L’Algérie encourage la construction locale d'automobile

Text size +-
Recommend

In English

Traditionnellement un importateur net de véhicules, l'Algérie renforce son offre pour devenir un hub de construction automobile en attirant sur ses rives les acteurs majeurs de l'industrie.

Suivant la conclusion de trois accords récents, le constructeur français Peugeot-Citroën, l'italien Iveco et l'allemand Volkswagen devraient déployer de nouvelles usines d'assemblage dans le pays au cours des deux prochaines années.

Soutenir l'investissement afin de développer les capacités de production locales fait partie d'une initiative plus large prise par le gouvernement qui cherche à freiner les dépenses d'importation et ré-industrialiser l'économie algérienne en mettant un accent prononcé sur l'augmentation du contenu local.

Un vecteur majeur d'expansion

L'industrie automobile algérienne suscite un intérêt considérable parmi les investisseurs qui y voient une alternative intéressante pour aider à contrebalancer la stagnation des ventes en Europe. Le marché de l'automobile algérien - le deuxième plus grand marché en Afrique - a connu une forte croissance au cours des cinq dernières années et cette tendance devrait se poursuivre jusqu'en 2020.

Le gouvernement souhaite tirer profit des coûts salariaux concurrentiels qu'offre le pays et de sa localisation géographique stratégique. Située au nord du continent Africain, la  position géographique de l'Algérie offre aux constructeurs européens la possibilité d'étendre leur portée en Afrique où, selon les médias de l'industrie, le taux de motorisation est aux alentours de 130 véhicules pour 1000 habitants. Ce taux correspond à peu près à un quart du taux européen.

Dans le cadre du projet d'expansion de Peugeot-Citroën, le géant français bâtira une usine de construction automobile au nord-ouest de la région d'Oran où la marque française Renault a ouvert la première usine de construction d'automobile de l'Algérie en Novembre 2014.

Dans cette nouvelle usine Peugeot-Citroën, la production sera largement centré sur la Citroën C-Elysee, la Peugeot 301 et la Peugeot 208.                                                    

L'usine Renault d'une valeur de 50 millions d'euros, est le produit d'un accord conclu entre la compagnie, la Société Nationale des Véhicules Industriels de l'Algérie et le Fond d'Investissement National. A ce jour, l'usine a produit plus de 20 000 véhicules.

Depuis le constructeur français a élargi ses opérations dans son usine algérienne pour atteindre une production annuelle de 25 000 véhicules. Renault prévoit d'ajouter un troisième quart de travail de huit heures dans l'usine pour atteindre en 2019 une production annuelle de 75 000 unités.

Iveco, quant à lui, prévoit de construire une usine d'assemblage de camions dans la zone industrielle située au sud-est de la capitale, à Bouira. Au mois de décembre, Pierre Lachute, président d'Iveco, a déclaré aux médias que cette dernière devrait être opérationnelle d'ici Novembre 2016.

Construit pour un coût total estimé à 35 millions d'euros, l'installation aura une capacité de production initiale de 1500 véhicules par an. Cette capacité de production pourrait atteindre 8000 véhicules par an d'ici 2024.

Dans le cadre d'un troisième accord, Volkswagen est prêt à ouvrir une usine de 170 millions d'euros dans la ville de Relizane située au nord-ouest. Cette usine aura une capacité de montage allant jusqu'à 100 000 véhicules par an. 

D'autres accords pourraient être en cours de négociation selon Abdeslam Bouchouareb, ministre de l'industrie et des mines.

“Nous sommes également en train de négocier avec un partenaire iranien, et Nissan a exprimé son souhait de s'implanter en Algérie,” a-t-il déclaré à la presse en Janvier, en ajoutant que les discussions avec Fiat et Hyundai avancent également.

Viser les chaînes de valeurs

Alors que l'Algérie fait des progrès dans l'expansion du montage sur place, d'autres segments, y compris la fabrication de pneus et des pièces détachées, se développent à un rythme un peu plus lent, traduisant ainsi un plus grand défi auquel les industries algériennes doivent faire face.

«Il est important que le niveau de l'activité industrielle soit suffisant afin de créer une demande pour les services de sous-traitants," a déclaré à OBG en fin d’année dernière, le directeur général de Renault Algérie, Guillaume Josselin. «Voilà pourquoi les grands projets industriels sont d'une importance capitale; ils créent de la demande, ce qui permet d'accroitre l'intégration locale dans la chaîne de valeur ».

Alors que le développement de la chaîne de valeur locale attend de recevoir un coup de pouce dans le cadre des plans du gouvernement pour créer près de 50 zones industrielles à travers le pays, il existe également des preuves d'un progrès précoce sur ce front en ce qui concerne l'industrie automobile.

Au début de l'année 2016, Mercedes a annoncé son projet de construction d'un centre de production des pièces de rechange dans le sud du pays. De son côté, Renault conduit actuellement des études de faisabilité pour la construction d'une usine de production de pièces de rechange à Constantine au nord-est de l’Algérie.

Renault Algérie travaille pour faire passer son taux de contenu local de 16% à 42% en 2019 grâce à la sous-traitance de pièces comme celles utilisées dans le rembourrage, le câblage et les fenêtres grilles. A la fin de 2015, la société a conclu des accords avec trois sous-traitants locaux pour l'achat de pièces plastiques moulées par injection, de câbles et de sièges.

Des efforts similaires pour augmenter l'approvisionnement local et la sous-traitance dans les chaînes industrielles automobiles d'approvisionnement ont donné des résultats impressionnants dans deux pays disposant d'un grand marché de fabricants locaux de composants d'automobiles, à savoir au Maroc et en Tunisie.

La logique d'importation

Dans le passé, une production nationale d'automobile limitée a rendu l'Algérie dépendante des importations pour pouvoir répondre à la demande locale. Le pays a importé environ 300 000 véhicules en 2015 et près de 440 000 l'année précédente.

Dans le but de stimuler la production locale, le gouvernement a introduit des restrictions au niveau des licences d'importation d'automobile. Ces restrictions sont entrées en vigueur au mois de Janvier. Le gouvernement a fixé un quota 152 000 unités pour toute une série de véhicules importés - tant pour les passagers que pour le transport - pour 2016, ce qui équivaut à un peu plus de la moitié des unités importées l'année dernière.

Les nouvelles dispositions légales concernant les licences ont déjà un fort impact sur l'industrie. Selon les données du Centre national pour les statistiques douanières, comparées à l’année précédente, les importations d'automobiles ont diminué de plus de 66% pour atteindre au mois de Janvier les 9309 unités

 

 

Algeria spurs on local auto manufacturing

En Français

Traditionally a net importer of vehicles, Algeria is strengthening its bid to become a regional auto-manufacturing hub by attracting major industry players to its shores.

Three recent agreements should see French manufacturer Peugeot-Citroën, Italy’s Iveco and Germany’s Volkswagen roll out new assembly factories in the country over the next two years.

Encouraging investment in domestic production capacity forms part of a broader bid by the government to curb import spending and re-industrialise Algeria’s economy, with a sharp focus on increasing local content.

Major expansion drive

Algeria’s automobile industry is generating significant interest among investors who see it as an attractive alternative to help offset stagnant sales in Europe. The Algerian auto market – the second largest in Africa – has experienced strong growth over the last five years, which is expected to continue through to 2020.

The government is keen to capitalise on Algeria’s competitive labour costs and strategic location on the northern coast of Africa, which offers European manufacturers the opportunity to extend their reach into Africa, where car ownership averages around 130 vehicles per 1000 inhabitants, according to industry media, roughly one-fourth the rate in Europe.

Peugeot-Citroën’s plans for expansion will see the French giant build a plant in the north-western region of Oran, where fellow French car brand Renault opened Algeria’s first auto-production factory in November 2014.

Production at Peugeot-Citroën’s new facility will focus largely on the Citroën C-Elysee, the Peugeot 301 and the Peugeot 208 models.                                                    

Renault’s €50m plant, the product of a deal sealed by the firm with Algeria’s National Society of Industrial Vehicles and National Investment Fund, has produced more than 20,000 vehicles to date.

The French manufacturer has since expanded its operations at the facility to meet a yearly production target of 25,000 vehicles. Renault expects to add a third eight-hour shift at the factory to boost annual production to 75,000 units by 2019.

Iveco, meanwhile, plans to build a truck assembly plant in an industrial zone south-east of the capital Algiers, in Bouïra, which is expected to be operational by November 2016, Pierre Lahutte, president of Iveco, told media in December.

Being developed at a total estimated cost of €35m, the facility will have an initial production capacity of 1500 vehicles per year, scalable up to 8000 by 2024.

Under a third deal, Volkswagen is set to open a €170m plant in the north-western city of Relizane, which will assemble up to 100,000 vehicles per year.

Further agreements could be in the pipeline, according to Abdesalam Bouchouareb, minister of industry and mines.

“We are also in talks with an Iranian partner, and Nissan has expressed a desire to set up in Algeria,” he told media in January, adding that discussions with Fiat and Hyundai were also advancing.

Targeting value chains

While Algeria has made progress in expanding domestic assembly, other segments, including the manufacturing of tyres and auto parts, are developing at a somewhat slower pace, reflecting a broader challenge facing Algerian industries.

“It is important for the level of industrial activity to be sufficient enough to create demand for subcontractors’ services,” Guillaume Josselin, managing director of Renault Algeria, told OBG late last year. “That is why large industrial projects are of key importance; they create demand, which allows for increased local integration into the value chain.”

While local value chain development is set to receive a boost from the government’s plans to create close to 50 industrial zones across the country, there is also evidence of early progress on this front in the automobile industry.

In early 2016 Mercedes announced plans to establish a spare parts manufacturing centre in the south of the country, while Renault is currently conducting feasibility studies to construct a spare parts manufacturing facility in Constantine in north-east Algeria.

Renault Algeria is working to raise its local content rate from 16% to 42% by 2019 through subcontracting of parts like upholstery, wiring and window grates. In late 2015 the company sealed deals with three local subcontractors for the procurement of plastic injection parts, cables and seats.

Similar efforts to increase local procurement and subcontracting in automotive industrial supply chains have yielded impressive results in neighbouring Morocco and Tunisia, both of which boast a large market of local automotive component manufacturers.

Import rationale

In the past, limited domestic auto manufacturing had forced Algeria to depend largely on automobile imports to meet domestic demand. The country imported around 300,000 vehicles in 2015 and close to 440,000 the previous year.

In a bid to stimulate local production, the government introduced import licence restrictions on automobiles, which came into effect this January. The government has set a 152,000-unit quota for a variety imported vehicles – both passenger and transport – for 2016, equivalent to just over half the units imported last year.

The new licensing regulations are already having a strong impact on the industry. According to data from the National Centre for Customs Statistics, auto imports were down by more than 66% year-on-year in January at 9309 units.

Oxford Business Group is now on Instagram. Follow us here for news and stunning imagery from the more than 30 markets we cover.

Read Next:

In Algeria

La hausse de la production agricole rapproche l’Algérie de la sécurité...

Grâce à une augmentation de sa production agricole nationale, l’Algérie se rapproche un peu plus de son objectif d’autosuffisance alimentaire ; selon des prévisions officielles, le pays pourrait...

In Industry

Chan Chun Sing, Singapore Minister for Trade and Industry

How do you assess the framework in place to facilitate the continuation of the ASEAN Smart Cities Network (ASCN) during 2019?

Latest

Myanmar: Year in Review 2019

Despite seeing solid growth, 2019 posed some challenges for Myanmar, as the country continued with plans to liberalise its economy.