La croissance de la demande de services de données favorise l’expansion de l’économie numérique marocaine

Text size +-
Share

In English

La hausse de la demande de services de cloud et de données stimule les investissements dans les nouvelles infrastructures technologiques au Maroc, le secteur public et le secteur privé étant bien déterminés à tirer parti de l’économie numérique.

Au mois d’octobre, N+One Datacenters, une société locale spécialisée dans les réseaux, l’hébergement, l’infogérance et le cloud, a ouvert son second data center sur un site d’une superficie d’un hectare situé à 80 km de Casablanca.

Ce centre, dont la construction a été chiffrée à 150 millions de dirhams (13,8 millions d’euros) a une capacité de 10 000 serveurs, et mise sur la hausse de la demande locale de services de stockage de données et d’hébergement dans le cloud, tout en préservant la souveraineté des données des secteurs public et privé.

La création de ce nouveau centre fait suite à l’ouverture en 2008 d’un site de N+One de 5 000 mètres carrés à Casablanca qui, à l’époque, était la première plate-forme technologique de ce type dans le Royaume.

La distance entre les deux centres et leur positionnement dans des zones sismiques différentes ont été retenus afin d’assurer la continuité des services de stockage et de sauvegarde en cas de difficultés techniques, et ainsi de renforcer l’infrastructure numérique du pays. 

La première plate-forme de la société à Casablanca abrite par ailleurs CASIX, le premier point d’échange Internet neutre du Maroc. Ouvert l’an dernier, CASIX permet à de multiples fournisseurs de services Internet d’interconnecter leurs réseaux et de renforcer la connectivité nationale. 

La hausse anticipée de la demande d’externalisation des services de cloud et de données pour les systèmes d’information des entreprises est telle que les dirigeants du groupe ont annoncé la mise en service d’un troisième data center, situé sur l’axe Kenitra-Casablanca, d’ici la fin de l’année.

Les compétences et l’innovation seront renforcées dans le cadre de la stratégie numérique

Ce nouvel investissement s’inscrit dans le cadre des efforts nationaux visant à accroître les compétences technologiques de la main d’œuvre nationale, et accélérer les capacités numériques du pays.

L’an dernier, le gouvernement a lancé le Plan Maroc Numeric 2020, une stratégie à moyen terme ayant pour objectifs premiers de numériser 50 % des procédures administratives de l’Etat dans un délai de quatre ans, et d’étendre la portée de l’économie numérique.

Pour atteindre ces objectifs, des fonds supplémentaires ont été débloqués pour financer les infrastructures Internet, et un soutien supplémentaire a été apporté à la culture numérique et aux programmes de formation informatique dans le système scolaire.

Par ailleurs, le gouvernement met actuellement en place un fonds pour l’innovation numérique, visant à financer les projets d’entrepreneuriat social, ainsi qu’une formation technique avancée afin de renforcer le bassin national d’ingénieurs et de techniciens. Il ambitionne ainsi de multiplier par 10 le nombre d’experts informatiques à l’horizon 2020, qui serait alors porté de 3 000 à l’heure actuelle à 30 000. 

Pour concrétiser ses plans nationaux, le gouvernement s’appuiera sur l’Agence du Développement Numérique (ADN), instituée par une loi du Parlement en août dernier.

L’organisme a pour mission d’harmoniser les divers projets publics dans la sphère numérique et technique, et s’est également vu confier la mise en œuvre des principaux composants du Plan Maroc Numeric 2020. 

Une confiance accrue sera nécessaire pour libérer la croissance numérique

Malgré les efforts déployés en faveur du développement de l’économie numérique marocaine, le secteur est confronté à diverses difficultés.

Pour les parties prenantes du secteur, l’un des principaux obstacles est le manque de confiance des secteurs public et privé dans l’externalisation de la gestion du stockage et des données, même si Mohammed Benmira, directeur-général adjoint de MEDASYS, société spécialisée dans l’édition de logiciels, a relevé une amélioration de la situation.

« Des progrès ont été accomplis dans les domaines de l’e-gouvernement et de l’administration des données, malgré la défiance et l’absence de normes strictes de confidentialité », a déclaré M. Benmira à OBG.« Aujourd’hui, de plus en plus d’organismes gouvernementaux se tournent vers des prestataires externes pour bâtir l’infrastructure nécessaire sur leurs sites, et confier l’administration des services de sauvegarde des données. »

« La capacité à renforcer la confiance dans les solutions de gestion des données est essentielle au succès de la stratégie numérique du gouvernement, selon Tarik Fadli, PDG du groupe Algo Consulting Group. « Ceci est courant aux Etats-Unis mais rare au Maroc, où il y a un manque de confiance dans les tiers« , a-t-il déclaré à OBG. « Cela a été un obstacle pour le développement de l’administration électronique. »

Les conditions sont réunies pour opérer un virage numérique réussi

Si le Maroc a encore des difficultés à surmonter pour progresser vers une numérisation accrue, le pays se positionne néanmoins de manière idéale pour le développement futur du secteur.

Au terme du premier semestre 2017, le pays affichait un taux de pénétration d’Internet de 58,3 %, d’après l’International Telecommunications Union (ITU), et se plaçait ainsi au troisième rang des pays d’Afrique. Ce taux a progressé de façon régulière ces quelques dernières années, passant de 56,8 % en 2014, à 57,4 % en 2015 puis à 57,6 % l’an dernier.

Ce résultat, entre autres, semble parti pour avoir un impact significatif sur l’expansion numérique.

"Les paiements mobiles sont destinés à formaliser davantage l'économie marocaine", a expliqué Fahd Bennani, directeur général de T-Man Group, Pole de distribution, à OBG. "Chaque fois qu'il y a de l'argent, les affaires deviennent moins formelles car beaucoup de paiements en espèces ne peuvent pas être retrouvés. Si nous profitons de l'économie numérique, cela transformera le Maroc très rapidement. "

 

Growth in data service demand spurs expansion of Morocco’s digital economy

En Français

Rising demand for cloud and data services is driving investment in new technological infrastructure in Morocco, as both the public and private sectors move to capitalise on plans to expand the digital economy.

In October N+One Datacenters, a local hosting, IT management, networking and cloud company, opened its second data centre on a 1-ha site located 80 km outside of Casablanca.

The Dh150m (€13.8m) centre has the capacity to hold up to 10,000 servers, and builds on increasing local demand for cloud hosting and data storage services, ensuring data sovereignty for the private and public sectors.

The new development follows the opening of N+One’s 5000-sq-metre facility in Casablanca in 2008, which at the time was Morocco’s first technology hub of its kind.

The distance between the two centres and their positioning in different seismic zones is intended to provide storage and back-up in case of any technical problems, further strengthening the country’s digital backbone. 

The firm’s inaugural hub in Casablanca also houses CASIX, Morocco’s first neutral internet exchange point. Opened last year, CASIX allows multiple internet service providers to interconnect their networks and boost in-country connectivity. 

Such is the anticipated rise in demand for cloud and data outsourcing of business information systems, company officials have said a third data centre, to be located on the Kenitra-Casablanca axis, will be brought on-line by the end of next year.

Boosting skills and innovation part of digital strategy

The new investment comes amid national efforts to bolster the domestic workforce’s technology skills and accelerate the country’s digital capabilities.

Last year the government launched the Plan Maroc Numeric 2020, a medium-term strategy with the core aim of digitalising up to 50% of all state administrative procedures within four years, and expanding the reach of the digital economy.

To support these goals, increased funding has been allocated towards internet-enabling infrastructure, with additional support provided for digital literacy and computer training programmes in the school system.

The government is also creating a digital innovation fund to support social entrepreneurship projects, and implementing advanced skills training to deepen the national pool of engineers and technicians. The aim is to see a 10-fold increase in the number of IT professionals by 2020, increasing figures from present levels of 3000 to 30,000. 

One vehicle designed to implement national plans is the newly established Digital Development Agency (Agence du Développement Numérique, ADN), founded by an act of Parliament in August.

The agency has been tasked with harmonising the various public projects in the digital and tech sphere, and has also been given the role of implementing key elements of the Plan Maroc Numeric 2020. 

Increased confidence needed to unlock digital growth

Despite efforts made towards developing Morocco’s digital economy, the sector faces some challenges.

One key hurdle, according to industry stakeholders, is the need to build greater public and private sector confidence in third-party storage and data management, although Mohammed Benmira, the deputy director-general of software company MEDASYS, said the situation was improving.

“There has been progress made in terms of e-government and data administration, despite the lack of trust and high confidentiality measures required,” Benmira told OBG.

“Today, more government agencies are securing third-party providers to build the infrastructure necessary at their premises to administer data back-up services for them.” 

The ability to build confidence in data management solutions is vital to the success of the government’s digitalisation strategy, according to Tarik Fadli, CEO of cloud and software service provider Algo Consulting Group

“This is prevalent in the US but rare in Morocco, where there is a lack of trust in third parties,” he told OBG. “This has been an obstacle for the development of e-government solutions.” 

Conditions set for positive digital drive

While still overcoming challenges in its quest for greater digitalisation, Morocco is well placed for the future development of the sector.

At the end of the first half of 2017 the country had an internet penetration rate of 58.3%, according to the International Telecommunications Union (ITU), the third-highest rate in Africa. The penetration rate has risen steadily in recent years, up from 57.6% last year, 57.4% in 2015 and 56.8% in 2014.

This, along with other developments, looks set to have a significant impact on digital expansion.

“Mobile payments are set to further formalise the Moroccan economy,” Fahd Bennani, Managing Director of T-Man Group, Distribution Centre, told OBG. “Whenever there is cash, business becomes less formal as a lot of cash payments cannot be traced. If we take advantage of the digital economy, it will transform Morocco very quickly.”

Covid-19 Economic Impact Assessments

Stay updated on how some of the world’s most promising markets are being affected by the Covid-19 pandemic, and what actions governments and private businesses are taking to mitigate challenges and ensure their long-term growth story continues.

Register now and also receive a complimentary 2-month licence to the OBG Research Terminal.

Register Here×

Product successfully added to shopping cart

Read Next:

In Morocco

Des opportunités d'expansion pour les grandes compagnies...

Après deux années relativement modestes en termes de nombre de visiteurs, principalement à cause du ralentissement au sein de la zone Euro, la confiance dans le secteur touristique au Maroc est en...

In ICT

México: Excelente ubicación para las tecnologías de la información

Luego de un decepcionante año 2009 que transcurrió en medio de un contexto económico internacional débil, los servicios de Tecnologías de la Información de México y la externalización de procesos...

Latest

What would BRICS expansion mean for emerging markets?

As emerging markets recover from the Covid-19 pandemic and face financial headwinds due to interest rate hikes in the US, the BRICS group – Brazil, Russia, India, China and South Africa –  is...