La hausse de la production agricole rapproche l’Algérie de la sécurité alimentaire

In English

Grâce à une augmentation de sa production agricole nationale, l’Algérie se rapproche un peu plus de son objectif d’autosuffisance alimentaire ; selon des prévisions officielles, le pays pourrait mettre un terme à l’importation de produits agricoles d’ici trois ans.

L’Algérie a enregistré une production céréalière record au cours de la campagne agricole 2017/2018, récoltant 6,1 millions de tonnes de céréales entre juillet 2017 et juin 2018, soit une augmentation de 74% par rapport aux 3,5 millions de tonnes récoltées au cours de la saison précédente, a annoncé début septembre le Ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et de le Pêche, Abdelkader Bouazghi.

Cette forte production a permis à l’Algérie d’atteindre avant l’heure l’objectif de produire 5,3 millions de tonnes de céréales par an avant 2022. Les récoltes de légumes ont également été abondantes. La production nationale de pois chiches a atteint 34 000 tonnes pendant la saison 2017/2018, contre 12 300 tonnes en 2001, tandis que la production annuelle de lentilles est passée de 458 tonnes à 30 000 tonnes au cours de la même période.

La facture d’importation des produits alimentaires a légèrement baissé au cours des huit premiers mois de l’année, passant de 5,90 milliards de dollars à 5,89 milliards de dollars, selon le Centre National des Transmissions et du Système d’Information des Douanes (CNTSID).

En janvier 2018, A. Bouazghi a déclaré que l’Algérie était alors en mesure de répondre à environ 70% de la demande alimentaire nationale. Le ministre a ajouté qu’un maintien de ce niveau permettrait au pays de mettre fin à l’importation de produits agricole dans les trois ans.

La hausse de la production coïncide également avec une importante augmentation des recettes d’exportation des produits agricoles. Ali Bey Nasri, le président de l’Association Nationale des Exportateurs Algériens, a déclaré lors d’une conférence fin septembre que la valeur des exportations agricoles avait grimpé de 50% en glissement annuel au cours des premiers mois de 2018. Selon ses prévisions, les recettes d’exportations atteindraient de 75 à 80 millions de dollars à la fin de l’année, contre 57 millions de dollars en 2017.

Une croissance agricole soutenue par une stratégie gouvernementale

La hausse de la production intervient à la suite d’investissements publics qui se seraient élevés à 2500 milliards de dinars (18,2 milliards d’euros) au cours des vingt dernières années, l’agriculture étant considérée par les responsables politiques comme un secteur clé de la stratégie gouvernementale visant à doper la croissance hors hydrocarbures.

D’après A. Bouazghi, le secteur contribuait début 2018 à quelque 13% du PIB, employant 10,8% de la population active. Dans le cadre du Nouveau Modèle de Croissance publié mi-2016 par le gouvernement, les autorités visent une croissance annuelle moyenne de 6,5% pour le secteur entre 2020 et 2030.

Des mesures incitatives, parmi lesquelles on peut citer des taux d’intérêts faibles ainsi qu’une vaccination gratuite pour le bétail, ont été lancées afin d’atteindre cet objectif. De plus, l’Etat a accepté d’indemniser les exportateurs de 50% des coûts de fret, de transit et d’autres procédures douanières, afin d’encourager le rôle du secteur dans l’équilibrage de la balance commerciale.

Les bons résultats affichés par la récolte céréalière l’an dernier ont en partie également été attribués aux efforts déployés par le gouvernement pour porter la surface cultivée à 3,4 millions d’hectares, ce qui a contribué à accroître la productivité et à faire passer la production d’1,5 million de tonnes en 2016/2017 à 1,9 million de tonnes.

Des programmes d’irrigation cruciaux pour garantir la sécurité hydrique du pays à l’avenir

La possibilité d’accès à l’eau a constitué un autre facteur déterminant de la récente expansion de la production agricole : la surface irriguée s’élève actuellement en Algérie à environ 1,3 million d’hectares et le Ministère de l’Agriculture a annoncé des projets visant à porter ce chiffre à 2 millions d’hectares d’ici 2021.

« Cinq nouveaux barrages, et les transferts hydrauliques associés, sont entrés en service en 2017 afin de soutenir cette stratégie, » a déclaré Arezki Berraki, le directeur-général de l’Agence Nationale des Barrages et Transferts (ANBT), à OBG. Les cinq barrages, chacun situé dans une wilaya (province) différente, disposent d’une capacité de retenue totale de 500 millions de m³.

« La gestion des ressources hydriques a constitué une priorité clé pour l’Algérie et le pays est désormais en mesure d’améliorer l’irrigation dans plus de wilayas, a ajouté A. Berraki.

En septembre 2018, l’Algérie comptait 80 grands barrages en service, dont 36 construits depuis l’an 2000 ; cinq barrages supplémentaires sont actuellement en cours de construction, avec une livraison prévue pour 2020. À terme, le gouvernement entend porter le nombre total de barrages à 139 d’ici 2030, et ainsi atteindre une capacité totale de stockage en eau d’environ 12 milliards de mètres cubes.

Des investissements étrangers cruciaux pour la croissance future

Si le soutien de l’Etat a eu une incidence positive sur la récente croissance de la production, certains chiffres montrent que la stratégie la plus efficace afin de pallier aux difficultés rencontrées par les producteurs algériens en matière d’accès au financement, aux équipements, et au savoir-faire notamment, passe par la recherche d’une plus grande participation des investisseurs étrangers.

L’entreprise publique de BTP Cosider, la quatrième plus grande d’Afrique, a lancé en mai 2017 sa filiale Cosider Agrico, à des fins de promotion de l’agriculture algérienne et d’investissement dans cette dernière. L’entreprise est actuellement en train de construire et d’aménager quatre projets agricoles d’envergure, avec une mise en service prévue pour début 2019 pour le premier d’entre eux.

« L’oléiculture, le blé dur et les aliments pour bétail sont des segments dotés d’un fort potentiel mais qui restent jusqu’à présent inexploités en Algérie, a expliqué le PDG de Cosider Agrico, Bencheikh Belkacemi, à OBG. « Les entreprises ont besoin d’investir davantage grâce à des emprunts pour réellement accroître la production nationale, et nous sommes donc disposés à travailler en collaboration avec les investisseurs algériens et étrangers. »

 

 

Increase in agricultural output moves Algeria towards food security

En Français

An increase in domestic agricultural production has moved Algeria closer to achieving its goal of food self-sufficiency, with officials predicting the country could halt the import of agricultural products within three years.

Algeria produced a record 6.1m tonnes of cereal throughout the 2017/18 agricultural season, which ran from July to the end of June. This constituted a 74% increase on the previous season’s harvest of 3.5m tonnes, Abdelkader Bouazghi, the minister of agriculture, rural development and fisheries, announced in early September.                                                                                                                    

The large output marks an early realisation of the country’s goal of producing 5.3m tonnes of the crop by 2022 and was complemented by strong vegetable harvests. Domestic production of chickpeas totalled 34,000 tonnes over 2017/18, up from 12,300 in 2001, while annual output of lentils increased from 458 tonnes to 30,000 tonnes over the period.

The country’s food import bill declined slightly in the first eight months of the year, falling from $5.90bn to $5.89bn, according to the National Centre for Transmissions and Customs Information System.

In January 2018 Bouazghi said that, at the time, Algeria was meeting around 70% of local demand for food products. The minister said that if such a level was maintained, the country could halt the import of agricultural products within three years.

The increase in production has also coincided with a jump in agricultural export earnings. Ali Bey Nasri, the president of the National Association of Algerian Exporters, told an industry conference in late September that the value of agricultural exports had increased by 50% year-on-year in the first seven months of 2018. He predicted year-end exports to reach $75m-80m, against $57m in 2017.

Government strategy targets domestic agriculture growth

The increase in production comes amid an estimated AD2.5trn (€18.2bn) in government investment over the past two decades, as officials look to agriculture as a key sector in its quest to boost non-oil GDP.

According to Bouazghi, by early 2018 the sector made up some 13% of GDP and accounted for 10.8% of the working population. Under the government’s New Growth Model, released in mid-2016, officials aim for an average annual growth rate of 6.5% for the sector between 2020 and 2030.

To meet these goals, incentives have been launched to encourage farmers to increase production, including low interest loans and free vaccinations for livestock. In addition, the state has agreed to compensate exporters for 50% of the cost of freight, transit and other Customs procedures to encourage the sector’s role in balancing the country’s trade deficit.

The success of this past year’s grain harvest has also been attributed in part to government efforts in planting 3.4m ha of grain, which helped boost productivity per ha from 1.5 tonnes in 2016/17 to 1.9 tonnes.

Irrigation programmes key to future water security

Another factor that has been integral to the recent expansion of agricultural production is the availability of water: irrigated land in Algeria currently amounts to around 1.3m ha, and the Ministry of Agriculture has announced plans to increase this figure to 2m ha by 2021.

“Five new dams and their respective transfer capacities have started operations in 2017 in order to support this strategy,” Arezki Berraki, director-general of the National Agency of Dams and Transfers, told OBG. The five dams, all in different provinces, have a combined retention capacity of 500m cu metres.

“Management of water resources has been a key priority for Algeria and the country has now reached full capacity to improve irrigation in more wilayas (provinces),” he added.

As of September 2018 there were 80 large-scale dams operating in Algeria, of which 36 have been built since 2000, and an additional five are currently under construction, ahead of completion in 2020. Further down the line, the government aims to bring the total number of dams to 139 by 2030, increasing the country’s combined water storage capacity to approximately 12bn cu metres.

Foreign investment seen as key to future growth

While state support has had a positive impact on improving yields in recent times, some industry figures believe the most effective way to address certain barriers facing domestic producers, such as access to finance, machinery and expertise, is through encouraging greater participation from foreign investors.

Public construction company Cosider, the fourth largest in Africa, launched its subsidiary Cosider Agrico in May 2017 to promote and invest in Algerian agriculture. The company is currently constructing and landscaping four large-yield agriculture projects, the first to become operational by the start of 2019.

“Oleiculture [the production of olives], durum wheat and cattle feed represent high potential but yet untapped segments in Algeria,” Bencheikh Belkacemi, CEO of Cosider Agrico, told OBG. “Companies need more leverage to truly boost national production, therefore, we are open to working in partnership with national and foreign investors.”

Read Next:

In Algeria

Algérie : Le projet de première usine de médicaments d’oncologie sur...

Dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement afin de répondre à l’augmentation de la prévalence du cancer dans le pays et de réduire sa dépendance face aux importations, l’Algérie s’...

In Agriculture

Value-added agriculture scheme to expand across Nigeria

Nigeria is taking its agricultural value-added programme nationwide after initial trials resulted in higher crop yields and increased efficiency.

Latest

Major road projects near completion as Kuwait improves infrastructure

Kuwait has moved forward with plans to ease traffic congestion and improve transport infrastructure, with the authorities announcing that a major road project is close to completion, while a...