Maroc : Exportation du textile

Text size +-
Recommend

In English

L’industrie marocaine du textile se remet doucement des effets de la récession mondiale, en stimulant les exportations globales et en relançant la croissance. Néanmoins, le fléchissement de la demande européenne pourrait encore peser sur les perspectives du secteur.

Le textile et l’habillement représentent près de 12 % des exportations du Maroc. En moyenne, 600 millions d’articles sont exportés chaque année ; parmi les produits clés figurent les articles en mailles, les jeans/le denim, les vêtements en tricot, les vêtements de sport et le linge de maison. Les articles en maille sont restés majoritaire ces dernières années, avec quelque 350 millions d’articles exportés en Europe, générant en moyenne 8 milliards de dirhams (717.4 millions d’euros) chaque année. Soixante pour cent de la production textile du Maroc est assurée par de grandes sociétés, parmi lesquelles 33 % ont des participations étrangères.

Malgré une conjoncture mondiale difficile, notamment la concurrence importante des exportateurs à bas coût asiatiques, l’industrie marocaine du textile et de l’habillement a progressé de 4.4 % en 2011, et exporté pour 29.5 milliards de dirhams (2.6 milliards d’euros). D’après l'Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), les exportations de textiles et de vêtements ont progressé de 17.8 % au cours du premier semestre 2011, par rapport à la même période 2010, avant de chuter de nouveau au mois d’août, en raison d’un ralentissement des commandes et du repli de la consommation en Europe, le principal partenaire commercial du royaume. Malgré cette morosité, les huit premiers mois 2011 ont été marqués par la croissance des exportations de textiles vers l’Union européenne (UE) (+ 24.2 %), qui ont atteint plus de 1.33 milliard de dirhams (120 millions d’euros).

Bien que le secteur ait affiché une croissance globale en 2011, les exportations du Maroc sont restées faibles par rapport à celles d'autres acteurs régionaux. En novembre 2011, les exportations de vêtements dans l’UE ont progressé de 4.7 % en glissement annuel, contre 4.8 % et 5.7 % pour la Tunisie et la Turquie, respectivement. Les progrès ont également été lents dans le segment du textile : les exportations marocaines sur le marché européen ont augmenté de 0.7 %, contre 1.3 % et 5.4 % pour la Tunisie et la Turquie, respectivement.

Au vu des performances de ses concurrents régionaux, le Maroc a dû travailler sans relâche pour conserver sa compétitivité. Pour faire face à la crise actuelle, et appuyer la croissance du secteur, de plus en plus de sociétés constituent des consortiums d’exportation ; les sociétés participantes peuvent ainsi partager les ressources permettant de stimuler la productivité, et bénéficier d’une meilleure représentation sur le plan international. Ateliance par exemple, un consortium composé de huit sociétés spécialisées dans la production textile, a été constitué en 2008, et a vu ses exportations progresser de 10 %.

Tous les consortiums de l’industrie textile bénéficient du soutien de l’initiative Consortiums d’exportation, lancée par le ministère du Commerce extérieur, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et le gouvernement italien.

Cependant, pour accroître les exportations, le segment du textile doit également stimuler la production, et donc revoir à la hausse le nombre d’employés fabriquant les produits destinés à l’exportation. Bien que ce segment soit le premier employeur industriel du royaume, avec près de 1 500 usines comptant quelque 200 000 ouvriers, l’AMITH a déclaré début 2011 que le secteur aurait besoin de 20 000 ouvriers supplémentaires à court terme pour pouvoir répondre à la demande.

Pour doter ces nouveaux postes, l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et l’AMITH ont lancé un certain nombre d’initiatives de recrutement pour renforcer la main-d'œuvre ; en juin 2011, 5 500 postes vacants avaient ainsi été pourvus par de nouveaux diplômés, essentiellement dans les principaux pôles urbains du pays.

Soucieux de promouvoir le secteur sur la scène internationale, le Maroc a accueilli l’automne dernier deux événements majeurs pour le secteur du textile, Maroc in Mode et Maroc Sourcing, qui ont accueilli un total de 153 participants, dont 24 sociétés étrangères. Plus de 30 entreprises marocaines étaient également présentes lors du salon professionnel international Zoom By Fatex, organisé à Paris en février, afin de promouvoir le secteur du textile et de l'habillement marocain en Europe, et plus particulièrement sur le marché français.

Fin février 2012, les exportations de textile du Maroc atteignaient 4.88 milliards de dirhams (437 millions d'euros), soit une légère augmentation par rapport à février 2011 (4.84 milliards de dirhams, ou 433.7 millions d’euros). Malgré cela, l’année 2012 sera certainement marquée par un climat d’incertitude, attribuable à la baisse de la consommation et de la demande en Europe, où la demande de vêtements devrait chuter de 3 % en 2012.

>

 

Morocco: Shipping out textiles

En Français

Morocco’s textile industry is slowly recovering from the effects of the global downturn by boosting overall exports and restoring growth. However, declining demand in Europe could yet hamper the sector’s trajectory.

Textiles and clothing account for almost 12% of Moroccan exports. An average of 600m items are exported annually, with key products including mesh, jeans/denim, knitwear, sportswear and household textiles. Knitwear has accounted for the largest share in recent years, with around 350m exported items to Europe generating an average of Dh8bn (€717.4m) annually. Large companies handle 60% of Moroccan textiles production, with 33% of these firms having foreign participation.

In spite of the challenging global environment, including high production from lower-cost exporters in Asia, the textile and clothing industry in Morocco grew 4.4% in 2011, and the value of exports reached Dh29.5bn (€2.6bn). Exports of textiles and clothing increased by 17.8% in the first half of 2011 compared to the same period of 2010, according to the Moroccan Association of the Textile and Garment Industry (Association Marocaine des Industries du Textile et de l’Habillement, AMITH) before dropping again in August as orders slowed and consumption rates declined in Europe, the Kingdom’s main trading partner. Despite the slump, the first eight months of 2011 saw textile exports to the EU grow by 24.2%, amounting to more than Dh1.33bn (€120m).

Although the sector posted overall growth in 2011, exports were low compared to other regional players. In November 2011, clothing exports to the EU increased 4.7% year-on-year, while Tunisia’s grew by 4.8% and Turkey’s by 5.7%. Progress was also slow in the textile segment, with Moroccan exports to the European market growing by 0.7%, while Tunisia’s grew by 1.3% and Turkey’s by 5.4%.

Given the performance of regional rivals, Morocco has had to work hard to maintain its competitiveness. To resist the current crisis and sustain the sector’s growth, a number of companies are increasingly forming export consortia, which allow participating companies to share resources that enable them to boost productivity and obtain better representation on an international level. Ateliance, a consortium of eight textile companies, for example, was formed in 2008 and has seen its exports rise by 10%.

All textile consortia receive support from the export consortia initiative (Consortiums d’Exportation) which was launched by the Ministry of Foreign Trade in cooperation with the UN Industrial Development Organization (UNIDO) and the Italian government.

To increase exports, however, the textiles segment must also boost production and thus the number of employees manufacturing products for export. Although the segment is the kingdom’s top industrial employer, with around 1500 factories providing jobs to around 200,000 workers, the AMITH reported in early 2011 that the sector needed 20,000 additional workers in the short term to accommodate demand.

To staff these new positions, the Office of Vocational Training and Job Promotion (Office de la formation Professionnelle et de Promotion du Travail, OFPPT) and the AMITH have introduced a number of recruitment initiatives to expand staff rolls: indeed, by June 2011, new graduates had already filled 5500 vacancies, primarily in the country’s main urban areas.

To promote the sector on the global stage, Morocco hosted two major events in textiles last fall, Maroc in Mode and Maroc Sourcing, where the total number of participants amounted to 153, including 24 foreign companies. Over 30 Moroccan companies were also present at the international trade fair Zoom By Fatex held in Paris in February to promote the Moroccan textile and clothing sector in Europe, especially on the French market.

As for the country’s exports, at the end of February 2012, textile shipments amounted to Dh4.88bn (€437m), a slight increase from Dh4.84bn (€433.7m) a year earlier. Despite this, 2012 will likely be characterised by uncertainty due to declining levels of consumption and demand in Europe, where demand for clothing is expected to fall by up to 3% in 2012.

Read Next:

In Africa

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

In Industry

Kuwait takes steps to encourage industrial growth and export...

A new GCC accreditation for Kuwait’s laboratories, coupled with the release of more than 1000 parcels of industrial land, should boost government plans to increase industrial output by 25% in the...

Latest

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?