Améliorer l'accès Internet haut débit en Algérie

Text size +-
Recommend

In English

Alors que le gouvernement s'apprête à investir dans les réseaux fixes, et les opérateurs mobiles se préparent de leur côté à lancer des services 3G, les consommateurs pourront peut-être bientôt bénéficier d’un meilleur accès à Internet en Algérie.

En Août, le gouvernement a annoncé qu'il allait allouer 140 milliard de dinars algériens (1,30 milliards d’Euros) aux infrastructures de télécommunications, en partie pour accélérer le développement d'un réseau de fibre optique.

L'investissement sera acheminé vers le secteur par l’intermédiaire du Ministère de la Poste et des Technologies de l'Information et de la Communication (MPTIC), tandis que l'opérateur public de télécommunications, Algérie Télécom (AT) prendra la tête des initiatives visant à réformer le réseau de fibre optique.

Une nouvelle entité pour gérer l'infrastructure

Ceci fait suite à la proposition du MPTIC, faite l’année dernière, d’établir une co-entreprise pour gérer les ressources disponibles en fibre optique, selon une déclaration du ministère. En Juillet, quatre entreprises publiques ont signé un protocole d’accord, ouvrant la voie à la mise en place d'une nouvelle organisation, appelée Compagnie des infrastructures de télécommunications d’Algérie.

Selon l'accord, AT détiendra la plus grande part de l’entité (55%), tandis que la compagnie nationale de pétrole Sonatrach et la société de distribution de gaz Sonelgaz recevront chacune 20%. La Société Nationale des Transports Ferroviaires, détiendra quant à elle les 5% restant. Ensemble, les quatre acteurs représentent environ 70 000 km des câbles à fibres optiques existants.

Beaucoup des projets du gouvernement visant à étendre les connexions à fibre optique ont mis l'accent sur l'amélioration de la connectivité dans les zones jugées prioritaires, tels que les développements industriels et les zones d’activité. Ceci va dans le sens d’une volonté du gouvernement de donner aux entreprises algériennes l'occasion de mieux tirer parti des TIC et de développer leur savoir-faire technologique.

Etendre l'accès à large bande mobile

Le taux de connectivité Internet en Algérie a atteint 15,2% l'an dernier, alors qu’il n’était estimé qu’à 1,6% en 2002, selon les chiffres de l'Union internationale des télécommunications (International Telecommunication Union), et a ainsi placé la fin 2012 légèrement au dessus de la moyenne africaine de 14,3%. Cependant, la Tunisie comme le Maroc ont atteint une croissance nettement supérieure dans l'utilisation d'Internet au cours de ces dix dernières années, avec des taux de connectivité qui sont passés respectivement de 5,3% à 41,4% et de 2,4% à 55%.

Une grande partie de la croissance au Maroc et en Tunisie peut être mise sur le compte de l’amélioration des services Internet mobiles. Au Maroc, où la 3G a été introduite en 2006, environ 80 % des utilisateurs accèdent à Internet via leur téléphone mobile ou via une clé USB haut débit, selon l’Agence nationale de réglementation des télécommunications du pays. En Tunisie, les services 3G sont disponibles depuis 2010.

L'Algérie a maintenant fait un pas de plus vers l'offre 3G, qui était en préparation depuis deux ans, le gouvernement ayant délivré des licences provisoires mi-octobre à Orascom Télécom Algérie (Djezzy), Wataniya Télécom Algérie (Nedjma) et Algérie Telecom Mobile (Mobilis). D’après une déclaration de la société mère d’Orascon, VimpelCom, la licence coûte 3 milliards de dinars algériens (27,2 millions d’Euros) et sera valide 15 ans. Selon les termes de l’accord, chaque opérateur se verra accorder une exclusivité territoriale pour une période n'excédant pas un an.

Les licences définitives devraient être attribuées après paiement des frais et délivrance de l'approbation de différentes autorités. Le MPTIC avait déclaré plus tôt que les services 3G seront disponibles sur le marché d’ici à Décembre 2013.
Le lancement d'un réseau 3G, un projet qui remonte à 2008, a été retardé à plusieurs reprises pour des raisons diverses, notamment des négociations toujours en cours avec le russe Vimpelcom au sujet de la propriété de Djezzy, premier opérateur mobile en parts de marché.

L'arrivée de la 3G en Algérie semble malgré tout devenir enfin une réalité. Tandis que la portée croissante du réseau de fibre optique contribuera sans doute à élargir la pénétration d'Internet en particulier dans les zones urbaines, le déploiement des services de données mobiles à haut débit aura certainement un impact important sur la demande dans tout le pays.

 

Improving high-speed internet access in Algeria

En Français

Consumers may soon have better access to the internet in Algeria, with the government set to invest in fixed-line networks and mobile operators preparing to launch 3G services.

In August the government announced it would channel AD140bn (€1.30bn) into telecommunications infrastructure, in part to accelerate the development of a fibre-optic network.

The investment will be funnelled into the sector through the Ministry of Post and Information and Communications Technology (Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, MPTIC), while the state-run telecommunications operator, Algérie Télécom (AT) will lead efforts to overhaul the fibre-optic network.

New entity to manage infrastructure

This follows a proposal from the MPTIC last year to establish a joint venture to manage available fibre-optic resources, according to a statement by the ministry. In July, four state-owned enterprises signed a memorandum of understanding, paving the way for the setting up of a new organisation, named the Company of Telecommunications Infrastructure Algeria.

Under the agreement, AT will hold the largest stake (55%) in the entity, while the national oil company Sonatrach and gas distribution company Sonelgaz will each receive 20%. The national rail carrier, Société Nationale des Transports Ferroviaires, will hold the remaining 5%. Combined, the four account for some 70,000 km of existing fibre-optic cables.

Many of the government’s plans to expand fibre-optic connections have focused on improving connectivity in areas deemed a priority, such as industrial developments and business parks, in line with a government drive to give Algerian enterprises the opportunity to leverage ICT services more effectively and develop their technological know-how.

Increasing access to mobile broadband

Internet connectivity in Algeria reached 15.2% last year, up from an estimated 1.6% in 2002, according to figures from the International Telecommunication Union (ITU), finishing 2012 slightly above the African average of 14.3%. However, both Tunisia and Morocco notched up significantly higher growth in internet usage over the ten-year period, with connectivity rates rising from 5.3% to 41.4% and 2.4% to 55% respectively.

Much of the growth in Morocco and Tunisia can be attributed to improved mobile internet services. In Morocco, where 3G was introduced in 2006, around 80% of users access the internet through their mobile phones or via a broadband USB dongle, according to that country’s National Telecommunications Regulatory Agency. In Tunisia, 3G services have been available since 2010.

Algeria has now moved one step closer to offering 3G, something that has been in the pipeline for two years now, with the government having issuing provisional licences in mid-October to Orascom Télécoms Algérie (Djezzy), Wataniya Télécoms Algérie (Nedjma) and Algérie Télécom Mobile (Mobilis). According to a statement by Orascon’s parent company, VimpelCom, the licence cost AD3bn (€27.2m) and will be valid for 15 years. Under the terms of the agreement, each operator will be granted a territorial exclusivity for a period not to exceed one year.

Final licences are expected to be granted following the payment of fees and the receipt of approval from various authorities. The MPTIC has previously said that 3G services will be commercially available by December 2013.

The launch of a 3G network, a project dating back to 2008, has been delayed repeatedly for a number of reasons, including ongoing negotiations with Russia’s Vimpelcom over the ownership of Djezzy, the largest mobile operator by market share.

Still the arrival of 3G in Algeria finally looks set to be a reality. While there is little doubt that the increasing reach of the burgeoning fibre-optic network will help expand internet penetration particularly in urban areas, the rollout of high-speed mobile data services is likely to have an impressive impact on demand throughout the country.

Read Next:

In Algeria

Un sommet synonyme de coup d’accélérateur pour les solutions high-tech...

L’Algérie progresse dans la mise en œuvre de l’initiative de ville intelligente Alger Smart City et des responsables des pouvoirs publics s’entretiennent actuellement avec des représentants des...

In ICT

ICT expansion to position Oman as regional digital services leader

Oman is looking to strengthen its position as a digital services leader in the region, with a series of new developments designed to bolster the ICT sector.

Latest

Hisham Tawfik, Minister of Public Enterprise Sector, Egypt

What are the ministry’s priorities with respect to restructuring the public sector, and taking steps to improve efficiency and boost profitability?