La Tunisie veut doper sa production de pétrole et d’énergies renouvelables

Text size +-
Recommend

In English

Un nouveau code des hydrocarbures pourrait donner une nouvelle impulsion à une série de solides projets actuellement en cours qui modifient le paysage énergétique tunisien à l’heure où l’État cherche à encourager de nouvelles sources de production pour faire face à une production pétrolière en baisse.

Nouvelle réforme de l’énergie

La Tunisie, importatrice nette de pétrole, s’apprête à faire adopter un nouveau projet de loi de réforme des hydrocarbures qui structurerait davantage le secteur afin de rendre ce dernier plus attractif aux yeux des investisseurs internationaux.

La nouvelle loi- dont un projet a été finalisé à la fin de l’an dernier- s’attache à répondre à des problèmes dont souffrait l’industrie pétrolière et gazière en établissant un processus de délivrance des permis conforme à la constitution et en prenant des mesures visant à instaurer davantage de transparence dans le processus mais aucun détail sur la mise en œuvre de ces changements n’a encore été annoncé.

Le code prévoit également une réforme des règlementations relatives aux énergies non conventionnelles, un segment dont les lacunes du cadre règlementaire ont souvent découragé les multinationales qui tentent d’opérer en Tunisie – dernier exemple en date, une filiale du producteur de schiste américain Anadarko a cessé ses activités dans le pays à la mi-février suite au rejet de sa demande d’autorisation à mener une campagne d’exploration des ressources en gaz de schiste.

La production pétrolière tunisienne a diminué de moitié ces dernières années – passant de 80 000 barils par jour (bj) en 2010 à environ 40 000 bj l’an dernier-  suite au départ de géants du secteur tels que le groupe italien Eni ou les Hollandais de Shell qui ont invoqué une série de problèmes allant de l’interruption du travail au non-renouvellement des permis de forage. Le nombre de permis d’exploration et de prospection d’hydrocarbures a également été divisé par deux depuis 2010, passant de 52 à 26, selon des sources officielles.

Les énergies renouvelables à la hausse

Tout en planchant sur son nouveau code juridique afin d’intensifier l’exploration, la Tunisie cherche également à diversifier son bouquet énergétique à travers une série de projets dans le domaine des énergies renouvelables.

À l’occasion de la conférence de l’investissement Tunisia 2020 qui a eu lieu au mois de novembre, le pays s’est fixé comme objectif l’installation d’une capacité de production de 380 MW à partir d’énergies renouvelables d’ici 2030, un projet estimé à un coût de 15 milliards de dinars (6,1 milliards d’euros).

À cet effet, l’État s’est engagé à construire cinq centrales électriques solaires d’une capacité totale de 300 MW dans le sud du pays pour la somme de 750 millions de dinars (306 millions d’euros) ainsi qu’une centrale éolienne d’une capacité de 80 MW dans la région montagneuse de Kebili, également dans le sud, pour un investissement de 240 millions de dinars (97,8 millions d’euros).

Le pays se prépare également à la mise en service de sa première grande centrale solaire photovoltaïque l’an prochain : le projet TuNur, d’une capacité de 10 MW, dans le gouvernorat de Tozeur. Une fois achevée, la centrale CSP génèrera 9400 GWh d’électricité par an.

Si ces projets bénéficient de subventions publiques, l’État espère tout de même voir des investisseurs privés participer à un certain nombre de projets définis à travers le pays. Ces installations, dont le secteur privé assurera la construction, la maintenance et l’exploitation, permettront d’ajouter, selon des sources officielles, une capacité installée de 380 MW d’ici 2020, pour un investissement total d’1 milliard de dinars (410,9 millions d’euros). Cette puissance additionnelle sera injectée dans le réseau d’ici 2018, suite à un appel d’offres du Ministère de l’Énergie, des Mines et des Énergies Renouvelables.

Parmi les autres projets assignés au secteur privé, on peut citer une centrale biomasse d’une puissance de 15 MW dans le Gouvernorat de Sfax, qui utilisera les importants résidus agricoles et agroindustriels de la région et dont la construction nécessitera un investissement de 68 millions de dinars (28 millions d’euros).

Bénéficiant d’un rayonnement solaire d’une intensité allant de 1800 à 2600 KWh/m²/an – 20% de plus que la plupart des sites européens – la Tunisie a toutes les clés en main pour satisfaire aux besoins de la stratégie générale baptisée Plan Solaire Tunisien (PST). Lancé en 2009, le PST vise à faire passer la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique tunisien de 3% à 12% d’ici 2020 puis à 30% d’ici 2030.

À l’heure actuelle, la puissance électrique issue des énergies renouvelables provient de deux parcs éoliens d’une puissance installée totale de 250 MW, selon des chiffres publiés en 2015 par le Ministère de l’Industrie, de l’Énergie et des Mines.

Règlementations relatives aux investissements étrangers

Les mesures incitatives exposées dans le nouveau code de l’investissement approuvé par le Parlement en septembre et qui entrera en vigueur en avril pourraient entrainer une hausse des investissements dans les secteurs du pétrole et des énergies renouvelables.

La nouvelle loi, dont l’objectif est d’attirer davantage d’investissements étrangers dans tous les secteurs de l’économie tunisienne, devrait profiter aux investisseurs désireux de pénétrer le marché des énergies renouvelables. Les dispositions de cette dernière comportent des mesures destinées à simplifier les démarches administratives en réduisant le nombre d’autorisations nécessaires à l’approbation d’un projet, ainsi qu’à limiter les périodes d’attente en faisant mieux respecter les délais de réponse.

Ce nouveau code très attendu retient déjà l’attention de nombre d’acteurs privés, selon Jérôme Sudres, directeur régional de Quadran, producteur français d’électricité verte.

« Le secteur des énergies renouvelables est très prometteur en Tunisie, car des engagements forts ont été pris ces dernières années, et on voit qu’ils sont en cours de concrétisation, » a-t-il déclaré dans la presse tunisienne l’an dernier, ajoutant que Quadran compte élargir son champ d’action dans le pays dans les années à venir.

 

 

Tunisia aims to boost output in oil and renewables

En Français

A new hydrocarbons code could breathe fresh life into an already robust pipeline of projects that are changing the energy landscape in Tunisia, as the government looks to incentivise new production in the wake of declining oil output.

New energy reform

A net oil importer, Tunisia is pushing a new reform bill on hydrocarbons to enhance the sector’s appeal to international investors by further formalising the sector.

The new law – a draft of which was finalised at the end of last year – addresses issues in the oil and gas industry by aligning the licence-granting process with the constitution and takes measures to inject more transparency into the process, though details on how have not been announced.

The code will also overhaul regulations for unconventional energy, where deficiencies in the legal framework have often frustrated multinationals trying to carry out operations in Tunisia – in the latest reminder of this, a subsidiary of US shale producer Anadarko pulled out of the country in mid-February after its request to conduct shale gas exploration was rejected.

Oil output in Tunisia has halved in recent years – from 80,000 barrels per day (bpd) in 2010 to roughly 40,000 bpd last year – as industrial giants like Italy’s Eni and Dutch Shell have left the country, citing issues ranging from work stoppages to non-renewal of drilling permits. The number of sector operating licences has also dropped by half since 2010, from 52 to 26, according to official sources.

Renewables on the rise

While it hashes out the new legal code to boost exploration, Tunisia is also looking to diversify its energy mix through a pipeline of renewable energy projects.

At the Tunisia 2020 Investment Conference held in November, the country set a target to install 3.8 GW in new generation capacity from renewables by 2030  at an estimated cost of TD15bn (€6.1bn).

To achieve this, the government pledged to build five solar power plants with a combined capacity of 300 MW in the country’s south for TD750m (€306m) , and an 80-MW wind power station in the mountainous Kebili area, also in the south, for TD240m (€97.8m) .

The country is set to switch on its first large-scale photovoltaic power farm next year: the 10-MW TuNur project in Tozeur Governorate. Upon completion, the concentrated solar plant will generate 9400 GW per hour of electricity per year.

While such projects receive state support, the government expects that private investors will chip in on a handful of selected projects throughout the country. To be built, maintained and operated solely by private companies, according to government sources, these will add 380 MW in installed capacity by 2020 for a total investment of TD1bn (€410.9m). The extra capacity would be added to the grid by 2018, following a call for tenders by the Ministry of Energy, Mines and Renewable Energies.

Other projects reserved for the private sector include a 15-MW biomass plant to be built for TD68m (€28m) in Sfax Governorate, using waste from the area’s well-known agriculture sector and agro-industries.

With irradiation rates of 1800-2600 KWh per sq metre per year – 20% higher than most irradiated sites in Europe – Tunisia is well equipped to meet the requirements of its overarching Tunisian Solar Plan (Plan Solaire Tunisien, PST). Launched in 2009, the PST aims to lift renewables’ share of the energy mix from 3% to 12% by 2020 and 30% by 2030.

At present, the country’s renewable capacity comes from just two wind farms with a combined installed capacity of 250 MW, according to 2015 figures from the Ministry of Industry, Energy and Mines.

Foreign investment regulations

Investment in oil and renewables alike could receive a boost from incentives laid out in a new investment law approved by Parliament in September, which will be enforced in April.

The new law, drafted to enhance foreign investor appeal across all sectors of the economy, should benefit those looking to enter the renewables market. Its provisions include measures to cut red tape by reducing the number of authorisations needed for project approval, as well as to shorten wait times by better enforcing administrative deadlines.

Anticipation of the new code is already attracting attention from private players, according to Jérôme Sudres, regional director of Quadran, a French producer of green electricity.

“Tunisia’s renewable energy sector is very promising, as the strong commitments made over the past years are clearly being materialised,” he told local press late last year, adding that Quadran plans to expand its operations within the country over the next few years.   

Covid-19 Economic Impact Assessments

Stay updated on how some of the world’s most promising markets are being affected by the Covid-19 pandemic, and what actions governments and private businesses are taking to mitigate challenges and ensure their long-term growth story continues.

Register now and also receive a complimentary 2-month licence to the OBG Research Terminal.

Register Here×

Product successfully added to shopping cart

Read Next:

In Tunisia

Covid-19 and the Maghreb: a more collaborative future?

The Maghreb – which principally comprises Algeria, Libya, Mauritania, Morocco and Tunisia – has been hard hit by the coronavirus, but the pandemic has also sparked innovation and driven changes in...

In Energy

Will Covid-19 accelerate the renewable energy transition in emerging...

With new data showing that global carbon emissions are rebounding more quickly than expected after coronavirus lockdowns are eased, questions are being asked about the prospects for renewable...

Latest

How will the MICE segment survive Covid-19?

Amid global travel restrictions, social distancing protocols and prohibitions on mass gatherings, the world’s meetings, incentives, conferences and exhibitions (MICE) segment has been forced to...