Gabon : Aménagement du réseau routier

In English

Aidé de partenaires internationaux, le Gabon a entrepris d’accélérer les programmes visant à améliorer le réseau routier national afin de libérer le potentiel économique de provinces isolées et d’accroître le volume des échanges commerciaux à l’échelle régionale.

En septembre 2011, la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé l'octroi de 285 millions d'euros pour financer la seconde phase du programme routier (PR2) au Gabon. À terme, l’objectif affiché est de doter le Gabon de quelque 7 000 km de routes goudronnées entre Libreville et les provinces du sud-ouest du pays, d’améliorer l’accès à la ville côtière de Port-Gentil, et de développer les réseaux de transport fluvial. La Banque assumera 86.3 % du coût du projet, tandis que le gouvernement gabonais financera les 13.7 % restants, pour un montant d’environ 44.9 millions d’euros.

Le PR2 couvre spécifiquement trois tronçons routiers majeurs. Le premier, qui totalise 70 km, relie Mouila, capitale de la province de la Ngounié, à la ville de Ndendé, située plus au sud. Le segment Mouila-Ndendé est situé sur l’artère régionale qui relie le Cameroun et le Congo, et offre ainsi au Gabon un accès facilité aux pays voisins.

Le second segment s’étend sur 85 km de Ndendé à Tchibanga, capitale de la province de la Nyanga, située plus au sud-ouest. Cette portion de la route ouvrira l’accès à Mayumba, qui accueillera un port en eau profonde. En juillet 2010, le gouvernement gabonais a initié un projet visant à tracer 109 km de routes goudronnées afin d'achever la liaison entre Tchibanga et Mayumba.

Le troisième tronçon routier couvert par le projet PR2 sera un segment goudronné de 36 km de long entre Port-Gentil, la capitale économique gabonaise, où siègent nombre des sociétés du secteur des hydrocarbures, et Mandorové. Cette section fait partie de l’axe est-ouest reliant Port-Gentil à la ville de Lambaréné, située dans le centre du Gabon, ainsi qu’à la ville de Ndjolé, dans le nord-est du pays.

Bien que six des autoroutes nationales soient goudronnées, 10 % seulement des quelque 9 000 km de routes que compte le pays sont bitumées, ce qui rend difficile l’accès aux régions situées à l’intérieur des terres, et plus particulièrement par mauvais temps. Le PR2 a pour finalité de créer un axe de liaison essentiel avec les provinces du sud-ouest, qui pourraient contribuer de façon décisive au développement de l’industrie agroalimentaire, de l’exploitation minière et du tourisme. Les nouvelles routes devraient également permettre de réduire de 38 % les coûts d’exploitation des véhicules, et de raccourcir le temps de trajet entre Libreville et Tchibanga de 13 à 8 heures.

D’après le résumé de projet de la BAD, les travaux devraient débuter en mars 2012, et se terminer d’ici à mars 2016. La première phase du PR2, initiée en 2007, a permis de financer la construction de 245.6 km de routes goudronnées entre Fougamou et Mouila, La Léyou et Lastoursville, et d’une bretelle d’accès entre Ndéndé et Lebamba.

Il est par ailleurs urgent d'améliorer les réseaux routiers urbains, et plus particulièrement dans les villes situées à l’intérieur des terres. Les ministères de l’Équipement et du Budget se sont engagés à allouer un total de 75 milliards de francs CFA (114 millions d’euros) sur trois ans, à compter de 2012, pour financer l'amélioration des routes dans les capitales régionales et départementales.

Des efforts spécifiques ont également été déployés pour améliorer le réseau routier de Libreville avant la Coupe d’Afrique des nations ; le tournoi de football, qui a débuté le 21 janvier, est organisé conjointement par le Gabon et son voisin, la Guinée équatoriale. Trois nouveaux échangeurs devaient être opérationnels avant le coup d'envoi du tournoi.

Une fois le tournoi terminé, de nouvelles voies d’accès menant aux stades devraient également contribuer à réduire la circulation dans le futur. À titre d’exemple, la voie d’accès au quartier de Nzeng-Ayong, situé dans le 6e arrondissement de Libreville, dans le nord de la ville, est passée à deux voies dans chaque direction, ce qui devrait considérablement profiter au quartier sur le long terme.

Outre les aménagements routiers, effectués dans le cadre du PR2, des travaux seront réalisés pour réhabiliter les rives du fleuve Ogooué et installer des balises flottantes et fixes pour faciliter le transport fluvial. L’Ogooué est également un axe majeur pour le transport de produits pétroliers, de marchandises et de passagers entre Port-Gentil et Lambaréné, la capitale de la province du Moyen-Ogooué, située dans le centre du pays. À terme, le PR2 devrait permettre d’améliorer le transport sur 3 300 km de cours d’eau, notamment les fleuves Ogooué et Komo et les lagunes Fernan Vaz et Banio.

La détermination du gouvernement gabonais à bâtir de nouvelles infrastructures, avec l’aide de partenaires de développement, devrait permettre d’améliorer de façon considérable le réseau de transport national. L’ouverture de l’accès aux grandes villes et aux centres de production situés à l’intérieur des terres sera déterminante pour atteindre l’objectif affiché par le gouvernement : diversifier l’économie au cours des années à venir.

Gabon: Smoother ride ahead

En Français

With support from international partners, Gabon is ramping up programmes to improve its national road network in an effort to unlock the economic potential of more isolated provinces and increase regional trade volumes.

In September 2011, the African Development Bank (AfDB) approved €285m in financing for the second phase of the Road Programme (Programme Routier II, PR2) in Gabon. The project aims to ultimately provide some 7000 km of paved road linking Libreville with the country’s south-western provinces, as well as increased access to the coastal city of Port-Gentil, and improved river transport networks. The bank’s contribution represents 86.3% of project costs, and the Gabonese government will contribute the final 13.7%, approximately €44.9m.

The PR2 focuses on three key road segments. The first is a 70-km section from Mouila, the capital of the Ngounié province, to the city of Ndendé further south. The Mouila-Ndendé segment is part of the regional artery connecting Cameroon and the Congo, providing Gabon with more efficient access to its neighbours.

The second segment stretches 85 km from Ndendé to Tchibanga, the capital of the Nyanga province further to the south-west. This portion of the road will open up access to Mayumba, the site of a future deepwater port. The Gabonese government launched a project in July 2010 to lay 109 km of paved roads to complete the link between Tchibanga and Mayumba.

The third road included in the PR2 project will be a paved 36-km segment between Port-Gentil – the country’s economic capital and headquarters for much of the hydrocarbons industry – and Mandorové. The section is part of the east-west axis linking Port-Gentil to the central city of Lambaréné and the city of Ndjolé, in the northeast.

Although six of the national highways are paved, only 10% of the country’s nearly 9000 km worth of roads have asphalt surfaces, making much of the country’s interior difficult to access, particularly in poor weather conditions. The PR2 aims to provide a crucial link to the country’s south-western provinces, which have strong potential for the development of agribusiness, mining and tourism. New roads are expected to decrease vehicle operation costs by 38% and reduce the 13-hour journey between Libreville and Tchibanga to eight hours.

According to the AfDB’s project summary, work is expected to begin in March 2012 and should be complete by March 2016. The first phase of the PR2, launched in 2007, financed the construction of 245.6 km of paved roads connecting Fougamou and Mouila, La Léyou and Lastoursville, and a slip road connecting Ndéndé and Lebamba.

Improvements are also greatly needed on urban road networks, particularly for cities in the interior. The Ministries of Equipment and Budget have pledged a total of CFA75bn (€114m) spread over three years, beginning in 2012, to improve roads in regional and departmental capitals.

Special efforts were also made to improve the road network in Libreville in advance of the African Cup of Nations football tournament, which began January 21 and is co-hosted by Gabon and its neighbour, Equatorial Guinea. Three new interchanges were expected to be ready for use in advance of the tournament launch.

After the tournament has come and gone, new access roads leading to the stadiums should also help to ease traffic in the future. For example, the access road to Nzeng-Ayong, in Libreville’s northern 6th arrondissement, was expanded to two lanes in each direction and should greatly benefit the neighbourhood long after the event.

In addition to road work, under the PR2, work will be carried out to restore the banks of the Ogooué River and install floating and fixed beacons to ease river transport. The Ogooué is also a key link for the transport of petroleum products, merchandise and passengers between Port-Gentil and Lambaréné, the capital of the central Moyen-Ogooué province. Ultimately, the PR2 is expected to improve transport on 3300 km of riverways, including the Ogooué, Fernan Vaz, Komo and Banio Rivers.

A strong commitment by the Gabonese government to infrastructure building, combined with support from development partners, should greatly improve the country’s transport network. Opening up access to major cities and production centres in the interior will be crucial as the government seeks to diversify the economy in coming years.

 

Read Next:

In Africa

Ellen Hagan, CEO, L’aine Services

How do you expect Ghana’s outsourcing industry to develop?

In Construction

Dubai’s robust project pipeline boosts construction sector prospects

Construction demand in Dubai continues to be strong in the run-up to Expo 2020, supported by new tourism and hospitality projects, and public spending on infrastructure, although rising materials...

Latest

What’s driving Abu Dhabi’s maritime logistics and trade growth?

Abu Dhabi has strengthened its position as a regional trade and logistics centre, with container traffic at the emirate’s Khalifa Port rising by 82.4% year-on-year in the first half of 2019.