Le secteur de l'aviation du Gabon en route pour la croissance

Text size +-
Recommend

In English

Les voyages aériens en Afrique peuvent être une affaire compliquée, mais l’accélération actuelle du continent en termes de croissance économique a engendré une volonté d’améliorer les liaisons aériennes, et le Gabon ne fait pas exception. Les transporteurs internationaux ont renforcé leur présence dans le pays, le nombre de passagers est à la hausse, et deux nouveaux projets de lignes aériennes commencent à prendre forme, même s’il faudra sans doute du temps pour que les vols commencent.

Les vols en Afrique suivent un système en étoile centré autour du Caire, de Johannesburg et de Nairobi, mais comme de nombreux pays d'Afrique centrale, le Gabon souhaiterait se positionner comme pôle aérien à part entière et jouer un rôle clé dans les efforts d'intégration de la région. Bien que les indicateurs soient meilleurs, atteindre cet objectif nécessitera des améliorations supplémentaires au sein de l'environnement d'exploitation dans son ensemble.

Un nombre de passagers en progression

Le trafic global du principal aéroport du Gabon, l'aéroport international Léon M’ba de Libreville, a augmenté de 7,36% par rapport à l'année 2012, le nombre de passagers atteignant 830,376. Ceci marque une accélération de la croissance, les volumes de passagers ayant augmenté de 15% entre 2009 et 2012.

Les arrivées internationales se sont élevées à 417,045, soit 13,29% d’augmentation par rapport à l’année passée. Le nombre de passagers en provenance des six États membres de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) a atteint 81,625, marquant une hausse de 17,82% par rapport aux chiffres de l'année précédente. Alors que le trafic de la CEMAC ne représente toujours qu’un pourcentage relativement faible de l'activité (10% du trafic en 2012), les récents niveaux de croissance, ainsi que les plans visant à renforcer l'intégration régionale au cours des deux prochaines années, laissent supposer que le secteur offre des perspectives de développement.

Le nombre d’arrivées internationales devrait monter encore cette année, le nombre de routes proposées ayant augmenté.

Lufthansa a récemment annoncé son intention de cesser ses vols vers Libreville à la fin de l'année, cependant Turkish Airlines a mis en place trois vols par semaine entre Istanbul et Libreville lors de son entrée sur le marché en février, tandis qu’Air France a étendu son activité le mois suivant en lançant une navette quotidienne entre Paris et Libreville.

Stimuler la participation locale

Les transporteurs étrangers, tels qu’Air France, Royal Air Maroc (RAM) et South African Airways continuent de contrôler tout le trafic international, mais le Gabon, ainsi que d’autres membres de la CEMAC, œuvre à faire une place aux entreprises locales.

Leurs efforts incluent un projet de lancement d’une compagnie aérienne régionale, Air CEMAC, même si le projet, qui remonte à plus d'une décennie, s’est heurté à un certain nombre d’obstacles au fil des ans, notamment une concurrence de différents transporteurs nationaux.

Cependant, de nouveaux développements, notamment la création d'un siège à Brazzaville et la nomination du gabonais Étienne Robin Mintsa Mi Owono comme président du conseil, laissent à penser que l'initiative est maintenant en train de prendre de la vitesse.

Selon les médias, Air France détiendra une participation de 34% dans la coentreprise, tout en tenant le rôle de partenaire technique. Les représentants du projet espèrent qu’Air CEMAC lancera son premier vol en 2014, ceci malgré le fait qu’une grande partie de l'activité, notamment l'acquisition d'équipements et le recrutement de personnel, doit encore être finalisée.

En septembre, les médias locaux ont rapporté que le Gabon et RAM ressuscitaient un accord de longue date pour lancer une nouvelle compagnie aérienne nationale, Air Gabon International. Le transporteur aérien national précédent, Gabon Airlines, a cessé ses activités en mai 2011, ayant déclaré faillite.

La sécurité d'abord

Bien que le lancement d'une compagnie aérienne nationale ou régionale soit important pour la croissance future, à court terme, le Gabon reste concentré sur la mise en conformité des réglementations locales de sécurité avec les normes internationales.

Suite à un audit de l'organisation de l'aviation civile internationale (International Civil Aviation Organisation, ICAO) en 2007, les autorités ont fermé le Secrétariat Général à l’Aviation Civile et Commerciale et mis en place l'Agence Nationale de l’Aviation Civile, qui opère de façon indépendante, comme recommandé par l’ICAO. La surveillance a été améliorée et certains opérateurs locaux du secteur aérien ont vu leurs certificats de transport aérien révoqués.

Un second audit de l'ICAO mi-2012 a montré que le taux de non-conformité du Gabon s'est amélioré, passant de 93% en 2007 à 81%, ce qui est malgré tout environ 50% en dessous de la norme mondiale. Les représentants ont déclaré que le pays s'emploie à amener le score du Gabon au plus près des objectifs de l'ICAO. Cependant, beaucoup de travail reste à faire.

En attendant, des initiatives visant à accroître l'intégration à travers l’Afrique centrale, tels que des projets pour permettre aux ressortissants du CEMAC d'entrer dans d'autres États membres sans visa à partir de 2014, devraient aider à stimuler le trafic régional et présenter de nouvelles opportunités pour les transporteurs.


Gabon’s aviation sector earmarked for growth

 

En Français

Air travel in Africa can be a complicated affair, but with the continent’s current spurt in economic growth has come a push to improve aviation links – and Gabon is no exception. The country has seen international carriers strengthening their presence and passenger numbers on the rise, and two new airline ventures are beginning to take shape, although it may be some time before flights commence.

Flights in Africa follow a hub-and-spoke system centred around Cairo, Johannesburg and Nairobi, but like many Central African economies, Gabon is keen to establish itself as an aviation hub and play a key part in regional integration efforts. While the country is benefiting from improved indicators, to achieve that goal will required additional improvements in the overall operating environment.

Passenger numbers on the up

Overall traffic through Gabon’s main airport, the Léon M’ba International Airport in Libreville, increased 7.36% year-on-year (y-o-y) in 2012, with passenger numbers reaching 830,376. This marks an acceleration in growth, with passenger volumes having increased by 15% between 2009 and 2012.

International arrivals totalled 417,045, up 13.29% y-o-y. Significantly, the number of passengers from the six member states of the Economic and Monetary Community of Central Africa (Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale, CEMAC) reached 81,625, marking a rise of 17.82% on the previous year’s figures. While CEMAC traffic still represents a relatively small percentage of business, accounting for 10% of traffic in 2012, recent growth levels, combined with plans to strengthen regional integration during the next two years, suggests the segment offers select prospects for development.

International arrivals are expected to edge higher this year, as the number of routes offered increases.

Lufthansa has recently announced plans to withdraw its service to Libreville by the end of the year, but Turkish Airlines introduced three flights per week between Istanbul and Libreville when it entered the market in February, while Air France expanded its operations the following month by launching a daily service between Paris and Libreville.

Boosting local participation

Foreign carriers, such as Air France, Royal Air Maroc (RAM) and South African Airways, continue to command all international traffic, but Gabon, along with other CEMAC members, is working to carve out a position for local companies.

Their efforts include a bid to establish a regional airline, Air CEMAC, although the project, which dates back more than a decade, has hit a number of stumbling blocks over the years, including competition in the form of separate national carrier ventures.

However, new developments, including the establishment of a headquarters in Brazzaville and the appointment of Gabonese national, Étienne Robin Mintsa Mi Owono, as board chairman, suggest the initiative is now gathering pace.

According to media reports, Air France will hold a stake of up to 34% in the joint venture, while assuming the role of technical partner. Project representatives hope that Air CEMAC will launch its first flight in 2014, although much of the venture, including equipment acquisition and staffing, has yet to be finalised.

In September, the local media also reported that Gabon and RAM were resurrecting a long-standing agreement to launch a new national airline, Air Gabon International. The previous national air carrier, Gabon Airlines, ceased operating in May 2011, having declared bankruptcy.

Safety first

While the launch of a national or regional airline is important for future growth, in the short term, Gabon remains focused on bringing local safety regulations in line with international standards.

Following an audit by the International Civil Aviation Organisation (ICAO) in 2007, authorities closed the Secrétariat Général à l’Aviation Civile et Commerciale and set up the National Civil Aviation Agency (Agence Nationale de l’Aviation Civile), which is operationally independent, as recommended by the ICAO. Oversight improved and some local aviation operators had their air transport certificates revoked.

A second audit by the ICAO in mid-2012 showed that Gabon’s non-compliance rate had improved from 93% in 2007 to 81%, but this is still some way off the global standard of below 50%. Officials have said the country is working to bring Gabon’s score closer to the ICAO’s targets. However, much work remains to be done.

In the meantime, initiatives aimed at increasing integration across Central Africa, such as plans to allow CEMAC nationals to enter other member states without visas from 2014, should help boost regional traffic and present further opportunities for carriers.

Follow Oxford Business Group on Facebook, Google+ and Twitter for all the latest Economic News Updates. Or register to receive updates via email.

Read Next:

In Gabon

Ali Bongo Ondimba, President of Gabon, on economic reform and...

What do you see as Gabon’s biggest achievements over the past seven years?

BONGO ONDIMBA:...

In Transport

What’s driving Abu Dhabi’s maritime logistics and trade growth?

Abu Dhabi has strengthened its position as a regional trade and logistics centre, with container traffic at the emirate’s Khalifa Port rising by 82.4% year-on-year in the first half of 2019.

Latest

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?