De bons résultats semestriels pour le secteur marocain des assurances

In English

La multiplication des crédits et une meilleure connaissance des produits d’assurance ont entrainé une solide croissance du marché des assurances au Maroc, notamment pour ce qui est des segments vie et capitalisation, affichant d’excellents résultats au premier semestre 2015.

Si le marché national de l’assurance continue d’enregistrer des bénéfices stables, les institutions marocaines s’attèlent néanmoins également au développement de leurs réseaux en Afrique sub-saharienne, où les faibles taux de pénétration et le développement économique rapide laissent entrevoir des perspectives de croissance considérable.

Les efforts d’expansion déployés ces dernières années ont porté leurs fruits et les assureurs marocains font désormais figure d’acteurs incontournables sur le continent : selon un classement récent publié dans le magasine Jeune Afrique, cinq compagnies d’assurances marocaines figurent dans le Top 15 des assureurs du continent, en  fonction du total des primes émises.

Le segment vie en tête

Les primes d’assurance marocaines ont poursuit leur croissance au premier semestre 2015, d’après des données publiées fin septembre par l’organisme représentant le secteur, la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurance (FMSAR).

Le chiffre d’affaires du secteur s’élevait à 16,78 milliards de dirhams (1,6 milliard d’euros) sur la période en question, soit une hausse de 6,3% en glissement annuel et une légère augmentation par rapport au taux de croissance annuel composé enregistré depuis 2008.

Cette expansion est tirée par une croissance notable des contrats d’assurance vie et de capitalisation, qui ont vu leurs primes augmenter de 13,9% en glissement annuel, atteignant 5,24 milliards de dirhams (486,5 millions d’euros), selon des données publiées par la FMSAR. Si ce segment représente près d’un tiers (31,2%) du chiffre d’affaires du secteur, c’est de l’avis général dans cette direction que le marché de l’assurance semble se développer.

« La forte croissance des produits d’assurance vie est tirée en partie par des facteurs économiques s’exerçant sur le court terme, notamment la croissance des crédits fonciers et des crédits à la consommation – deux catégories qui contribuent à faire grimper les ventes dans le segment, » a expliqué à OBG Ali Harraj, PDG de Wafa Assurance, premier assureur marocain en termes de primes émises sur le marché national.

Il a ajouté que les facteurs à long terme, notamment une meilleure connaissance des produits d’épargne tels que les plans d’épargne retraite et le climat économique incertain suite  à la crise mondiale contribuaient également au développement du segment.

Ce sont en particulier les produits d’assurance-vie individuelle, déjà en tête du segment, qui ont joué un rôle moteur dans l’expansion constatée, affichant une hausse de 19,7%  en glissement annuel pour atteindre 3 milliards de dirhams (278 millions d’euros). Les contrats collectifs d’assurance-vie se sont quant à eux contractés de 2%, passant à 1,1 milliard de dirhams (102,7 millions d’euros), après avoir enregistré une croissance de 13,2% l’an dernier. Les ventes de contrats de capitalisation affichent également une forte progression : en hausse de 18,9%, elles s’élèvent à 906,1 millions de dirhams (84,2 millions d’euros).

Pour ce qui est du segment non-vie, c’est l’assurance automobile qui occupe la première place en termes de primes, représentant 32,6% des ventes totales du secteur. Le segment affiche une croissance légèrement inférieure à  celle du secteur dans son ensemble, de 5,1%, pour un montant de 5,47 milliards de dirhams (508,6 millions d’euros). La majorité des autres produits non-vie enregistre toutefois des résultats moins solides sur la période, les primes d’assurance transport se contractant par exemple de 8,5% pour atteindre 300 millions de dirhams (27,9 millions d’euros).

Ambitions africaines

Si le potentiel de croissance du marché national de l’assurance n’est pas encore épuisé au Maroc, surtout comparé à d’autres marchés plus matures, le pays affiche déjà l’un des taux de pénétration de l’assurance les plus élevés du monde arabe (3,2% du PIB l’an dernier), devancé seulement par le Liban, selon Swiss Re.

De nombreuses compagnies d’assurances marocaines ont par conséquent pu se constituer des capitaux importants, avec à la clé la possibilité d’étendre leurs activités sur des marchés d’Afrique sub-saharienne.

Une telle stratégie présente des avantages de taille, non seulement en termes de diversification du portefeuille mais aussi en termes de résultats. Selon Swiss Re, le marché africain des assurances a enregistré en moyenne une croissance de 10,2% en 2013, contre une croissance mondiale moyenne de 2,5%.

En septembre, Saham Finances, qui contrôle Saham Assurances, numéro 4 de l’assurance au Maroc, a annoncé l’acquisition d’une participation de 53,6% dans le réassureur nigérien Continental Reinsurance, suite à la sortie du gestionnaire de fonds d’investissement Emerging Capital Partners.

Avec une population de 170 millions d’habitants et un taux de pénétration des assurances inférieur à 1%, le Nigéria offre un potentiel de croissance considérable, selon Saham Assurances.

« Le Nigéria a un énorme potentiel de par sa population, son faible taux de pénétration et son économie en pleine expansion, » a expliqué à OBG Mehdi Tazi, PDG de Saham Assurances.

Cette acquisition marque le deuxième investissement de la compagnie dans le pays, après son entrée dans le capital de la compagnie d’assurances non vie nigériane Unitrust Insurance à hauteur de 40% l’an dernier. D’autres acquisitions en Angola (2012), au Kenya (2013) et au Rwanda (2014) ont permis à Saham d’accroître son rayonnement sur le continent, portant à 31 le nombre de compagnies d’assurance et de réassurance dans son giron.

D’autres grands acteurs du secteur marocain des assurances s’attèlent à développer leur présence sur le continent.

A.Harraj a confié à OBG que Wafa, qui est déjà implantée en Tunisie, au Sénégal et au Cameroun vise actuellement une expansion dans plusieurs grands marchés de la Conférence Interafricaine des Marchés Assurance : parmi les 14 membres que compte cette dernière, son choix s’est notamment porté sur la Côte d’Ivoire, le Gabon et le Congo.

La compagnie entend avoir recours au réseau de succursales de sa société sœur, Attijarawafa Bank – actuellement présente sur 23 marchés – pour vendre ses produits d’assurance. Contrairement aux autres assureurs marocains, qui d’une manière générale ont misé sur une stratégie d’acquisition, Wafa compte développer son réseau africain en mettant sur pied de nouvelles entités. Harraj a toutefois déclaré à OBG que la stratégie de la compagnie sur le long terme n’excluait pas que ses filiales procèdent à l’acquisition de concurrents locaux.

 

 

Positive half-year performance for Morocco’s insurance industry

En Français

Credit expansion and growing awareness yielded robust growth across Morocco’s insurance market, with life and savings products in particular posting strong performances in the first half of 2015.

While the domestic insurance market continues to provide steady returns, Moroccan institutions are also building up their networks in sub-Saharan Africa, where low penetration rates and rapid economic development signal formidable growth prospects.

Thanks to the expansion efforts of recent years, Moroccan insurers have emerged as major players on the continent and, according to recent rankings by Jeune Afrique magazine, now account for five of the top-15 insurers on the continent by premiums written.

Life leads growth

Moroccan insurance premiums continued to grow in the first half of 2015, according to data released in late September by industry representative body, the Moroccan Federation of Insurance and Reinsurance Companies (Federation Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurance, FMSAR).

Industry turnover reached Dh16.78bn (€1.6bn) over the period, marking a 6.3% year-on-year (y-o-y) increase and up slightly over the 6% compound annual growth rate registered since 2008.

The expansion was driven by notable growth in life and savings products, which saw premiums for the period rise by 13.9% y-o-y to Dh5.24bn (€486.5m), according to FMSAR data. While the segment accounts for nearly one-third (31.2%) of industry turnover, the insurance market is widely seen as moving in this direction.

“Strong life insurance growth is being driven in part by short-term economic factors, including growth in property lending and consumer credit – both of which help to boost sales in the segment,” Ali Harraj, CEO of Morocco’s largest insurer by domestic premiums, Wafa Assurance, told OBG.

He added that long-term factors, including rising awareness about savings products like retirement plans and economic uncertainty in the wake of the global crisis were also helping to develop the segment.

Individual life insurance products, which already dominate the segment, were the main drivers of the expansion, rising 19.7% y-o-y to Dh3bn (€278m). Meanwhile, group life insurance sales contracted by 2% to Dh1.1bn (€102.7m) after posting 13.2% growth last year. Savings product sales also saw a strong increase, up 18.9% at Dh906.1m (€84.2m).

In the non-life segment, motor insurance ranked as the largest line by premiums, accounting for 32.6% of total industry sales. The segment’s growth was slightly below that of the broader market, rising by 5.1% to reach Dh5.47bn (€508.6m). Most other major non-life lines, however, registered a weaker performance over the period, including transport premiums, which contracted by 8.5% to Dh300m (€27.9m).

Africa an attraction

While the domestic insurance market in Morocco still offers room for growth, particularly when compared to more mature markets, the country already has one of the highest insurance penetration rates in the Arab world, behind only Lebanon with 3.2% penetration as a percentage of GDP last year, according to Swiss Re.

As a result, many local insurance companies have been able to build up a large capital base, in turn providing the opportunity to expand to markets in sub-Saharan Africa.

The benefits of doing so are sizeable, not only in terms of portfolio diversification, but also for group performance. On average, the African insurance market grew by some 10.2% in 2013, according to Swiss Re, compared to 2.5% average growth worldwide.

In September Saham Finances, which controls Morocco’s fourth-largest insurer, Saham Assurances, announced that it had acquired a 53.6% stake in Nigeria’s Continental Reinsurance, following the exit of regional private equity group Emerging Capital Partners.

With a population of 170m and insurance penetration below 1%, Nigeria offers significant growth potential, according to Saham Assurances.

“Nigeria has huge potential because of its population, low penetration rate and growing economy,” Mehdi Tazi, CEO of Saham Assurances, told OBG.

The acquisition marks the company’s second investment in the country, after it acquired a 40% interest in Nigeria non-life firm Unitrust Insurance last year. Other acquisitions in Angola (2012), Kenya (2013) and Rwanda (2014) have extended Saham’s reach across the continent, bringing the number of African insurance and reinsurance businesses listed under its umbrella to 31.

Other major Moroccan insurance players are also actively expanding their footprint on the continent.

Harraj told OBG that Wafa, which already has operations in Tunisia, Senegal and Cameroon, is currently targeting some of the largest markets in the 14-member Inter-African Conference of Insurance Markets for expansion, including Côte d’Ivoire, Gabon and the Congo.

The firm plans to use the branch network of its sister company, Attijarawafa Bank – which is currently present in 23 markets – to sell its insurance products. Unlike other Moroccan insurers, which have largely relied on an acquisition-based approach, Wafa plans to develop its African network largely via greenfield investment. However, Harraj told OBG that the company’s long-term strategy could also see its subsidiaries acquire local competitors.

Oxford Business Group is now on Instagram. Follow us here for news and stunning imagery from the more than 30 markets we cover.
Share

Covid-19 Economic Impact Assessments

Stay updated on how some of the world’s most promising markets are being affected by the Covid-19 pandemic, and what actions governments and private businesses are taking to mitigate challenges and ensure their long-term growth story continues.

Register now and also receive a complimentary 2-month licence to the OBG Research Terminal.

Register Here×

Product successfully added to shopping cart

Read Next:

In Morocco

Morocco: Year in Review 2019

Although a slowdown in international trade made 2019 a leaner year for Morocco, real GDP growth decreased only slightly to 2.7%, from 3% in 2018, according to the IMF. This trend is expected to be...

In Financial Services

Sheikh Khalifa bin Ebrahim Al Khalifa, CEO, Bahrain Bourse

Bahrain Bourse recently established the Murabaha service based on sukuk (Islamic bonds), in collaboration with the Central Bank of Bahrain (CBB). To what extent will this collaboration facilitate...

Latest

Asia: Year in Review 2020

– Thailand and Malaysia led the region in terms of government stimulus

– Key digital solutions were developed in food delivery, education, health care and finance

– Despite falling...