Maroc : Les effets de la crise européenne se font ressentir

Text size +-
Recommend

In English

En se penchant sur une sélection d’indicateurs économiques, on comprend mieux les difficultés auxquelles l’économie marocaine se voit confrontée. Voilà ce qu’on pouvait lire dans le rapport du mois de juin de la banque centrale marocaine, Bank Al-Maghrib : « Selon des données préliminaires, le déficit commercial a continué de se creuser fin mai 2012. De plus, les transferts des ressortissants marocains à l’étranger se sont tassés, passant de 8,2% à 2% par rapport à l’année précédente et les recettes voyages ont subi une baisse de 0,2% après avoir enregistré une hausse de 13% fin mai 2011. »

À la mi-juin Bank Al-Maghrib a conservé un taux directeur de 3%, au même niveau depuis le mois de mars, où le taux directeur avait été baissé de 25 points de base, passant de 3,25% à 3%. Jusqu’à cette récente baisse, la banque avait maintenu les taux d’intérêt inchangés pendant trois ans.

Dans un rapport du mois de mars, la banque centrale expliquait : « Dans un contexte caractérisé par un repli sensible de l’activité économique … ainsi qu’une balance des risques orientée à la baisse, le conseil a décidé de réduire le taux directeur. ». Actuellement, la banque décrit la balance des risques comme étant « globalement neutre ».

Les chiffres publiés par certains des plus importants secteurs en matière de contribution au PIB illustrent bien la performance mitigée de l’économie dans son ensemble. On peut citer comme exemple le tourisme, secteur clé au Maroc, qui a également rencontré des difficultés récemment. Alors que le royaume nord-africain compte sur les visiteurs venus d’Europe continentale, qui représentent près de 70% du nombre total de touristes étrangers – avec en tête de liste la France et l’Espagne, suivies du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la Belgique- en ce moment de nombreuses familles européennes se serrent la ceinture, ce qui a entrainé une baisse du nombre de visiteurs.

En effet, les arrivées de touristes ont chuté au premier trimestre 2012 par rapport à la même période en 2011 : le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat a rapporté une baisse de 9% en glissement annuel pour le mois de janvier 2012 et de 5% pour le mois de février 2012 par rapport aux chiffres enregistrés en février 2011.

Ces chiffres sont moins inquiétants qu’ils ne paraissent. Les arrivées de visiteurs avaient déjà subi un ralentissement l’an dernier, du fait des complications de la crise de la dette dans la zone euro et d’une incertitude générale engendrée par le Printemps Arabe, mais le Maroc avait tout de même réussi à augmenter ses recettes touristiques. En outre, le rythme de diminution avait ralenti en mars, avec un nombre d’arrivées en baisse de seulement 1% par rapport au mois de mars de l’année précédente.

Cependant, les investissements directs étrangers, qui traditionnellement privilégient les secteurs du tourisme et de l’immobilier, ont également accusé une baisse de 11,8%, selon la banque centrale, qui ne donne aucun détail sur les investissements qui ont eu lieu ni dans quels secteurs ces derniers se sont produits.

Le Maroc est particulièrement sensible à la récession en Europe, dans la mesure où l’UE est son principal partenaire commercial et le tourisme sa source la plus importante de devises étrangères. D’après les estimations du Conseil mondial des voyages et du tourisme (WTTC), la participation directe du tourisme à l’économie marocaine en 2011 était de 71,8 milliards de dirhams (6,5 milliards d’euros), soit 8,9% du PIB.

Toutefois, si on cumule les contributions directe et indirecte du secteur, on arrive au chiffre de 152,5 milliards de dirhams (13, 8 milliards d’euros), soit 19% du PIB. Le secteur est également le deuxième employeur du pays, employant 834 500 Marocains, ou 7,8% de l’emploi total.

Les manifestations du Printemps Arabe qui ont secoué l’ensemble du Moyen-Orient ont résulté non seulement en une baisse du nombre de touristes mais ont aussi entrainé, de la part du gouvernement, une hausse des salaires dans le secteur public ainsi que des subventions alimentaires et énergétiques multipliées par trois, atteignant plus de 6 milliards de dollars. Par conséquent, le déficit budgétaire devrait être de l’ordre de 5% du PIB à la fin 2012, selon Abdellatif Jouahri, le gouverneur de Bank Al-Maghrib.

Des facteurs externes ont également eu un impact sur d’autres secteurs importants. Le gouvernement a dû faire face à une sécheresse dont les répercussions sur les prix des aliments vont se poursuivre sur le court terme. L’agriculture est un secteur économique important, contribuant au PIB à hauteur de 13,4% en moyenne entre 2006 et 2010. Un rapport du Foreign Agricultural Service du Département de l’Agriculture des Etats-Unis (USDA), publié à la mi-mars, qualifie la production de céréales au Maroc de « précaire ».

En raison d’une faible pluviométrie, qui a retardé les semences, et de vagues de froid anormales, la campagne agricole n’a pas bien démarré. Le volume de production ne devrait par conséquent atteindre que 4 millions de tonnes en 2012, la moitié de la récolte de l’an dernier.

Etant donné les difficultés externes qui continuent d’affecter l’économie, les projections en matière de croissance économiques restent prudentes. La banque centrale prévoit pour cette année une croissance s’établissant à moins de 3% pour ce qui est du PIB global et entre 3% et 4% pour le PIB non agricole. Une prévision revue à la baisse par rapport à la croissance de 4 % à 5% des projections du FMI pour l’année 2012.

L’inflation devrait cette année se situer autour de 1,4%. « La prévision d’inflation moyenne a été revue à la baisse pour 2012, de 1,7% à 1,4%. » a déclaré un responsable de Bank Al-Maghrib. Le taux d’inflation, qui a atteint 1,2% en avril, résulte principalement de« prix des produits alimentaires plus élevés et instables ».

 

Morocco: Feeling pressure from Europe

En Français

Spill over from the eurozone crisis, combined with muted foreign visitor arrival numbers and a slump in agricultural output, have greatly impacted Morocco’s economic performance in the first half of 2012, with challenges still to come for the remainder of the year.

A glance at some select economic indicators shows the difficulties the economy is facing. According to its June statement, Bank Al-Maghrib, the central bank, reported, “Preliminary data shows that the trade deficit has widened further as of the end of May 2012. Meanwhile, transfers of Moroccans living abroad slowed down from 8.2% to 2% year-on-year, and travel receipts fell 0.2% after rising 13% by the end of May 2011.”

In mid-June Bank Al-Maghrib kept its benchmark lending rate at 3%, the same level it has held since March, when the lending rate was cut by 25 basis points from 3.25% to 3%. Until this recent rate cut, the central bank had left interest rates unchanged for three years.

In a March statement, the central bank explained, “In the context where economic activity has declined significantly… and the balance of risks is skewed to the downside, the board decided to reduce the key rate”. The bank currently describes the balance of risks as “broadly neutral”.

The muted performance of the broader economy can be seen in the figures posted by some of the more prominent GDP contributors. Tourism, for example, which is a key sector for Morocco, has seen its own difficulties recently as well. As the North African kingdom relies on mainland Europe for almost 70% of its visitors – France and Spain top the list of foreign tourists, followed by the UK, Germany and Belgium– the current belt-tightening among many European households has led to a decrease in visitor numbers.

Indeed, tourist arrivals dropped over the first three months of 2012, compared to the same period in 2011: the Ministry of Tourism (Ministere du Tourisme et de L’Artisanat) reported a 9% decrease in January 2012 compared to the same month last year and a 5% decrease in February 2012 compared to February 2011.

This need not be as concerning as it might appear. Visitor arrivals had slowed last year as well, due to the complications from the eurozone debt crisis and broader uncertainty engendered by the Arab Spring, although Morocco still managed to increase overall tourism revenues nonetheless. Furthermore, the rate of decline slowed in March, with arrivals down just 1% over the same month the previous year.

However, net foreign direct investment, which has traditionally favoured the tourism and real estate sectors, was also down by 11.8%, according to the central bank, though it did not provide any details on what investment did come in and where it was directed.

Morocco is particularly vulnerable to Europe’s slowdown because the EU is its biggest trading partner and tourism its largest source of foreign currency. Tourism’s direct contribution to the economy was estimated at Dh71.8bn (€6.5bn), or 8.9% of GDP, in 2011, according to the World Travel & Tourism Council (WTTC).

Its total direct and indirect contribution, however, was estimated to be Dh152.5bn (€13.8bn), some 19% of GDP. The sector is also the second-largest industry in terms of jobs, employing 834,500 Moroccans, accounting for 7.8% of total employment.

The Arab Spring protests throughout the Middle East not only saw a decline in tourist numbers, but also led to the government responding by raising public sector wages and trebling funds to food and energy subsidies to over $6bn. As a result, the budget deficit is expected to account for 5% of GDP by the end of 2012, according to Abdellatif Jouahri, the governor of the Bank Al-Maghrib.

Exogenous factors have impacted other major sectors as well. The government has had to contend with drought, which will continue to affect food prices in the near term. Agriculture is a significant contributor to the economy, accounting for an average of 13.4% of GDP between 2006 and 2010. A report from the USDA Foreign Agricultural Service stated in mid-March that Morocco’s cereal production is in a “precarious” state.

A lack of rainfall, which delayed the sowing of grain, and abnormal cold spells have hampered crop development. As a result, cereals production is expected to reach only 4m tonnes in 2012, half of last year’s harvest.

Given the external difficulties the economy continues to face, economic growth projections remain conservative. The central bank expects growth this year to remain at less than 3% for overall GDP and between 3% and 4% for non-agricultural GDP. This is down from the 4-5% growth the IMF estimated the country would see in 2012.

Inflation is expected to average around 1.4% this year. “The average inflation forecast for 2012 was revised down from 1.7% to 1.4%,” said the Bank Al-Maghrib. The inflation rate, which reached 1.2% in April, was mainly driven by “higher volatile food prices”.

Read Next:

In Africa

Hisham Tawfik, Minister of Public Enterprise Sector, Egypt

What are the ministry’s priorities with respect to restructuring the public sector, and taking steps to improve efficiency and boost profitability?

In Economy

Hisham Tawfik, Minister of Public Enterprise Sector, Egypt

What are the ministry’s priorities with respect to restructuring the public sector, and taking steps to improve efficiency and boost profitability?

Latest

Hisham Tawfik, Minister of Public Enterprise Sector, Egypt

What are the ministry’s priorities with respect to restructuring the public sector, and taking steps to improve efficiency and boost profitability?