La production agricole marocaine dépasse les attentes

In English

Des rendements plus élevés et des produits de meilleure qualité ont entraîné un afflux d’investissements dans le secteur agricole au Maroc ; le royaume espère doper les bénéfices générés par la production agricole et accroître les exportations.

Lors de la 13ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) qui s’est tenu fin avril, le Ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch a déclaré à la presse locale qu’on attendait pour la saison 2017/2018 une production céréalière de 9,8 millions de tonnes, soit bien plus que les prévisions antérieures qui estimaient la récolte à 8 millions de tonnes, et une hausse de 3% par rapport aux chiffres de l’année précédente.

Cette hausse est d’autant plus remarquable tenant compte que la superficie semée en céréales a diminué, passant de 5,4 millions d’hectares en 2016/2017 à 4,5 millions d’hectares ; le rendement par hectare a donc augmenté de 23% en glissement annuel.

Le gouvernement a ensuite annoncé que les droits de douane sur les importations de blé tendre allaient passer de 30% à 135%, une stratégie destinée à soutenir les prix du blé tendre produit au Maroc et à réduire la demande en céréales importées.

Rendements et exportations à la hausse grâce au Plan Maroc Vert

Le Maroc a enregistré des récoltes plus importantes de blé, d’orge et d’autres céréales cette saison, et ce malgré les faibles précipitations du début de la saison agricole, traduisant la capacité de résistance fraîchement acquise du secteur, que l’on doit principalement au programme de développement agricole à long terme du pays lancé en 2008, le Plan Maroc Vert (PMV).

Le PMV vise à améliorer l’accès à l’eau et aux systèmes d’irrigation, à moderniser les techniques agricoles et à promouvoir les modèles d’agrégation ainsi que la coopération entre les petits exploitants afin de développer les économies d’échelle.

Selon des données publiées fin avril par le Ministère de l’Agriculture, le volume des exportations agricoles a augmenté de 65% au cours des dix dernières années et 125 000 emplois ont été créés au cours des deux dernières dans les segments de la production primaire et de la transformation grâce au PMV.

Optimiser la chaîne logistique, un enjeu clé pour la création de valeur ajoutée

Si le secteur agricole contribue au PIB marocain à hauteur de 19%, 4% seulement de cette participation est générée par la transformation agro-industrielle et des produits à valeur ajoutée.

Le succès du PMV montre bien que des investissements accrus peuvent entraîner des hausses de production conséquentes. De la même façon, le Maroc doit développer ses capacités de logistique et de transformation en aval et c’est vers ces secteurs que doivent désormais être orientés les investissements, selon Kacem Bennani Smires, PDG du groupe de production et d’exportation agricole Delassus.« Il s’agit désormais d’être capable de traiter, de vendre et d’exporter cette production importante, » a déclaré M. Smires à OBG. « Développer les capacités logistiques dans ce sens revêt une importance croissante. »

Premier hub maritime du pays, le port de Tanger-Med constitue un élément clé du secteur logistique marocain. Situé à l’entrée de la Mer Méditerranée sur le détroit de Gibraltar, le port a été mis en service en 2007 et est depuis devenu l’un des plus importants ports à conteneurs d’Afrique.

Tanger-Med atteint à l’heure actuelle quasiment sa capacité maximale ; le traitement des conteneurs affichait une hausse de 3% en glissement annuel au premier trimestre de cette année, avec un trafic de 790 000 conteneurs EVP (équivalent vingt pieds), tandis que la circulation des camions a augmenté de 12% en glissement annuel, le port ayant traité 90 000 camions TIR. La hausse de la demande a entraîné une expansion du hub et le terminal Tanger Med II est actuellement en cours d’aménagement afin d’accroître la capacité de traitement des marchandises. Avec une mise en service prévue pour 2019, Tanger Med II, dont le chantier a compris la construction de nouveaux quais, l’approfondissement du bassin principal et du chenal d’accès au port et la construction d’un mur de quai, ainsi que des travaux routiers et l’augmentation des capacités de stockage, va voir la capacité de traitement du port multipliée par trois, cette dernière passant à 8 millions de conteneurs et à 2 millions de véhicules par an.

Cette expansion devrait aider le Maroc à atteindre son objectif de devenir un hub logistique clé pour l’Afrique et l’Europe.

Développer les réseaux de transport qui desservent Tanger-Med

Les liaisons de Tanger-Med avec les ports secondaires marocains tel que celui d’Agadir devront toutefois être renforcées pour que le port devient un hub majeur.

« Tanger-Med relie le royaume à 74 pays mais les entreprises spécialisées dans des cultures générant un chiffre d’affaires moins élevé n’y ont pas accès en raison de son coût, qui reste trop important, » a expliqué M. Smires à OBG. « Il nous faut trouver une solution pour réduire les coûts du cabotage maritime d’Agadir à Tanger-Med. »

Les améliorations de la chaîne logistique –telles que davantage d’espace d’entreposage sec et frigorifique, ainsi qu’une meilleure accessibilité pour les producteurs – ne permettraient pas seulement aux produits d’arriver plus vite sur le marché mais réduiraient également les pertes dues à la détérioration des denrées et doperaient les recettes.

Si une amélioration est possible dans ces domaines, le Maroc a déjà prouvé son potentiel en tant que pays exportateur. Dans son rapport intitulé « Enabling the Business of Agriculture 2017 », la Banque Mondiale a attribué une bonne note au Maroc pour ses efforts d’amélioration du transport routier, classant le pays au 8ème rang mondial en raison de la réglementation régissant le secteur du transport routier, jugée favorable.

Le rapport souligne en particulier la facilité d’obtention d’un agrément de transport international routier et le bas coût de ce dernier. C’est grâce à cela et à d’autres résultats positifs, notamment la réglementation stricte en matière d’utilisation et de distribution d’engrais et d’eau, que la Banque Mondiale a classé le Maroc à la 18ème place mondiale pour ce qui est de la facilité de faire des affaires dans le secteur agricole.

 

 

Morocco’s agricultural output exceeds expectations

En Français

Higher yields and improved product quality are driving investment in Morocco’s agricultural sector, with the country seeking to boost returns on farming output and expand exports.

In late April, during the 13th edition of the International Exhibition of Moroccan Agriculture, Aziz Akhannouch, minister of agriculture, told local press that cereal production for the 2017/18 season was projected to reach 9.8m tonnes, well above earlier estimates of 8m tonnes and up 3% on the previous year’s harvest.

This increase was particularly notable given that far less land had been planted for grain crops, with 4.5m ha against 5.4m ha in 2016/17, making yields per ha 23% higher year-on-year (y-o-y).

Subsequently, the government announced that tariffs on soft wheat imports would increase from 30% to 135%, a move aimed at supporting local prices and reducing demand for overseas grain.

Green Morocco Plan improves yields, exports

The stronger harvest of wheat, barley and other crop gains this season came in spite of poor early season rains, reflecting the newfound resilience of the sector, an improvement mostly attributed to the long-term agricultural development programme, the Green Morocco Plan (Plan Maroc Vert, PMV), launched in 2008.

The scheme aimed to increase the availability of irrigation and water supplies, modernise farming techniques and promote the aggregation of land, as well as cooperation between smallholders to develop economies of scale.

According to data issued by the Ministry of Agriculture in late April, as a result of the PMV the volume of agricultural exports has increased by 65% over the past decade, and 125,000 new jobs have been created in the past two years in primary production and processing.

Logistics key to tapping added-value opportunities

While the agricultural sector accounts for 19% of Morocco’s GNP, only 4% of this is generated by agro-industrial processing and value-added input.

The success of the PMV demonstrates that higher levels of investment can lead to substantial increases in output. Likewise, Morocco now needs more funding channelled into developing its logistics and downstream processing capacities, according to Kacem Bennani Smires, CEO of agricultural producer and processor Delassus.

“Now it is a question of being able to treat, sell and export this massive production,” Smires told OBG. “Expanding logistics capacities in this direction is increasingly important.”

Key to the logistics sector is the country’s largest maritime hub, the Tanger-Med port. Situated at the entrance of the Mediterranean in the Gibraltar Strait, the port began operations in 2007, and has since become one of the most important business container ports in Africa.

Tanger-Med is currently operating at near full capacity; container processing posted a strong y-o-y increase of 3% in the first quarter of the year, with just under 790,000 twenty-foot equivalent units handled, while truck traffic increased by 12% y-o-y, processing 90,000 long-haul freight vehicles.

Increased demand has spurred an expansion of the hub, with Tanger-Med II under development to increase freighting throughput. Due to come on-line in 2019, the new berths, deepening of the main basin and port access channel, and construction of a quay wall, along with supporting road works and storage space, will treble handling capacity to 8m container units and 2m vehicles a year.

The expansion is expected to help Morocco meet its objective of becoming a key logistics centre for Africa and Europe.

Bolstering transport routes to Tanger-Med

However, in order for Tanger-Med to become a leading hub, its links to secondary ports such as Agadir need to be strengthened.

“Tanger-Med connects the kingdom to 74 countries, but companies that deal with lower-value crops cannot use it because it remains too expensive,” Smires told OBG. “We should find a solution to perform maritime cabotage from Agadir to Tanger-Med at a lower cost.”

Improvements in the logistics chain – such as additional dry and cold storage, and better transport access for producers – would not only bring produce to the market faster, it would reduce spoilage, cutting losses and boosting revenue.

Although these areas could be improved, Morocco has demonstrated its exporting potential. In its “Enabling the Business of Agriculture 2017” report, the World Bank rated Morocco highly for its capacity to facilitate road transport, ranking it 8th globally due to the positive regulatory regime governing the trucking segment.

In particular, the report noted the ease of obtaining cross-border licences and the low cost of such papers. These as well as other positive results, including the tight regulatory controls over the use and distribution of fertilisers and water, saw the bank rank Morocco 18th globally for the overall ease of doing business in the agricultural sector.

Read Next:

In Morocco

Said Mouline, CEO of the Moroccan Agency for Energy Efficiency (Agence...

What is the current level of awareness in Morocco regarding energy efficiency?

In Agriculture

La hausse de la production agricole rapproche l’Algérie de la sécurité...

Grâce à une augmentation de sa production agricole nationale, l’Algérie se rapproche un peu plus de son objectif d’autosuffisance alimentaire ; selon des prévisions officielles, le pays pourrait...

Latest

Major road projects near completion as Kuwait improves infrastructure

Kuwait has moved forward with plans to ease traffic congestion and improve transport infrastructure, with the authorities announcing that a major road project is close to completion, while a...