Le Maroc veut accueillir plus de touristes en provenance de l’UE

Text size +-
Recommend

In English

Bien qu’il ait subi les effets du ralentissement économique qui a touché l’Europe – son plus important marché- le Maroc garde le cap sur ses objectifs, dans le cadre de la Vision 2020, d’attirer jusqu’à 20 millions de touristes par an, de porter la capacité d’hébergement totale à 375 000 lits, de créer 17 000 nouveaux emplois et de générer plus de 17 milliards de dollars de recettes annuelles d’ici 2020.

Les récents résultats sont prometteurs : le nombre de visiteurs enregistrés au cours des huit premiers mois de 2013 affiche une hausse de 6,76% en glissement annuel pour atteindre un chiffre proche de 7 millions et le pays entend bien tirer profit des prévisions mondiales qui tablent sur une hausse de 4% de la demande touristique internationale en 2014.

Attirer plus de touristes

Afin de faire face au recul de la demande dans son marché le plus important au nord du pays, le Maroc s’est attelé à diversifier ses relations avec d’autres pays où il est moins bien établi dans des régions telles que l’Amérique Latine, l’Europe de l’Est, le Golfe et l’Asie. L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) prévoit d’ouvrir un bureau au Brésil, espérant ainsi attirer 30 000 visiteurs annuels en provenance du pays sud-américain à partir de 2014, mais aussi mettre à profit sa présence là-bas et faire du Brésil une base à partir de laquelle il pourra démarcher le reste de l’Amérique Latine. Les liaisons aériennes entre les deux pays seront renforcées, un processus qui a déjà commencé, avec le premier vol charter reliant São Paulo et Casablanca effectué le premier novembre, dans le cadre d’un accord signé entre l’ONMT et plusieurs tours opérateurs brésiliens – dont, entre autres, Schultz, Flot, Raidho et Flytour. La compagnie aérienne nationale, Royal Air Maroc, prévoit le lancement de trois vols réguliers hebdomadaires à partir de début décembre.

L’ONMT cherche également à attirer des touristes en provenance de marchés non traditionnels en Europe. Le nombre de visiteurs de République Tchèque, de Pologne et de Hongrie, pour ne citer qu’eux, affiche des hausses respectives de 88%, 9% et 7% en glissement annuel, sur les huit premiers mois de l’année 2013. Grâce à un récent accord conclu avec le voyagiste polonais Itaka dans le but de développer les vols charters, le nombre de touristes visitant la région de Souss devrait atteindre 129 000 d’ici 2016. La région du Golfe constitue une autre source potentielle de visiteurs, que le gouvernement espère voir gagner en importance. Jusqu’à présent, l’Arabie Saoudite représente le plus grand marché de la région MENA, avec plus de 70 000 arrivées en 2012.

Si la crise économique en Europe a souligné l’importance de se créer une base de visiteurs plus diversifiée, le Maroc est néanmoins toujours déterminé à attirer un plus grand nombre de visiteurs en provenance des marchés traditionnels européens, qui fournissent encore plus de 80% des touristes. Le royaume vise à multiplier par deux les visiteurs britanniques, actuellement au nombre de 500 000, d’ici 2016, en s’attachant en priorité à renforcer les liaisons aériennes entre les deux pays. Au World Travel Market qui s’est tenu à Londres début novembre, l’ONMT a signé un accord de partenariat avec le tour opérateur britannique Thomas Cook concernant le lancement de vols à destination d’Agadir, qui viennent s’ajouter aux liaisons déjà établies vers Marrakech, Fès, Essaouira et Mazagan.

Accroître la capacité

Pour répondre à la hausse prévue des arrivées, de nombreux projets de développement des infrastructures hôtelières sont en cours. Parmi les initiatives sur le long terme inscrites dans la stratégie Vision 2020, on peut citer le Plan Azur, un programme gouvernemental qui comprend le développement de six stations balnéaires et devrait permettre de stimuler le tourisme « soleil-plage », et dont les paramètres ont été ajustés suite à la crise financière mondiale. Pour ce qui est d’un avenir plus proche, le Ministère du Tourisme table sur un investissement total de 20 milliards de dirhams (1,7 milliard d’euros) en 2014 et se fixe comme objectif une capacité de 18 000 lits supplémentaires l’an prochain.

C’est la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) qui, par le passé, était chargée d’attirer les investissements dans de nouveaux projets touristiques. Toutefois, dans le cadre de la Vision 2020, on assiste à une décentralisation de développement du secteur en faveur des collectivités régionales qui voient leur participation accrue en matière de choix des politiques touristiques, de gestion et de conception de l’offre touristique. Des agences de développement touristique spécialisées seront à la tête de chacune des huit régions délimitées par la Vision 2020 et seront mises sur pied au fur et à mesure d’ici 2018, absorbant les délégations actuelles et les conseils régionaux du tourisme.

La mise en place de cette stratégie devrait permettre de stimuler la concurrence d’une région à l’autre et d’améliorer les infrastructures immatérielles qui faciliteront les nouveaux investissements, tout en garantissant que les projets reflètent les avantages concurrentiels locaux. Jusqu’à présent, 10 des 16 régions administratives (distinctes des régions définies par la Vision 2020) ont signé des Contrats Programme Régional (CPR) – un accord conclu entre le Ministère du Tourisme et les collectivités locales qui détermine les priorités en matière de développement touristique. Le premier du genre a été conclu avec la région de Chouia Ouardigha en avril 2013 et 92 projets y ont été identifiés, nécessitant un investissement total à hauteur de 8,9 milliards de dirhams (772,7 millions d’euros). Le dernier CPR en date a été signé en octobre 2013 et concerne la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz où 102 projets devraient être lancés. Plus de 90% de l’investissement nécessaire, estimé à 20,3 milliards de dirhams (1,8 milliard d’euros) proviendra du secteur privé. Environ 36 000 lits supplémentaires devraient être créés d’ici 2020, ce qui portera la capacité totale de la région à 96 000 lits.


Morocco looks to welcome more tourists from EU

 

En Français

Although it has suffered from the slowdown in Europe – its largest market – Morocco continues to pursue its plans under Vision 2020 to attract up to 20m tourists each year, bring total bed capacity to 375,000, create 17,000 new jobs and generate $17bn in annual revenues by 2020.

Recent results are promising, with the number of visitors for the first eight months of 2013 growing 6.76% year-on-year (y-o-y), to reach around 7m, and the country is looking to capitalise on the projected rise in the number of global international travelers in 2014, which is expected to increase by 4%.

Attracting more tourists

As highlighted by the easing of demand from its biggest source markets to the north of the country, Morocco has been moving to diversify its links with other non-traditional countries in regions such as Latin America, Eastern Europe, the Gulf and Asia. The Moroccan Tourism Office (Office National Marocain du Tourisme, ONMT) is planning to set up an office in Brazil in a bid to attract 30,000 visitors each year from the South American country starting in 2014, as well as use its presence there as a base to reach out to the rest of Latin America. Air links between both countries will be strengthened, and started with the first charter flight between Sao Paolo and Casablanca on November 1 as part of an agreement signed between the ONMT and a variety of Brazilian tour operators – notably Schultz, Flot, Raidho and Flytour, among others. National carrier Royal Air Maroc plans to launch three regular weekly flights starting in early December.

The ONMT is also looking to attract tourists from non-traditional markets in Europe. The number of visitors from the Czech Republic, Poland and Hungary, for instance, registered a y-o-y increase of 88%, 9% and 7%, respectively, in the first eight months of 2013. A recent agreement signed with Polish tour operator Itaka to boost charter flights to Agadir is expected to bring the number of tourists visiting the region of Souss to 129,000 by 2016. The Gulf is another potential source of visitors, and one that the government hopes will be increasingly important. To date, Saudi Arabia has been the largest market in the MENA region, accounting for more than 70,000 arrivals in 2012.

And while the European slowdown has highlighted the importance of bringing in a greater diversity of visitors, Morocco is still committed to attracting greater numbers of visitors from traditional European markets, which still accounts for more than 80% of tourists. It aims to double the number of British visitors by 2016 from its current 500,000 and is focusing on strengthening air links between both countries. At the World Travel Market held in London in early November, the ONMT signed a cooperation agreement with British tour operator Thomas Cook to launch flights to Agadir, in addition to its existing connections to Marrakech, Fes, Essaouira and Mazagan.

Expanding capacity

To accommodate the projected rise in arrivals, numerous plans are under way to expand hospitality infrastructure. Long-term initiatives under Vision 2020 include the government’s Plan Azur, which involves the development of six beachside resorts as part of a drive to boost sun-and-sand tourism, although the programme’s parameters were adjusted following the global financial crisis. In the more immediate future, the Ministry of Tourism is looking for investments amounting to Dh20bn (€1.7bn) in 2014 and would like to see the addition of nearly 18,000 beds next year.

The national Moroccan Agency for Tourism Development has traditionally been tasked with attracting investment into new tourism projects. However, as part of Vision 2020, sector development is being decentralised and shifted to regional authorities to increase their participation in determining tourism policy, management and devising offerings. Dedicated tourism development agencies will head each of the eight tourism regions identified under Vision 2020 and will gradually be established through 2018, absorbing existing delegations and regional councils.

This strategy is expected to boost competition from one region to another, and improve both the soft infrastructure for new investments as well as ensure that projects reflect the local competitive advantages. So far, 10 of the 16 administrative regions (as distinct from the Vision 2020 regions) have signed Regional Programme Contracts (Contrat Programme Régional, CPR) – an agreement between the Ministry of Tourism and local authorities outlining tourism development priorities. These start with the Chaouia Ouardigha region in April 2013 where 92 projects have been identified, requiring investments of up to Dh8.9bn (€772.7m). The latest CPR to be signed was for the Marrakech-Tensift-Al Haouz region in October 2013 where 102 projects are set to be carried out. More than 90% of the required investment of Dh20.3bn (€1.8bn) will come from the private sector. Around 36,000 beds are expected to be added by 2020, bringing the region’s total bed capacity to 96,000.

Follow Oxford Business Group on Facebook, Google+ and Twitter for all the latest Economic News Updates. Or register to receive updates via email.

Read Next:

In Morocco

Les arrivées en provenance de Chine et des marchés émetteurs...

Le Maroc se tourne à la fois vers de nouveaux marchés et vers les pays émetteurs traditionnels pour générer davantage de croissance dans son secteur touristique suite à une hausse du nombre d’...

In Tourism

Les arrivées en provenance de Chine et des marchés émetteurs...

Le Maroc se tourne à la fois vers de nouveaux marchés et vers les pays émetteurs traditionnels pour générer davantage de croissance dans son secteur touristique suite à une hausse du nombre d’...

Latest

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?