrices se portaient particulièrement bien, et ce malgré la crise que traversent les principaux marchés de destination du pays. Le secteur agricole devrait lui aussi contribuer à la croissance globale, grâce à une très bonne récolte en 2010-2011.

Le volume de production des trois principales céréales – blé dur, blé tendre et orge- s’est élevé à 8,4 millions de tonnes, en hausse de 12% par rapport à la récolte précédente grâce à une augmentation de 7% de la superficie cultivée ainsi qu’un rendement en hausse de 5%, dû en partie à des pluies abondantes et survenues au bon moment. Le secteur de l’industrie affiche également une bonne performance ; la production a enregistré une hausse de 2,6% au premier trimestre de l’année par rapport aux chiffres de la même période en 2011.

Une enquête réalisée par la banque centrale du Maroc, Bank Al Maghrib, auprès d’entreprises industrielles a révélé une augmentation de la production en juin et juillet : 43% des entreprises interrogées ont rapporté une hausse de leur production contre 26% qui ont vu leur production diminuer. A la fin juillet, les exportations annuelles enregistraient une croissance de 19,5% en glissement annuel et atteignaient 99,5 milliards de dirhams (8,86 milliards d’euros), notamment grâce à une augmentation des ventes à l’étranger des produits des industries minières, métallurgiques et chimiques. La progression des importations, en hausse de 20,2% pour un total de 206 milliards de dirhams (18,35 milliards d’euros), dépasse cependant légèrement celle des exportations.

En juillet, l’inflation a dépassé les prévisions du gouvernement mais celle-ci reste sous contrôle avec, en glissement annuel, une progression de 1,8% des prix à la consommation. La raison principale de cette hausse est attribuée à une hausse significative (+3,1%) du prix des denrées alimentaires, celles-ci représentant près de la moitié du panier de biens de consommation. L’inflation mensuelle est de 0,6%.

Compte tenu de la bonne performance économique du pays, il a été rapporté que la Bank al Maghrib avait relevé sa fourchette de prévisions du taux de croissance d’un demi-point pour 2011, soit 5-5,5% au lieu de 4,5-5%. Le Haut Commissariat du Plan, l’institution marocaine chargée de la production statistique, a également revu à la hausse son estimation la plus prudente et estime désormais la progression du PIB à 4,8% au lieu de 4,6%.

A l’horizon 2012, les perspectives sont également encourageantes. Le Ministère de l’Economie et des Finances établit son budget 2012, actuellement en cours d’élaboration, sur la base d’un taux de croissance du PIB prévu entre 4,7 et 5,2% (avec un taux de croissance du secteur non agricole entre 5% et 5,5%) et d’un taux d’inflation annuel de 2%. Celui-ci table également sur un prix moyen du baril de pétrole à 100 dollars.

Le gouvernement va toutefois devoir faire face à un défi crucial sur le plan financier : un important déficit budgétaire qui, selon les prévisions, devrait encore s’aggraver du fait d’une augmentation significative des salaires dans le secteur public en début d’année et d’une envolée du coût des subventions sur les produits de base en raison des hausses de prix des matières premières et des troubles économiques qui agitent les autres pays d’Afrique du Nord.

Mi-août, le Ministre de la Communication Khalid Naciri a déclaré que les subventions à la Caisse de Compensation atteindraient 48 milliards de dirhams (4,3 milliards d’euros), soit un montant près de trois fois supérieur aux 17 milliards de dirhams (1,5 milliards d’euros)initialement prévus cette année, faisant monter les prévisions du déficit budgétaire de l’année à environ 5% du PIB, ou 5,7% selon de récentes conclusions du Fonds Monétaire International (FMI). En même temps, la libéralisation commerciale, qui s’est manifestée par une diminution des tarifs douaniers, exerce une pression à la baisse sur les revenus. Le FMI a récemment averti que le déficit pourrait atteindre 6,5%-7,5% du PIB si le problème n’était pas résolu.

Le gouvernement espère cependant, à moyen terme, réduire le déficit budgétaire à 3% du PIB. En plus de nouveaux projets de privatisation, le gouvernement envisagerait d’instaurer de nouveaux impôts sur la fortune et les propriétés, ce qui aiderait à compenser la hausse du coût des subventions sur les produits de base. Il procède également à une réduction des transferts budgétisés aux entités publiques avec des excédents de trésorerie et a demandé aux différents ministères d’économiser 10% de leurs allocations budgétaires sur certaines dépenses non essentielles. D’après le FMI, ces mesures devraient permettre de réduire le déficit annuel d’1% du PIB.

Les efforts en matière d’administration et de collecte des impôts, qui ont donné lieu à des recettes fiscales plus élevées que prévues fin juin, devraient avoir un impact du même ordre sur la réduction du déficit. Le gouvernement compte également sur une augmentation des recettes des entreprises publiques grâce à la reprise économique et envisage de réduire la masse salariale de la fonction publique dans les prochaines années. Le FMI, quant à lui, recommande une réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour maintenir, voire augmenter, les recettes de la TVA.

 

Morocco: Forecast for expansion

Strong non-agricultural growth in the first half of the year, combined with a bumper harvest, has improved Morocco’s growth outlook for 2011. Inflation remains low, despite having risen above expectations. Although a significant increase in the fiscal deficit is causing some concerns, the government is undertaking a number of measures to rein it in.

Salaheddine Mezouar, the minister of economy and finances, revealed in August that Morocco had experienced robust non-agricultural GDP growth of 5.1% in the first six months of 2011, noting that the construction sector and export-oriented industries were doing particularly well, in spite of turmoil in the country’s largest destination markets.

The agricultural sector also looks set to support overall expansion thanks to a strong 2010-11 harvest. Production of the three major grains – hard wheat, soft wheat and barley – stood at 8.4m tonnes, up 12% from the previous harvest, thanks to a 7% increase in planted surface area and a 5% increase in yields that were boosted by abundant and well-timed rainfall. Industry is also performing well; output grew by 2.6% in the first quarter of the year over the same period in 2011.

A survey of industrial firms by the central bank, Bank Al Maghrib, found that output had increased in June and July, with 43% of firms surveyed reporting an increase in production versus just 26% who saw a fall in output. Exports for the year to the end of July grew by 19.5% year-on-year, to Dh99.5bn (€8.86bn), driven by increased sales abroad in the mining, metal and chemical industries, although they were slightly outpaced by imports, which rose by 20.2% to Dh206bn (€18.35bn).

Although inflation exceeded government forecasts in July, it nevertheless remained firmly under control, with consumer prices up 1.8% year-on-year. The increase was driven primarily by a 3.1% jump in food prices, which account for close to half of the consumer price basket. Inflation was up 0.6% on a monthly basis.

In the light of the economy’s strong performance in the first half of the year, Bank Al Maghrib was reported in early July to have raised its growth forecast range for 2011 by half a percentage point, from 4.5-5% to 5-5.5%. The country’s statistical body, the High Planning Commission (Haut Commissariat du Plan), also increased its more conservative estimate, from 4.6% to 4.8%.

The prospects for 2012 appear equally encouraging. The Ministry of Economy and Finance is basing the 2012 budget, currently in the process of being drafted, on forecast GDP growth of 4.7-5.2% (including non-agricultural growth of between 5% and 5.5%) and an annual inflation rate of 2%. It also assumes an average oil price of $100 per barrel.

However, the government faces a crucial fiscal challenge: the burgeoning budget deficit, which looks set to expand following significant public sector pay increases earlier this year and a hike in the cost of subsidies for basic goods on the back of commodity price increases and economic unrest elsewhere in North Africa.

In mid-August the minister of communications, Khalid Naciri, stated that the government subsidy fund stood at Dh48bn (€4.3bn), nearly three times the Dh17bn (€1.5bn) initially allocated this year and pushing up forecasts of the budget deficit for the year to around 5% of GDP, or 5.7%, according to recent International Monetary Fund (IMF) predictions. At the same time, trade liberalisation in the form of reduced tariffs is putting downward pressure on revenues. The IMF recently warned that failure to address the issue could see the deficit expand to 6.5-7.5% of GDP.

However, the government is aiming to reduce the budget deficit to 3% in the medium term. In addition to planning further privatisations, the government is reportedly considering creating new wealth and property taxes that would help offset the increased cost of subsidies for basic goods. It is also reducing transfers to public entities with budget surpluses and has asked government departments to reduce their budget allocations for some non-essential current expenditure items by 10%. The IMF expects such measures to reduce the annual deficit by 1% of GDP.

Efforts to improve tax administration and collection, which gave rise to higher-than-expected revenue at the end of June, should dent the deficit by a similar amount. The government also expects revenues from state-owned enterprises to increase thanks to the economic recovery and is planning to reduce the civil service wage bill in coming years, while the IMF has recommended that it reform value-added tax (VAT) to maintain or even raise VAT receipts.

Read Next:

In Morocco

De nouvelles usines viennent stimuler le développement de l’industrie...

Le Maroc poursuit sa stratégie de développement des secteurs de l’aérospatiale et de l’aviation, souhaitant générer davantage de valeur ajoutée ; c’est dans ce cadre que s’inscrit la récente...

In Economy

Launch of new free zones to boost Qatar’s foreign investment and...

Qatar is ramping up efforts to increase foreign investment and incentivise activity in a range of different industries, unveiling plans to launch two new free trade zones.

Latest

Tracking Saudi Aramco’s multibillion-dollar IPO move

Saudi Aramco has listed shares on the Saudi Stock Exchange (Tadawul) in the world’s biggest-ever initial public offering (IPO). Shares began trading on December 11, and Saudi Aramco’s stock rose...