Maroc : Favoriser les investissements

Text size +-
Recommend

In English

L’ouverture tant attendue d’une nouvelle usine d'assemblage de véhicules au mois de février, dans l'une des zones franches du pays, témoigne de l’expansion de la base industrielle marocaine, à l’heure où le pays cherche à développer les secteurs de l’automobile et des composants automobiles dans le cadre du Pacte national pour l'émergence industrielle 2009-15.

Renault, présent au Maroc depuis plus de 80 ans, lancera dès ce mois-ci les activités de sa nouvelle usine d’assemblage, située dans la zone franche de Tanger (Tanger Free Zone, TFZ). Estimé à 1 milliard d’euros, le site devrait produire 170 000 véhicules au cours de sa première année d’activité, un chiffre que la société espère porter à 400 000 à l’horizon 2014. L’usine débutera sa production avec 2 600 employés, mais devrait voir son effectif atteindre 6 000 personnes d'ici à 2015.

De plus en plus de sociétés du secteur automobile marocain choisissent de s’implanter dans les zones franches, et plus particulièrement la TFZ, le parc industriel et logistique Atlantic Free Zone et la zone industrielle Tanger Automotive City. Outre la proximité du Maroc avec l’Europe – son principal partenaire commercial –, et la main-d'œuvre disponible et qualifiée, les avantages que présentent ces zones renforcent l'attractivité du pays en tant que base industrielle. Par conséquent, les investissements croissants qui affluent dans le secteur devraient faire progresser de façon significative sa part dans le produit intérieur brut (PIB), en créant de l’emploi et en offrant aux marchés européens, ainsi qu’à d’autres pays d’Afrique, une base industrielle pour la production à bas coût.

Les zones franches marocaines ont en effet accueilli plusieurs nouveaux constructeurs automobiles en 2011, notamment la société espagnole Proinsur, qui s’est implantée dans la TFZ. Spécialisée dans l’injection de matière plastique et les composants automobiles, Proinsur a investi 2 millions d’euros dans la création d’une usine de 2 500 mètres carrés. L’équipementier Delphi Automotive, présent au Maroc depuis 1999, a également renforcé les capacités de son usine de Tanger, créant ainsi 1 200 nouveaux postes en 2011. Enfin, le groupe français Inergy Automotive Systems et la société japonaise Denso ont respectivement investi 6 et 12 millions d’euros dans la production de systèmes de composants à Tanger.

L’Atlantic Free Zone, située à Kenitra, a également vu affluer un certain nombre d'investissements réalisés par des équipementiers automobiles. Présente au Maroc depuis 2000, la société japonaise Yazaki, qui emploie plus de 8 000 personnes, a ouvert sa troisième usine fin septembre, tandis que la société japonaise Fujikura et le groupe français Saint-Gobain ont respectivement investi 165 millions de dirhams (14.6 millions d’euros) et 107 millions de dirhams (9.47 millions d’euros) dans de nouveaux sites de production.

En mai 2011, Lear Corporation, qui développe des systèmes de gestion de l’alimentation électrique pour l'industrie automobile, a annoncé la création d'une nouvelle usine de production de systèmes électroniques à Rabat.

Pour satisfaire les besoins générés par ces nouveaux projets, le Maroc prévoit de former 70 000 nouveaux diplômés spécialisés, qui arriveront sur le marché d'ici à 2015. En septembre 2010, l’Agence française de développement a octroyé au Maroc la somme de 20 millions d’euros pour financer le développement de la formation professionnelle dans le secteur ; par ailleurs, un accord portant sur l’octroi de 105 millions de dirhams (9.29 millions d’euros) a été signé en juin avec l’Agence de coopération internationale coréenne pour financer la création de l’Institut de formation avancée aux métiers de l’automobile de Casablanca.

Si le secteur manufacturier marocain poursuit son expansion, plus de 80 % de la production est cependant exportée, en raison de dynamiques commerciales mondiales assez singulières. Depuis 2005, les exportations de véhicules ont progressé de 20.3 % par an en moyenne, une tendance qui reflète l’expansion de l’industrie. En 2010, les exportations ont été chiffrées à 19 milliards de dirhams (1.7 milliard d’euros).

Par conséquent, le Maroc doit continuer à importer des véhicules pour répondre à la demande nationale. En 2011, quelque 112 000 véhicules, dont 99 733 véhicules importés, ont été commercialisés au Maroc, soit une hausse de 9.5 % en glissement annuel. Le nombre de véhicules fabriqués et commercialisés sur le territoire national s’établit seulement à 12 336, soit une hausse de 0.4 % en glissement annuel.

Au cours des années à venir, le nombre de véhicules importés risque fortement d’augmenter, si la décision de supprimer l’ensemble des droits de douane sur les nouveaux véhicules en provenance de l’UE est ratifiée. Les droits de douane ont été progressivement allégés depuis 2003 ; la décision de les supprimer totalement pour les nouveaux véhicules importés de l’UE devrait entrer en vigueur en 2012.

Les véhicules importés des Etats-Unis devraient également bénéficier d'une réduction des droits de douane, de 15 % en 2011 à 12 % en 2012. En revanche, ces droits resteront inchangés pour les véhicules importés d’Asie (17.5 %). Alors que les investissements continuent d’affluer dans le pays, et que le gouvernement déploie des efforts toujours plus soutenus pour développer le secteur à l’échelle locale et régionale, le secteur automobile marocain a de beaux jours devant lui.  

 

Morocco: Driving investment

En Français

The long-awaited opening of a new automotive assembly plant in February, in one of the country’s free zones, is testimony to the expansion of Morocco’s industrial base, as the country looks to develop its automotive and components sectors under the National Industrial Emergence Pact 2009-15.

Renault, which has had a presence in Morocco for more than 80 years, will begin operating at its new assembly plant in the Tanger Free Zone (TFZ) starting this month. The estimated €1bn unit is expected to produce 170,000 vehicles in its first year of operations and aims to reach 400,000 by 2014. The factory will start off with 2600 employees and expects this number to increase to 6000 by 2015.

An increasing number of firms in Morocco’s automotive sector are located in free zones, particularly in the TFZ, the Atlantic Free Zone and Tanger Automotive City. In addition to the country’s proximity to Europe — Morocco’s main trading partner — and its available and skilled workforce, the advantages offered by these zones have made the country increasingly attractive as an industrial base. As a result, the growing investment the activity is attracting is expected to boost the sector’s contribution to GDP, creating jobs and providing a base for low-cost production to European markets, as well as other African nations.

Indeed, Moroccan free zones welcomed several new automotive manufacturers in 2011. Among them is Spain’s Proinsur, which set up operations in the TFZ. Specialising in plastic injection and automotive parts, the company invested €2m to set up a 2500-sq–metre factory. Delphi Automotive, a vehicle components supplier operating in Morocco since 1999, has also expanded capacity at its Tangier plant, creating 1200 new jobs in 2011. France’s Inergy Automotive Systems and Japan’s Denso have invested €6m and €12m, respectively, for component systems in Tangier.

The Atlantic Free Zone, located in Kenitra, has also seen a number of investments made by suppliers of automotive equipment. Japanese firm Yazaki, present in Morocco since 2000 and employing more than 8000 people, opened its third factory in late September, while Japanese company Fujikura and French firm Saint-Gobain have invested Dh165m (€14.6m) and Dh107m (€9.47m), respectively, in new production units.

In May 2011, Lear Corporation, a developer of electrical power management systems for the automotive industry, announced a new electronics facility in Rabat.

To meet the needs of these new projects, Morocco plans to train 70,000 new specialised graduates to enter the market by 2015. In September 2010, the French Development Agency granted Morocco €20m to boost vocational education in the sector, and in June an agreement was signed with the Korean International Cooperation Agency to contribute Dh105m (€9.29m) to help establish Casablanca's Institute of Advanced Training in Automotive Trades.

However, although Morocco’s manufacturing base continues to expand, due to the curious quirks of global trade dynamics, more than 80% of production is exported. Since 2005 vehicle exports have increased on average by 20.3% per year, reflecting the industry’s expansion. In 2010, exports totaled Dh19bn (€1.7bn).

Therefore, the import of vehicles is still required to meet domestic needs. In 2011, approximately 112,000 vehicles were sold in Morocco, with imports accounting for 99,733, a year-on-year (y-o-y) increase of 9.5%. The number of locally manufactured cars sold on the domestic market only accounted for 12,336, a y-o-y increase of 0.4%.

The number of imported cars is likely to increase in the coming years if the decision to drop all Customs duties on new vehicles from the EU is enacted. Customs duties have been gradually decreased since 2003, and the decision to completely remove them on new vehicles entering the country from the EU is expected to be enforced in 2012. Imported cars from the US will also see Customs duties reduced from 15% in 2011 to 12% in 2012. Customs on imported cars from Asia will continue to stand at 17.5%.

Prospects for the Moroccan automotive sector are promising, as investments continue to flow into the country and government efforts to expand the industry both locally and regionally are reinforced.

Read Next:

In Africa

Hisham Tawfik, Minister of Public Enterprise Sector, Egypt

What are the ministry’s priorities with respect to restructuring the public sector, and taking steps to improve efficiency and boost profitability?

In Industry

Kuwait takes steps to encourage industrial growth and export...

A new GCC accreditation for Kuwait’s laboratories, coupled with the release of more than 1000 parcels of industrial land, should boost government plans to increase industrial output by 25% in the...

Latest

Hisham Tawfik, Minister of Public Enterprise Sector, Egypt

What are the ministry’s priorities with respect to restructuring the public sector, and taking steps to improve efficiency and boost profitability?