Le Maroc et la Tunisie tentent de ressusciter l’Union du Maghreb Arabe

Text size +-
Recommend

In English

A l’occasion d’une visite du roi du Maroc Mohammed VI fin mai, le Maroc a conclu avec la Tunisie toute une série d’accords de coopération, relatifs aux secteurs public et privé, afin de renforcer les liens bilatéraux et encourager une plus grande intégration régionale.

Lors de son voyage de trois jours, le Roi du Maroc a essayé, aux côtés du Président provisoire tunisien Moncef Marzouki, de donner une nouvelle impulsion à l’Union du Maghreb Arabe, ou UMA, organisation régionale dont font également partie l’Algérie, la Mauritanie et la Libye. Dans un discours prononcé le 31 mai devant l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne, il a appelé les pays membres de l’UMA à « surmonter les obstacles et les écueils artificiels qui entravent le lancement effectif de notre union. » Il a plus particulièrement insisté sur le besoin de parachever la mise en place d’une zone de libre-échange au Maghreb et d’améliorer les infrastructures régionales afin de faciliter les échanges et de créer davantage d’opportunités économiques.

Fondée en 1989 à des fins de simplification de la coopération économique et de renforcement des liens politiques entre ses membres, l’UMA n’a pas tenu de sommet annuel depuis 1994, en raison notamment de désaccords sur la question du Sahara Occidental. Toutefois, les perspectives de croissance intrarégionale sont considérables vu le potentiel économique de ses états membres, qui repose sur des sous-sols riches, renfermant de vastes réserves minérales, pétrolières et gazières, et des conditions démographiques propices, ainsi que sur un secteur manufacturier et une industrie de services de bonne taille.  

Opportunités économiques

Une intégration plus étroite offrirait des avantages non négligeables, étant donné le poids des économies de la région. Les pays du Maghreb, forts d’une population totale d’environ 90 millions de personnes, pour une large part – plus de la moitié au Maroc et en Algérie, par exemple -âgées de moins de 30 ans, disposent d’un vivier important d’employés potentiels pour les industries à forte main d’œuvre.

La région jouit également d’une consommation qui évolue à la hausse, tirée par des taux de croissance qui ont oscillé ces dernières années entre 2,6% et 5,7% pour l’Algérie et le Maroc, les deux plus grandes économies. Cela a entrainé une hausse de la demande d’énergie, entre autres. La région peut se prévaloir de sources énergétiques variées, parmi lesquelles on peut citer des taux élevés d’ensoleillement parfaits pour la production d’énergie solaire et de très importantes réserves de pétrole et de gaz.  

Une forte marge de progression

Ceci étant, dans l’ensemble, le commerce intra-maghrébin est encore loin de donner la pleine mesure de ses capacités. Une étude de la Banque Mondiale datée de 2006 parvenait à la conclusion suivante : la faible intégration régionale au Maghreb avait pour conséquence une perte de recettes commerciales potentielles de l’ordre de 2 à 3% du PIB régional chaque année. Le volume des biens exportés au sein du Maghreb, tous pays confondus, a progressé rapidement, passant de 1,5 milliard de dollars en 2001 à 7,6 milliards de dollars en 2011, mais leur proportion reste infime comparée au volume total d’exportations de la région, qui s’élève à 170,6 milliards de dollars. Les volumes des échanges intrarégionaux représentaient 3% du commerce annuel des pays du Maghreb en 2008, alors que dans l’EU, ceux-ci représentaient 63,3% des échanges commerciaux, et dans l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est, 24,6%. La région se fait également distancer par d’autres pays africains dans ce domaine, et d’autres organisations régionales, telle que la Communauté d’Afrique de l’Est, affichent des volumes d’échanges intrarégionaux à hauteur de 13% de leur commerce total.

Il existe un certain nombre de barrières autres que politiques entre les états maghrébins, notamment des réseaux de transport insuffisants, des coûts de transport élevés et l’absence d’une chaîne de valeur intégrée, mais le manque de consensus politique a constitué un obstacle majeur. La frontière entre le Maroc et l’Algérie est par exemple toujours fermée, et l’instabilité en Libye fait du renforcement de la sécurité aux frontières un souci encore très actuel.

On a cependant assisté ces dernières années à une multiplication des efforts déployés pour renforcer le commerce régional, surtout depuis le début de la crise de la zone euro. De nouveaux corridors d’infrastructures, comme l’Autoroute Transmaghrébine – qui, à terme, couvrira 7000 km et reliera Nouakchott à Rabat au nord, puis s’étirera à l’est jusqu’à Tripoli – semblent sur la bonne voie pour faciliter le transport transfrontalier, et plusieurs importants tronçons de l’autoroute sont déjà terminés.

Lors d’une série de réunions ministérielles régionales qui se sont déroulées au cours des trois dernières années, avec le soutien de la Banque Mondiale, des propositions ont été exposées qui permettraient une plus grande intégration économique, fiscale et commerciale. En 2010, les ministres des pays membres de l’UMA ont signé un accord portant sur la mise en place d’une zone de libre-échange pour les produits agricoles qui contribuera à garantir la sécurité alimentaire dans la région, et une liste préliminaire de produits a été établie en mai 2012. On a également assisté ces dernières années à la signature de nombreux accords de coopération bilatérale entre des états membres, dont 23 accords dans les secteurs de l’éducation, de l’énergie et du tourisme, signés entre le Maroc et la Tunisie lors de la récente visite du Roi, sa première visite officielle en Tunisie depuis que le Printemps Arabe y avait débuté en 2011.

Il reste certes encore beaucoup à faire pour profiter pleinement des avantages offerts par l’intégration, et, en attendant que certaines questions épineuses ne soient résolues, des progrès substantiels semblent peu probables, mais le nouvel élan donné par le Maroc et la Tunisie illustre bien le potentiel sur le long terme d’une collaboration plus étroite.


 

Morocco, Tunisia try to resuscitate Arab Maghreb Union

En Français / En Español

 Morocco signed a raft of public and private cooperation agreements with Tunisia during a visit by Morocco's King Mohammed VI in late May, in a bid to strengthen bilateral ties and encourage greater regional integration.

In his three-day trip, the Moroccan King, along with Tunisia’s interim President Moncef Marzouki, sought to spur movement within the Arab Maghreb Union (L’Union du Maghreb arabe or ‘UMA’), a regional body that also includes Algeria, Mauritania and Libya. Speaking at the Tunisian National Constituent Assembly on May 31, he called for UMA member countries to “overcome artificial hurdles and obstacles hindering the effective launching of our union”. More specifically, he stressed the need for completion of a Maghreb free-trade zone and improvements in regional infrastructure to facilitate the exchange of more economic opportunities.

Originally formed in 1989 to ease economic cooperation and boost political ties between its members, the UMA has not held an annual meeting since 1994, in part a result of disagreements over the Western Sahara. However, the economic potential of its member states, including their vast underground wealth contained in mineral and oil and gas reserves and favourable demographics, as well as the size of the manufacturing and service sectors, mean that scope for stoking intra-regional growth is significant.  

Economic opportunities

The benefits of closer integration are sizable, given the collective heft of the region’s economies. Combined, the Maghreb countries have a population of roughly 90m, a large proportion of whom – more than half in Morocco and Algeria, for example – are below the age of 30, which means there is a sizable pool of potential employees for labour-intensive industries.

The region also benefits from rising consumption, driven by headline growth rates that in recent years have hovered between 2.6% and 5.7% for Algeria and Morocco, the two largest economies. This has led to an increase in demand for, among other things, energy. The region benefits from a diversity of supply, with everything from high insolation rates for solar to significant reserves of oil and gas.  

Plenty of room for improvement

However, on the whole, intra-Maghreb trade remains well below its potential. A study conducted by the World Bank in 2006 concluded that the low level of regional integration in the Maghreb results in the loss of potential trade revenue equivalent to 2-3% of regional GDP each year. The volume of goods exported within the Maghreb, all countries combined, rose quickly from $1.5bn in 2001 to $7.6bn in 2011, but remains marginal compared to the total regional export volume of $170.6bn. While intra-regional trade volumes accounted for just 3% of annual trade in the Maghreb in 2008, they accounted for 63.6% of trade in the EU, 24.6% in the Association of South-east Asian Nations. Even within Africa, the region lags, with other regional organisations such as the East African Community, seeing intra- regional volumes rise as high as 13% of total trade.

A number of non-political barriers exist between the Maghreb states, including insufficient transport links, high transport costs and the absence of an integrated value chain, but the lack of political consensus has been a key obstacle. The border between Morocco and Algeria, for example, remains closed while instability in Libya continues to focus attention on strengthening border security.

However, efforts to strengthen regional commerce have multiplied in recent years, particularly after the onset of the eurozone crisis. New infrastructure corridors, such as the Trans-Maghreb Highway – which will eventually stretch 7000 km north from Nouakchott to Rabat, and then east to Tripoli – look set to facilitate cross-border transport, with a number of key sections of the highway already completed.

A series of regional ministerial meetings held in the past three years, with support from the World Bank, outlined proposals for greater economic, fiscal, and commercial integration. In 2010, ministers from UMA member countries signed an accord to implement an agricultural free trade zone that will help to ensure regional food security, and a preliminary list of products was drawn up in May 2012. Recent years have also seen a number of bilateral cooperation accords signed between member states, including the 23 agreements spanning the education, energy and tourism sectors that were signed between Morocco and Tunisia during the King’s recent visit, which was his first official visit to Tunisia since the outbreak of the Arab Spring there in 2011.

There is still plenty of work to do to properly harness the benefits of integration, and until some of the more intractable issues are resolved, substantive progress is unlikely, but certainly the push from Morocco and Tunisia highlights the long-term potential of closer collaboration.

Follow Oxford Business Group on Facebook, Google+ and Twitter for all the latest Economic News Updates. Or register to receive updates via email.

Read Next:

In Morocco

Le Maroc parviendra-t-il à atteindre ses objectifs ambitieux en...

Dans le cadre d’une stratégie visant à accroître de manière considérable ses capacités de production d’énergies renouvelables, le Maroc a lancé son premier village entièrement alimenté grâce à l’...

In Economy

Loh Boon Chye, CEO, Singapore Exchange (SGX)

As regional exchanges become more mature, which factors make SGX a standout proposition for Asian companies seeking to list? 

Latest

Loh Boon Chye, CEO, Singapore Exchange (SGX)

As regional exchanges become more mature, which factors make SGX a standout proposition for Asian companies seeking to list?