Le secteur touristique tunisien affiche une hausse des arrivées de 5%

Text size +-
Recommend

In English

S’inscrivant dans le droit fil des autres évolutions encourageantes enregistrées par la Tunisie, l’annonce des résultats du secteur du tourisme pour l’année écoulée indique que ce dernier est en voie de rétablissement, avec un nombre d’arrivées et d’autres indicateurs se rapprochant toujours plus des niveaux prérévolutionnaires. Les récentes mesures visant à consolider la stabilité politique dans le pays ainsi que des signes de croissance dans la zone euro se traduisent par une amélioration des perspectives du secteur touristique et plusieurs chaines internationales d’hôtels projettent d’élargir leur présence en Tunisie au cours des prochaines années.

Arrivées, recettes à la hausse en 2013

Le nombre d’arrivées touristiques en 2013 s’est élevé à 6,27 millions, soit une hausse de 5,3% par rapport aux chiffres de 2012. Pour la deuxième année consécutive, le secteur montre des signes de reprise. Le nombre de visiteurs avait plongé de manière soudaine en 2011 suite au soulèvement qui a renversé l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali, mais il s’était bien redressé en 2012 et, avec la hausse de 2013, le nombre d’arrivées se situe désormais à un niveau inférieur de moins de 10% de celui de 2010.

Le nombre de nuitées passées dans le pays ne s’est pas autant rapproché des niveaux enregistrés avant le soulèvement, laissant entendre que les touristes effectuent des séjours plus courts en Tunisie. Il accuse une baisse de 0,2% en 2013 et s’établit à un niveau inférieur de 15,7% aux chiffres de 2010. En revanche, les recettes touristiques, paramètre le plus important pour le secteur, ont grimpé de 1,2% en 2013 pour atteindre 3,2 milliards de dinars tunisiens (1,5 milliard d’euros), soit 8,3% de moins qu’en 2010.

L’année 2014 a bien démarré pour le secteur. On dénombre 340 377 arrivées au mois de janvier, soit une hausse de 22% en glissement annuel et une augmentation de 2,2% par rapport aux chiffres de 2010. Les recettes ont enregistré une hausse de 1,3% en glissement annuel et sont 22% plus élevées que celles de 2010, mais ces chiffres ne tiennent pas compte de l’inflation, qui tourne autour de 5 à 6% depuis le soulèvement.

Les signes d’une reprise économique en Europe sont encourageants pour le secteur. En 2012, les sept plus importants marchés touristiques de la zone euro ont représenté près de 62% des arrivées en Tunisie – des données plus récentes ne sont pas disponibles. Le premier marché étranger du tourisme tunisien est la France, d’où provenaient 22,7% des visiteurs en 2012, suivie de l’Allemagne (18,4%) et de l’Italie (11,5%).

Le retour de l’investissement hôtelier

Alors que le nombre d’arrivées repart à la hausse et que les perspectives du secteur s’améliorent, on constate un regain d’intérêt de la part de grands groupes hôteliers internationaux, un signe clair de la confiance qu’ils portent à la santé du marché sur le moyen et long terme.

En novembre 2013, Marriott International a signé un contrat avec le groupe tunisien Jenayah portant sur la construction d’un nouvel hôtel Marriott dans la station balnéaire de Sousse. L’établissement de 220 chambres, qui devrait ouvrir ses portes en 2017, a nécessité un investissement d’environ 50 millions de dinars tunisiens (23 millions d’euros). Les deux entreprises collaborent également sur un projet d’hôtel Ritz-Carlton de 129 chambres, annoncé en 2012 et qui devrait être inauguré l’an prochain.

Mais Marriott n’est pas le seul. Le géant hôtelier français Accor a annoncé fin 2012 qu’il comptait ouvrir entre 20 et 25 nouveaux hôtels dans le pays au cours des prochaines années, sans toutefois donner plus de détails pour le moment. Quant à Golden Tulip, le groupe a fait part en janvier de son intention d’ouvrir un nouvel établissement dans la capitale, le Golden Tulip Utique Aryana, dans le cadre de sa stratégie de développement de ses activités dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Il s’agira là du cinquième hôtel du groupe en Tunisie.

Le secteur s’est vu confronté à un choc en octobre 2013, lorsqu’un attentat suicide s’est produit à proximité d’un hôtel à Sousse. Il s’agissait là du premier attentat terroriste visant le secteur du tourisme en Tunisie depuis 2002, et aucune victime n’est à déplorer en dehors de l’auteur de l’explosion. Cet incident ne semble pas avoir eu de répercussions sur le nombre d’arrivées.

Quant à la situation politique, elle semble en voie de stabilisation. Fin janvier, le Parlement a adopté une nouvelle constitution à la quasi-unanimité et deux jours plus tard un nouveau gouvernement intérimaire de technocrates s’est constitué pour exercer le pouvoir jusqu’à la tenue des prochaines élections, dans le cadre d’un accord passé avec la coalition islamiste qui dirigeait jusque-là le pays. Ces événements n’ont pas manqué d’améliorer la confiance des milieux d’affaires et de renforcer la stabilité des politiques, ce qui devrait par conséquent contribuer à fournir au pays les moyens nécessaires pour restaurer sa réputation de destination touristique populaire, accessible et sûre.

 

Tunisia’s tourism sector sees a 5% increase in arrivals

En Français

In line with some of the other encouraging developments in Tunisia, the announcement of last year’s tourism results indicates the sector is on a path to recovery, with arrivals and other indicators rising towards pre-revolution levels. Recent steps towards consolidating political stability as well as signs of growth in the eurozone are boosting the prospects of the tourism industry, with several international hotel chains planning to expand their presence in coming years.

Arrivals, revenues up in 2013

The number of tourist arrivals in 2013 rose 5.3% on 2012 figures, to 6.27m, marking a second year of recovery for the sector. Visitor numbers had fallen precipitously in 2011, following the uprising that unseated former president Zine El Abidine Ben Ali, but they recovered strongly in 2012 and with the 2013 increase, arrivals are now less than 10% lower than where they stood in 2010.

Nights spent in the country have made less progress towards their pre-uprising levels, suggesting tourists are now visiting Tunisia for shorter periods. They eased 0.2% in 2013, to stand 15.7% lower than in 2010. However, the most important sector indicator for the economy, tourism receipts, grew 1.2% in 2013 to reach TD3.2bn (€1.5bn), 8.3% lower than the 2010 figure.

The sector has got off to a good start in 2014. There were 340,377 arrivals in January, a 22% increase year-on-year (y-o-y) and 2.2% higher than in 2010. Receipts were up 1.3% y-o-y, and 22% higher than in 2010, but these figures do not adjust for inflation, which has hovered around 5-6% since the uprising.

Signs of economic recovery in Europe bode well for the industry. The seven largest eurozone tourism source markets combined made up nearly 62% of arrivals in 2012, the latest year for which data are available. The largest tourism source market is France, which accounted for 22.7% of visitors in 2012, followed by Germany (18.4%) and Italy (11.5%).

Hotel investment returns

As arrivals and prospects for the sector pick up again, there is renewed interest from major foreign hospitality groups, providing a key boost of confidence in the medium- and long-term health of the market.

In November 2013 Marriott International signed a contract with the Jenayah Group, a local conglomerate, for the construction of a new Marriott-branded hotel in the resort town of Sousse. The facility, which is due to open in 2017, will have 220 rooms and is being built at an investment cost of around TD50m (€23m). The two firms are also working together on a 129-room Ritz-Carlton branded hotel, announced in 2012, that is set to launch next year.

Nor is Marriott the only one. French hospitality giant Accor at the end of 2012 announced plans to open between 20 and 25 new hotels in the country in coming years, though it has yet to release details. Meanwhile, in January, Golden Tulip said it intends to open a new property in the capital, the Golden Tulip Utique Aryana, as part of a wider scheme to expand operations in the Middle East and North Africa region. The hotel will be the firm’s fifth in Tunisia.

The industry withstood a shock in October 2013, when a suicide bomber struck near a hotel in Sousse. It was the first terrorist attack to hit the Tunisian tourism industry since 2002, and the bomber was the only casualty. Arrivals do not seem to have been affected by the incident.

The political situation, meanwhile, appears to be stabilising. Parliament in late January passed a new constitution with near unanimous support, and two days later a new technocratic caretaker government stepped in to take over the reins of power until forthcoming elections, as part of a deal with the former Islamist-led coalition. Such events have improved business confidence and policy certainty, which in turn should help provide the necessary means to allow the country to re-establish its reputation a popular, accessible and safe tourist destination.

Follow Oxford Business Group on Facebook, Google+ and Twitter for all the latest Economic News Updates. Or register to receive updates via email.

Read Next:

In Tunisia

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

In Tourism

The underwater theme park spearheading Bahrain’s tourism boost

In a bid to further incentivise growth in the tourism sector, Bahrain has unveiled a new scuba diving attraction.

Latest

Tracking Saudi Aramco’s multibillion-dollar IPO move

Saudi Aramco has listed shares on the Saudi Stock Exchange (Tadawul) in the world’s biggest-ever initial public offering (IPO). Shares began trading on December 11, and Saudi Aramco’s stock rose...