La Côte d’Ivoire entend redevenir une destination touristique

In English

La Côte d’Ivoire s’attèle à polir son image de grande destination touristique grâce à une hausse des investissements dans le secteur et à la mise en place d’une série d’initiatives gouvernementales, au nombre desquelles on peut citer des réformes relatives à la réglementation, des campagnes de promotion et des améliorations en matière de sécurité.

Le pays dispose d’une vaste offre touristique, allant d’une grande diversité culturelle à des services et installations de conférence, en passant par une importante richesse naturelle. L’instabilité politique de la décennie 2000 a cependant eu des répercussions sur la destination Côte d’Ivoire et dès le retour de la stabilité dans le pays le gouvernement ivoirien a cherché à retrouver son attrait passé.

En 2014, la Côte d’Ivoire a accueilli 471 000 visiteurs internationaux, soit une hausse de 24% en glissement annuel, et près du double des arrivées enregistrées en 2010. Selon le Ministre du Tourisme, plus de 500 000 visiteurs seraient entrés dans le pays l’an dernier, un chiffre qui rejoint à peu près les projections élaborées par le gouvernement dans son objectif de passer la barre des 1 million de visiteurs d’ici 2020.

Les recettes directes générées par le secteur du tourisme et du voyage se sont élevées à 418,7 milliards de francs CFA (638,3 millions d’euros) l’an dernier, soit une hausse de 6% par rapport à 2014, et devraient enregistrer une hausse de 4,7% pour atteindre 438,9 milliards de francs CFA (669,1 millions d’euros) cette année, selon les chiffres avancés par le World Travel and Tourism Council (Conseil Mondial du Tourisme et du Voyage, WTTC).

Répondre aux préoccupations

Au lendemain de l’attentat terroriste qui a frappé la station balnéaire de Grand-Bassam au mois de mars, la Fédération Nationale du Tourisme a enjoint le gouvernement à renforcer la sécurité et à accorder des exonérations fiscales aux hôtels et aux restaurants pour l’achat d’équipements de sécurité.

L’Aéroport International d’Abidjan, qui accueille environ 1,5 million de passagers par an, a déjà pris des mesures pour renforcer les règles de sécurité en vigueur. L’aéroport s’est vu octroyer une certification par l’Agence nationale américaine de sécurité dans les transports (US Transport Security Administration) autorisant les vols directs à destination des Etats-Unis, après plus de dix ans de préparation – une certification dont seuls quelques aéroports sub-sahariens peuvent se targuer.

En ce qui concerne la règlementation, les récents allègements fiscaux – notamment la suppression de la taxe Trésor et de la taxe de solidarité nationale et la réduction de moitié de la taxe touristique prélevée sur les vols internationaux et les voyageurs à l’Aéroport International d’Abidjan- devraient également contribuer à réduire la charge fiscale subie par les visiteurs. Par ailleurs, le déploiement de l’offre de e-visa du pays, que seuls neuf autres pays africains proposent, devrait être synonyme d’une meilleure accessibilité pour les touristes internationaux.

Le marketing et la publicité ont également joué un rôle clé dans la stratégie du gouvernement visant à accroître le nombre de visiteurs dans le pays. Ces derniers mois, la Côte d’Ivoire a envoyé des délégations à des conférences internationales de tourisme notamment au salon Top Resa à Paris et aux foires Internationales Tourismus-Börse à Berlin et Feria Internacional de Turismo à Madrid afin d’accroitre la visibilité de la destination auprès des tour-opérateurs et des prestataires de services hôteliers. L’accueil de grands événements sportifs tels que les Jeux de la Francophonie l’an prochain et la Coupe d’Afrique des Nations 2021 devrait également permettre au pays de se doter d’une visibilité accrue.

Investissements bénéfiques

Contrairement à bon nombre d’autres marchés émergents de la région, le tourisme intérieur constitue le gros du chiffre d’affaires du secteur et contribue toujours de façon notable à la croissance de ce dernier. Les dépenses relevant de voyages intérieurs ont représenté près de 90% des recettes directes générées par le secteur du voyage et du tourisme l’an dernier, avec plus de 700 000 touristes nationaux, selon le WTTC.

Le maintien de tels chiffres ne saurait toutefois se faire sans une poursuite de l’amélioration des infrastructures et des services de transport qui ont été négligés ces dernières années, limitant les possibilités d’accès aux plages, aux zones rurales et aux parcs nationaux pour les visiteurs en provenance des grands centres urbains. Le gouvernement a lancé toute une série de mesures destinées à améliorer et moderniser le transport dans le cadre de son Programme National de Développement 2016-2020, ce qui devrait avoir des retombées positives sur le secteur du tourisme.

Infrastructures hôtelières

Le secteur hôtelier bénéficie également d’une injection de capitaux et 141 milliards de francs CFA (215 millions d’euros) ont été investis dans la construction de 238 nouveaux hôtels entre 2012 et 2014, portant le nombre total d’établissements hôteliers que compte le pays à 2000, selon le Ministère du Tourisme.

La grande majorité de ces investissements a été réalisée à Abidjan, la capitale ivoirienne comptabilisant déjà plus de 55% des dépenses touristiques en 2015. Le groupe hôtelier français Accor s’est engagé à investir la somme de 36,5 millions d’euros dans le développement de ses établissements à Abidjan tandis que Carlson Rezidor a récemment investi 38 millions d’euros dans son tout nouveau Radisson Blu. Hilton participe également à un projet de 437 millions d’euros dans le centre-ville d’Abidjan, surnommé Petit Manhattan, qui comporte une série de bâtiments culturels et administratifs autour d’un hôtel cinq étoiles.

Afin de former davantage de personnel qualifié pour répondre à la demande engendrée par les nouveaux hôtels, une nouvelle école hôtelière ouvrira ses portes à Grand Bassam au mois de septembre, sous licence de l’Ecole Hôtelière de Genève.

 

 

Cote d’Ivoire to re-emerge as a tourism destination

En Français

Côte d’Ivoire is working to burnish its image as a major tourist destination through increased capital investment and government-led initiatives, including regulatory reforms, promotional campaigns and security improvements.

The country has a broad offering, ranging from cultural diversity to conference facilities, and a wealth of natural attractions. However, the political instability of the previous decade impacted Côte d’Ivoire’s appeal as a tourist destination, and as the country has stabilised, the government has sought to recapture its former allure.

In 2014 Côte d’Ivoire hosted 471,000 international visitors, up 24% year-on-year and nearly twice the number recorded in 2010. More than 500,000 visitors were estimated to have arrived last year, according to the Ministry of Tourism (MoT), roughly in line with the government’s projections needed to reach its target of 1m visitors by 2020.

Direct revenue from travel and tourism amounted to CFA418.7bn (€638.3m) last year, up 6% from 2014, and is forecast to rise by 4.7% to CFA438.9bn (€669.1m) this year, according to the World Travel and Tourism Council (WTTC).

Addressing concerns

In the wake of this year’s March terrorist attack at the town of Grand-Bassam, a major beach resort, the National Federation of Tourism called for the government to enhance security and provide tax exemptions for security equipment purchases for hotels and restaurants.

Abidjan International Airport, with approximately 1.5m passengers per year, has already taken action to raise its security standards. The airport secured certification from the US Transport Security Administration in 2015 enabling direct US flights, following more than a decade of preparation – one of only a handful of sub-Saharan African airports to do so.

On the regulatory side, recent tax cuts – including removing the Treasury tax and national solidarity tax and halving the tourist tax levied on international flights and travellers at Abidjan International Airport – should also help reduce the fiscal burden for visitors. Furthermore, the roll out of the country’s e-visa offering, one of only nine such options in Africa, is set to further improve accessibility for international tourists.

Marketing and promotional efforts have also played a key role in the government’s efforts to boost visitor figures. In the last few months Côte d’Ivoire sent delegations to international tourism conferences including Top Resa in Paris, Internationale Tourismus-Börse in Berlin and Feria Internacional de Turismo in Madrid to increase visibility among tour operators and hospitality providers. Hosting major sporting events such as the Jeux de la Francophonie next year and the 2021 Africa Cup of Nations is also expected to boost the country’s visibility.

Constructive investment

In contrast to a number of other emerging markets in the region, domestic tourism is the main driver of business and remains a significant contributor to sector growth. Domestic travel spending generated almost 90% of direct travel and tourism revenue last year, with over 700,000 domestic tourists, according to the WTTC.

However, sustaining this will require further improvements to transport infrastructure and services, which have been neglected in past years, limiting the ability of visitors from major urban centres to access beaches, rural areas and national parks. Efforts to improve and modernise transportation have been rolled out by the government as part of the National Development Plan 2016-20, which should have knock-on benefits for the tourism sector.

Hospitality infrastructure

Capital is also being channelled into the hospitality sector, with CFA141bn (€215m) worth of investments being spent on 238 new hotels between 2012 and 2014, bringing the total number of hotel facilities in the country to 2000, according to the MoT.

The bulk of the hotel investment is concentrated in Abidjan, which already accounted for more than 55% of tourism spending in 2015. French hotel group Accor has pledged €36.5m to expand its facilities in Abidjan, while Carlson Rezidor recently invested €38m in its newly minted Radisson Blu. Hilton is also participating in a €437m project in downtown Abidjan, dubbed Little Manhattan, which includes a set of cultural and administrative buildings revolving around a five-star hotel.

In a bid to help expand the supply of qualified labour for the raft of new hotels, a new hospitality school in Grand Bassam – affiliated with the Swiss hospitality school Ecole Hôtelière de Genève School – will start providing training to students in September this year.

Oxford Business Group is now on Instagram. Follow us here for news and stunning imagery from the more than 30 markets we cover.

Read Next:

In Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Bilan de l’année 2019

La Côte d’Ivoire est restée en 2019 l’une des économies mondiales qui affiche la croissance la plus rapide, l’Etat enregistrant toujours des recettes agricoles en hausse et poursuivant sa...

In Tourism

Papua New Guinea aims to broaden tourism appeal in Chinese and Asian...

Recent moves to ease visa restrictions for Chinese tour groups and expand air services to the Asia-Pacific region could help Papua New Guinea’s tourism industry expand its source markets and...

Latest

México: Resumen del año 2019

El primer año completo de la administración del Presidente Andrés Manuel López Obrador, comúnmente conocido como AMLO, ha representado un desafío para la economía mexicana, aunque también ha visto...