Les exportations d’huile d’olive tunisienne montent en flèche

Text size +-
Recommend

In English

Les autorités tunisiennes travaillent à diversifier le secteur industriel du pays en mettant l'accent sur les produits agro-industriels à valeur ajoutée, tels que l'huile d'olive, dont l’export connaît actuellement une envolée.

Les recettes d'exportation d'huile d'olive ont été multipliées par huit au premier semestre 2015 par rapport à l’année précédente, atteignant 1,3 milliards de dinars tunisiens (591,3 millions €), selon Noureddine Agrebi, directeur des industries alimentaires au ministère de l'Industrie et du Commerce. 

Les exportations d'huile d'olive ont augmenté légèrement moins en termes de volume, ayant été multipliées par 7,7 et atteignant 214 000 tonnes au cours de cette même période. Ceci fait suite à une augmentation par cinq de la production l'an dernier, la Tunisie s’étant alors classée deuxième plus grand producteur d'huile d'olive au monde pour la première fois, détrônant l'Italie et se plaçant juste derrière l'Espagne. 

Elaborer des prévisions

La croissance continue de l'industrie de l'huile d'olive devrait engendrer des bénéfices à la fois économiques et sociaux. Elle emploie en effet, directement ou indirectement, plus d’1 million de personnes, selon les chiffres de l'UE.

L'huile d'olive est également une denrée importante en termes de génération de revenus, représentant plus de 10 % des recettes totales d'exportation. Environ 70 % de l'huile d'olive produite chaque année est vendue à l'étranger, les 80 millions d'oliviers du pays recouvrant un tiers de ses terres arables.

Bien que les chiffres des récentes récoltes soient de bon augure pour l'avenir de l'industrie, une partie de la croissance récente est le fruit de circonstances exceptionnelles. Les récoltes record d'olives en Tunisie sont survenues alors que les producteurs traditionnels espagnols et italiens subissaient de mauvaises récoltes et que les prix internationaux faisaient un bond, atteignant le chiffre le plus élevé des 10 dernières années avec 4500 $ la tonne en août, soit une hausse de 40 % par rapport à l’année précédente.

En outre, l'Union européenne, qui achète 60 à 70 % de l'huile d'olive tunisienne, a presque doublé le quota d'exportation annuel du pays jusqu'à fin 2017. Les achats en provenance de Russie ont également augmentés, en partie à cause des sanctions commerciales européennes.

Selon Abdellatif Ghedira, Président directeur général de l'Office national de l'huile, la prochaine récolte d'olive, qui commence en novembre, devrait être moins considérable. Dans un communiqué aux médias datant du mois d’août, A. Ghedira a expliqué que les oliviers ne peuvent produire de récoltes importantes deux années consécutives. Les précipitations ayant été sporadiques au cours des derniers mois, les prévisions de récolte sont d'environ 160 000 tonnes.

Cependant, des signes encourageants tendent à suggérer que les exportations de produits alimentaires dans leur ensemble sont en croissance. Les exportations alimentaires ont progressé de 129 % en glissement annuel, atteignant 2,3 milliards de dinars tunisiens (1 milliard €) dans les six premiers mois de l'année. La balance commerciale de la Tunisie en termes de denrées alimentaires a enregistré un excédent de 314 millions de dinars (142,8 millions €) sur la même période, alors qu’elle affichait un déficit de 656 millions de dinars (298,4 millions €) l'an dernier, a rapporté N. Agrebi. Les exportations de dattes et de pâtes ont quant à elles augmenté de 25 % et 20 % respectivement dans la première moitié de 2015 par rapport à 2014, toujours selon N. Agrebi.

Progresser dans la chaîne de valeur ajoutée

Afin de capitaliser sur la demande croissante, la Tunisie cherche à remonter la chaîne de valeur : des exportations de produits agricoles bruts vers des produits semi-transformés et transformés. Dans le cas de l'huile d'olive, le pays cherche à augmenter la proportion des exportations de produits en bouteille et de marque, par opposition aux ventes en gros. 

Selon le Conseil Oléicole International tunisien, seulement 14,3 % des exportations d'huile d'olive tunisienne sont embouteillées ou empaquetées sur place. Les 75 % d'huile d'olive tunisienne exportée vers l'Espagne et l'Italie est vendue en gros, l’huile est ensuite mélangée avec de l'huile domestique, mise en bouteille et commercialisée comme un produit local, pour un prix plus élevé. Les producteurs d'huile d'olive du pays travaillent à construire pour l'huile d'olive tunisienne une réputation mondiale comparable à celle de ces produits locaux.

« Le produit tunisien n’est pas connu, nous essayons de surmonter ce problème. » a déclaré aux médias Abdel Salam Al Wadi, président de l'Association pour l’huile d'olive tunisienne, en août dernier. « Mais nous devons encore créer une image pour l'huile d'olive tunisienne. »

Made in Tunisia

Un autre moyen pour les produits d'origine tunisienne de créer de la valeur ajoutée est la harissa, la traditionnelle pâte de piment fort nord-africaine. Fabriquée à partir d'ingrédients tels que de l'huile d'olive, de l'ail et du piment, la harissa compte de nombreuses variétés et devient un condiment prisé dans les restaurants à l'étranger.

Confrontés à des fabricants étrangers qui commercialisent des pâtes de qualité inférieure sous le nom de harissa, des responsables du gouvernement de l'an dernier ainsi que des producteurs tunisiens comme SICAM, le principal producteur local d’harissa, ont lancé un processus de certification de la qualité de produits alimentaires, le « Food Quality Label Tunisia». Malgré tout, des campagnes de marketing et de packaging plus poussées seront probablement nécessaires pour améliorer l’image globale des produits agricoles tunisiens.

 

 

Tunisian olive oil exports skyrocket

En Français

Authorities in Tunisia are working to diversify the country's industrial sector by focusing on value-added agro-industrial products, such as olive oil, which is currently enjoying an export boom.

Olive oil export revenues were up eight-fold year-on-year (y-o-y) in the first half of 2015, reaching TD1.3bn (€591.3m), according to Noureddine Agrebi, director-general of food industry at the Ministry of Industry, Energy and Mining.

In volume terms, olive oil exports grew slightly less, by a multiple of 7.7, reaching 214,000 tonnes over the period. This comes after a five-fold increase in production last year, when Tunisia ranked as the world's second-largest olive oil producer for the first time, displacing Italy and trailing Spain.  

Reading the forecast

Continued growth in the olive oil industry is expected to pay both social and economic dividends, with more than 1m people directly or indirectly employed, according to figures from the EU.

Olive oil also represents a key revenue-generating commodity, accounting for more than 10% of total export revenues. Around 70% of the olive oil produced annually is sold abroad, with the country’s 80m olive trees covering a third of its arable land.

While recent harvest figures bode well for the future of the industry, some of the recent growth is the result of exceptional circumstances. Tunisia’s record olive crop comes as traditional producers in Spain and Italy have seen poor harvests and international prices have surged – to a 10-year high of $4500 per tonne in August, up 40% y-o-y.

At the same time, the EU, which buys 60-70% of Tunisia's olive oil, nearly doubled the country's annual export quota through to the end of 2017. Purchases from Russia have also been on the rise, due in part to European trade sanctions.

According to Abdellatif Ghedira, head of the National Oil Office, the olive crop next harvest season – which begins in November – is expected to be less robust. Speaking to media in August, Ghedira explained that olive trees are unable to produce two consecutive years of strong crops and rainfall has been sporadic in recent months, predicting a harvest of around 160,000 tonnes.

However, there are encouraging signs that food exports are growing in general. Food exports surged by 129% y-o-y to TD2.3bn (€1bn) in the first six months of the year, and Tunisia’s balance of trade in foodstuffs registered a surplus of TD314m (€142.8m) over the same period, compared to a deficit of TD656m (€298.4m) last year, Agrebi reported. Exports of dates and pasta jumped 25% and 20% y-o-y, respectively, in the first half of 2015, according to Agrebi.

Moving up the value-added chain

To capitalise on growing demand, Tunisia is working to move up the value chain from raw agricultural exports to semi-processed and processed products. In the case of olive oil, the country is looking to increase the proportion of bottled and branded exports, as opposed to purely bulk sales.

According to the Tunisian International Olive Council, only 14.3% of Tunisian olive oil exports are bottled or packaged. The nearly 75% of Tunisian olive oil exported to Spain and Italy is sold in bulk, where it is blended with domestic oil, and bottled and marketed as a local product for a higher price. Olive oil producers in the country are working to cultivate a comparable global reputation for Tunisian olive oil.

“The Tunisian product is not known; we are trying to overcome this,” Abdel Salam Al Wadi, chairman of the Tunisian Olive Oil Association, told media in August. “But we still need to create a profile for Tunisian olive oil.”

Made in Tunisia

Another opportunity for value-added products of Tunisian origin is harissa, the traditional North African hot chilli paste. Made from ingredients such as olive oil, garlic and chilli pepper, harissa comes in a range of varieties and is becoming a popular fixture in overseas restaurants.

Faced with foreign manufacturers marketing lesser pastes under the name of harissa, last year government officials and Tunisian manufacturers like SICAM, the top local producer of harissa, launched a product certification process, Food Quality Label Tunisia, though more active marketing and branding will likely be needed to raise the overall profile of Tunisian agricultural products.  

Oxford Business Group is now on Instagram. Follow us here for news and stunning imagery from the more than 30 markets we cover.

Read Next:

In Tunisia

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

In Industry

De nouvelles usines viennent stimuler le développement de l’industrie...

Le Maroc poursuit sa stratégie de développement des secteurs de l’aérospatiale et de l’aviation, souhaitant générer davantage de valeur ajoutée ; c’est dans ce cadre que s’inscrit la récente...

Latest

Dubai, the region’s financial hub, doubles down on fintech

A series of recent developments have underlined Dubai’s commitment to strengthening its position as a regional financial technology (fintech) leader.