Maroc : Investissements dans le tourisme

Text size +-
Recommend

In English

L’ambitieux projet du Maroc de se positionner parmi les vingt premières destinations touristiques au monde a enregistré des progrès constants malgré les difficultés rencontrées liées aux répercussions de l’instabilité dans la région et à l’actuelle crise de la zone euro.

En 2012, le secteur marocain du tourisme a réussi à attirer des investissements à hauteur de 14 milliards de dirhams (1,25 milliard d’euros) pour de nombreux projets. Une somme qui représente environ 93% de l’objectif fixé par le pays dans le cadre de sa stratégie Vision 2020, à savoir d’attirer en moyenne 15 milliards de dirhams (1,33 milliard d’euros) chaque année.

Lancée en 2010, la Vision 2020 veut faire du Maroc l’une des vingt premières destinations touristiques au monde et porter le nombre d’arrivées à 20 millions d’ici 2020. Les Européens représentent le plus grand nombre de visiteurs, mais il s’agit surtout de citoyens français et le Maroc est déterminé à attirer un plus grand nombre de visiteurs d’autres pays européens. Le gouvernement espère par exemple multiplier par deux le nombre de visiteurs britanniques et le faire passer de 500 000 à 1 million par an entre 2013 et 2020.

Les investissements enregistrés en 2012 devraient permettre de créer 5 500 emplois et d’ajouter 12 500 lits d’ici 2015, en particulier à Bouznika, Casablanca et Marrakech.

Parmi les nouveaux investissements de 2012, on peut citer un projet de 4 milliards de dirhams (356,8 millions d’euros) dans le segment du haut de gamme et du luxe : la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), établissement public marocain, a signé en décembre 2012 un accord avec le groupe français Pierre&Vacances-Center Parcs, spécialisé dans la location d’appartements de vacances, pour réaliser des villages de vacances et des résidences à Marrakech, Saïda et Taghazout. Ces projets devraient permettre la création de 900 emplois et l’ajout de 7 200 lits supplémentaires au segment du haut de gamme d’ici 2016.

La date de livraison de la résidence haut de gamme Oasis Noria à Marrakech est prévue pour 2015, ajoutant 2 400 lits au secteur. Est également en cours de réalisation, dans la ville côtière de Saïdia non loin de la frontière algérienne, le projet Mediterrania-Saïdia qui compte trois hôtels cinq étoiles, des résidences de haut standing, trois terrains de golf, une marina et de nombreux magasins.

Enfin, Taghazout, au nord d’Agadir, se verra doté de 250 maisons et appartements, soit 2 700 lits supplémentaires d’ici 2016. En 2012, Agadir a pulvérisé son record du nombre de visiteurs, enregistrant plus de 810 000 arrivées et plus de quatre millions de nuitées dans les hôtels de la ville, ce qui représente une augmentation en glissement annuel de 4,05% pour les arrivées et de 0,24% pour les nuitées.

Le royaume compte bien attirer encore plus d’investissements cette année. D’après Lahcen Haddad, le Ministre du Tourisme, le Maroc devrait attirer entre 20 milliards de dirhams (1,78 milliard d’euros) et 30 milliards de dirham (2,68 milliards d’euros) d’investissements en 2013.

Quant à la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT), elle est encore plus optimiste. La SMIT a réalisé plusieurs études de faisabilité dans le but d’attirer jusqu’à 38 milliards de dirhams (3,39 milliards d’euros) d’investissements en 2013, ce qui ajouterait plus de 36 000 lits et créerait plus de 10 000 emplois sur le long terme. « L’objectif est d’attirer 150 milliards de dinars (13,4 milliards d’euros) d’investissements dans le secteur du tourisme d’ici 2020,»a déclaré Imad Barrakad, le president de la SMIT, aux équipes d’OBG. « Nous recherchons en particulier des investissements en provenance des pays du Golfe. »

Les grands projets d’investissements dans le secteur en 2013 seront en partie axés sur le tourisme de niche, comme par exemple le tourisme médical. La construction d’un complexe touristico-médical par le groupe émirati Tasweek Real Estate Development and Marketing a été annoncée fin 2012 : baptisé Marrakech Healthcare City (MHC), il comportera 160 lits d’hôpital, 56 appartements haut de gamme ainsi qu’un hôtel de luxe de 40 chambres. Le projet, estimé à 40 millions de dollars, s’étendra sur 21 000 mètres carrés et devrait être achevé d’ici deux ans. Le MHC espère attirer jusqu’à 5 000 patients par an.

Malgré le nombre croissant de projets et les chiffres de croissance positifs dans certaines régions du pays, Marrakech a accusé une baisse de 2% du nombre total d’arrivées entre janvier et septembre 2012 par rapport à la même période en 2011, et le trafic passagers dans les aéroports marocains affichait une chute de 4,73% en glissement annuel sur la même période.

Pour de nombreux acteurs du secteur, ce sont la crise en Europe et l’instabilité dans la région qui sont responsables de ces baisses. Afin d’y remédier, le gouvernement a annoncé récemment que l’Office National Marocain du Tourisme allait voir son financement augmenter de 15% en glissement annuel en 2013 pour lui permettre d’améliorer ses campagnes de promotion.

L’annonce en janvier par Ryanair de son projet d’établir ses 56ème et 57ème bases à Marrakech et à Fès à compter du mois d’avril a également eu un effet stimulant pour le secteur. Cet investissement, à hauteur de 210 millions de dollars, devrait créer quelque 2 500 emplois sur place. C’est la première fois que l’entreprise tente de s’établir en dehors d’Europe. Ces nouvelles liaisons aériennes entre la Maroc et l’Europe devraient répondre à une demande en hausse et permettre de transporter jusqu’à 2,5 millions de passagers par an.

L’accord « ciel ouvert » signé avec l’UE en 2006 a permis à de nombreuses compagnies aériennes à bas prix de pénétrer le marché marocain. L’introduction de nouvelles liaisons aériennes devrait contribuer à faire décoller le nombre d’arrivées et, avec encore plus d’investissements prévus pour 2013 et l’augmentation attendue du nombre de visiteurs, le tourisme marocain semble bien parti pour atteindre ses objectifs.

 

Morocco: Investing in tourism

En Français

Morocco saw steady progress last year under its ambitious plan to help it gain entry to the top 20 tourism destinations worldwide, although it has had to struggle with the fallout from regional instability and the ongoing eurozone crisis.

The Moroccan tourism sector managed to attract Dh14bn (€1.25bn) in investments for a number of developments in 2012. This represents around 93% of the country’s target under its Vision 2020 to attract an average of Dh15bn (€1.33bn) each year.

First launched in 2010, Vision 2020 aims to make Morocco one of the top-20 tourist destinations in the world and bring the number of arrivals to 20m by 2020. While Europeans, particularly French citizens, account for the largest number of visitors, Morocco is committed to attracting greater numbers from other countries across Europe. For example, the government is hoping to double the number of British tourists from 500,000 to 1m per year between 2013 and 2020.

The investment seen in 2012 is expected to create 5500 jobs and add around 12,500 beds by 2015, particularly in Bouznika, Casablanca and Marrakech.

Among the new 2012 investments was a Dh4bn (€356.8m) project in the luxury and high-end segment by the state-owned Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), which signed an agreement in December 2012 with France-based Pierre & Vacances-Center Parcs Group, a holiday apartment rental firm, to develop resorts and residences in Marrakech, Saïdia and Taghazout. The projects are expected to generate up to 900 jobs and add 7200 extra beds to the high-end segment by 2016.

The planned high-end residence in Marrakech, Oasis Noria, is expected to be delivered in 2015 and add 2400 beds to the sector. Meanwhile, the Mediterrania-Saïdia project, currently being developed in the coastal town of Saïdia near the Algerian border, will be home to three five-star hotels, upscale residences, three golf courses, a marina and several retail facilities.

Finally, Taghazout, just north of Agadir, will receive 250 houses and apartments, adding 2700 beds by 2016. In 2012 Agadir registered its highest record in visitor numbers, with more than 810,000 arrivals and more than 4m nights spent at the city’s hotels, a year-on-year (y-o-y) increase of 4.05% in arrivals and 0.24% in nights spent. And the country is looking to attract even more investment this year. According to Lahcen Haddad, the minister of tourism, Morocco is forecast to attract between Dh20bn (€1.78bn) and Dh30bn (€2.68bn) in investment in 2013.

The Moroccan Tourist Engineering Society (Société Marocaine d’Ingénierie Touristique, SMIT), however, is even more optimistic. The SMIT has initiated a number of feasibility studies, aiming to attract up to Dh38bn (€3.39bn) in investment in 2013, thus adding some 36,000 beds and creating more than 10,000 jobs over the long term. “Up to 2020, the aim is to attract some Dh150bn (€13.4m) in investments in the tourism sector,” Imad Barrakad, the chairman of SMIT, told OBG. “In particular, investments are sought from Gulf countries.”

Part of the focus for new capital projects in the sector over 2013 will be on niche segments, such as medical tourism. Announced in late 2012, Marrakech Healthcare City (MHC), which is being developed by UAE-based Tasweek Real Estate Development and Marketing, will be home to a 160-bed hospital, 56 high-end apartments and a luxury hotel with 40 rooms. The $40m project will spread over 21,000 sq metres and is expected to be complete in the next two years. The MHC hopes to attract up to 5000 patients annually.

Despite the increasing number of developments and positive growth figures in some parts of the country, Marrakech saw its overall arrival numbers drop by 2% between January and September 2012, compared to the same period in 2011, while passenger traffic at Moroccan airports was down 4.73% y-o-y in the same period. Many in the industry have pointed to the crisis in Europe and instability throughout the region as key to these declining figures. To this end, the government recently announced that the Moroccan National Office of Tourism (Office National Marocain du Tourisme) will receive a 15% y-o-y increase in funding in 2013 to improve its global promotional campaigns.

A further boost to the sector came at the beginning of January when Ryanair announced plans to establish its 56th and 57th base in Marrakech and Fes beginning in April. The $210m investment, which is expected to secure some 2500 jobs locally, is the company’s first attempt to establish itself outside Europe. New routes between Morocco and Europe are expected to match rising demand and allow the transportation of up to 2.5m passengers per year.

The open-sky agreement signed with the EU in 2006 has allowed a number of low-cost airlines to enter the Moroccan market. Introducing further routes should contribute towards boosting arrival numbers, and with further investments planned for 2013 and the expected increase in visitors, tourism in Morocco looks to be on track to meet its objectives.

Read Next:

In Africa

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

In Tourism

Les arrivées en provenance de Chine et des marchés émetteurs...

Le Maroc se tourne à la fois vers de nouveaux marchés et vers les pays émetteurs traditionnels pour générer davantage de croissance dans son secteur touristique suite à une hausse du nombre d’...

Latest

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?