Algérie : Le développement des infrastructures stimule le secteur du bâtiment

In English

Suite à une forte demande de modernisation des infrastructures que l’on observe actuellement dans l’ensemble du pays, tout porte à croire que le secteur du BTP algérien proposera cette année toute une série d’importants projets à des entreprises algériennes et internationales.

Le gouvernement est de plus en plus conscient de la nécessité de faire en sorte que les entreprises locales, notamment les entreprises de travaux publics, les cabinets d’architectes et de consultants en conception architecturale ainsi que les sociétés d’ingénierie, se voient donner une chance lors des processus d’appel d’offres.

Alors que certains contrats d’ingénierie sont généralement attribués à des partenariats, comme dans le cas de Cosider et Dywidag, les autorités algériennes ont débloqué des fonds publics à destination des entreprises locales de BTP, permettant à celles-ci de s’impliquer davantage dans les projets de développement du pays.

La Société de Gestion des Participations de l’Etat Travaux Publics (SGP SINTRA) a pour mission de faciliter l’accès au financement de plus de 50 entreprises, parmi lesquelles on trouve des bureaux d’étude, des laboratoires de contrôle des travaux et des entreprises de travaux publics, en les faisant bénéficier d’avantages fiscaux et d’une bonification des crédits bancaires lorsqu’elles répondent à des appels d’offre pour des contrats de travaux publics.

Parmi les autres initiatives que connait le secteur du BTP, citons également la création d’une Ecole Nationale de l’Habitat. Ce nouveau centre de formation sera principalement chargé de développer les compétences des employés locaux du secteur, et ce dans toutes les missions liées au bâtiment. Cet établissement public s’attèlera tout particulièrement au développement des compétences d’ingénierie, des connaissances et de l’expertise. L’architecture, l’aménagement des espaces urbains et l’urbanisme figurent également au programme de l’institut de formation, l’objectif général étant l’amélioration de la gestion et du suivi des plans d’aménagement et d’urbanisme.

En Algérie, ce sont le secteur de l’électricité, le secteur hydraulique et celui du transport urbain qui fourniront le plus de travail aux entreprises de BTP. Début avril, la Société nationale d’électricité et du gaz, Sonelgaz, a annoncé qu’elle prévoyait d’investir jusqu’à 30 milliards de dollars pour produire 1200 MW d’électricité supplémentaires par an d’ici 2020.

Ces projets sont nécessaires pour répondre à une demande croissante en électricité. D’après Noureddine Boutarfa, PDG de Sonelgaz, la demande augmente au rythme de 10% par an, avec des pics de consommation pendant les mois d’été. Ce projet d’investissement vient renforcer les programmes déjà en cours de Sonelgaz pour faire face à la demande, tel que son programme de 80 milliards de dollars qui permettra de fournir 21 000 MW d’énergie d’origine renouvelable – soit 40% de la production totale- entre 2011 et 2030.

Cet investissement massif dans de nouvelles centrales électriques fait partie d’un programme d’investissement plus large en Algérie, à savoir le plan quinquennal 2010-2014, qui suscite un fort intérêt de la part des entreprises dans le monde entier. Grâce à cette intensification des activités, le secteur algérien du BTP devrait, d’après le cabinet de conseil Business Monitor International, afficher en 2012 une croissance de 5,5% en glissement annuel et générer jusqu'à 21,7 milliards de dollars.

S’exprimant lors d’une conférence à Casablanca début mars, Faycal Reda Laraba, directeur de l’Algerian Energy Company (compagnie algérienne de l’énergie, AEC), a annoncé que des manifestations d’intérêt concernant trois nouvelles usines de dessalement seraient publiées d’ici fin 2012. Ces usines, situées à El Tarf, Oued Sebt et Bejaia, auront chacune une capacité de 100 000 mètres cube d’eau par jour (m³/jour).

Ces nouvelles usines font partie d’un vaste programme de création de nouvelles usines de dessalement à travers le pays d’ici 2015. Au total, ce sont 11 usines qui devraient voir le jour, grâce à des financements privés, avec une capacité totale de 1,91 millions de m³/jour. Jusqu’à présent, l’AEC a fait appel à des entreprises privées pour construire les usines dans le cadre de contrats de concession de type « construction-propriété-transfert ».

Bien que le gouvernement algérien se soit tourné vers le secteur privé pour assurer le financement et la construction de ces projets d’infrastructure, il a également pu compter sur d’autres partenaires pour accéder à des fonds, tel que l’UE. Par exemple, en juillet 2011, l’UE a alloué la somme de 30 millions d’euros au programme algérien d’assainissement de l’eau (EAU II). Le programme est financé à hauteur de 75% par l’UE tandis que la contribution du gouvernement algérien s’élève à 13,06 millions de dollars.

Des travaux d’infrastructure sont également en cours, en particulier à Alger où de nombreuses améliorations sont prévues. Un budget de 2,6 milliards de dollars a été attribué pour la modernisation de l’infrastructure de la ville. En première ligne de ces projets de développement se trouvent des entreprises internationales qui ont remporté des marchés soit séparément soit en formant des joint ventures avec des entreprises locales. C’est le cas par exemple du groupe algérien de BTP Cosider et des Allemands de Dywidag qui réalisent ensemble une extension de 4 kms de la ligne 1 du métro d’Alger, entre Hamma et Hai El Badr.

Mais si de nombreuses multinationales ont manifesté leur intérêt économique dans le pays en répondant à des appels d’offre dans le cadre du programme d’investissement, le ministère algérien des travaux publics et les entreprises nationales devraient aussi tirer profit de ces projets.

Toutefois, si le gouvernement souhaite voir les entreprises locales endosser un rôle plus actif dans les projets d’ingénierie complexe, il est également soucieux de trouver un équilibre entre ce soutien et la nécessité de tenir les délais de construction des infrastructures du pays.

Les grands chantiers dans les secteurs de l’eau, de l’électricité et du transport, qu’ils soient au stade de projet ou en cours, sont déjà synonymes pour les entreprises internationales d’immenses opportunités. Le soutien financier que l’état apporte aux entreprises locales qui répondent aux appels d’offre et la création d’un institut de formation de l’habitat devrait entraîner une plus grande participation des acteurs nationaux, entreprises, ouvriers et ingénieurs, au Plan Quinquennal tout en munissant ceux-ci de compétences indispensables pour l’avenir.

 

Algeria: Infrastructure demand boosts construction

En Français

Updated infrastructure is currently in high demand throughout Algeria, and as a result, the construction sector looks set to offer a host of major projects to local and international contractors this year.

The government has become increasingly aware of the need to ensure local companies, including contractors, design consultants, architects and engineering firms, are given the opportunity to compete in the tender process.

While complex engineering contracts usually go to partnerships, such as the one between Cosider and Dywidag, the authorities have made state funds available for supporting local construction firms in their bid to become more involved in the country’s development projects.

The state-run Management Company of the State Participation Public Works (Société de Gestion des Participations de l'Etat Travaux Publics, SGP SINTRA) facilitates financing for more than 50 local design study firms, construction supervision companies and contractors, providing them with tax concessions and preferential credit terms when bidding for national public works contracts.

Other initiatives in the construction sector include a National School for Housing. The new training centre will focus on developing the skillsets of local construction workers on every aspect of the building sector. The state-run school will focus on developing engineering skills, knowledge and expertise. Specifically, architecture, the development of urban spaces, and urbanisation will all form part of the curriculum. The overall aim is to improve the current management of master planning for urban renewal and redevelopment.

Much of the work for construction companies will come from Algeria’s power, water and urban transport sectors. In early April, Sonelgaz, the state-run power firm, announced plans to invest up to $30bn in new generation plants, which will provide 1200 MW of additional capacity to the national grid each year until 2020.

The plants are necessary to meet rising demand for electricity. According to Noureddine Boutarfa, the CEO of Sonelgaz, demand is growing at 10% per year, with peak usage occurring over the summer months. The investment will further support Sonelgaz’s existing plans to meet demand, which include an $80bn programme that will provide 21,000 MW of renewable energy – 40% of its total output – between 2011 and 2030.

This major investment in new power generation plants forms part of the country’s broader 2010-14 Plan Quinquennal, which has excited interest from companies around the globe. Heightened activity is expected to bring 5.5% growth year-on-year (y-o-y) to Algeria’s construction industry in 2012, according to Business Monitor International, a consultancy firm, with the value of the sector forecast to rise to $21.7bn this year.

While speaking at a conference in Casablanca in early March, Faycal Reda Laraba, the CEO of the Algerian Energy Company (AEC), said expressions of interest for three new desalination plants will be issued by the end of 2012. The plants, located in El Tarf, Oued Sebt and Bejaia, will each have a capacity of 100,000 cu metres of water per day (cm/d).

The new plants are part of a wider programme of commissioning new desalination plants across the country by 2015. A total of 11 privately financed plants are planned and are expected to have a total capacity of 1.91m cm/d. Thus far, the AEC has sought out private firms to construct the plants on a build-own-transfer contract model.

Although the government has looked to the private sector as a means of financing and building these infrastructure projects, it has also been able to rely on other partners for funding, such as the EU. In July 2011, for example, the EU granted €30m towards the Algeria water sanitation programme (EAU II). The programme is 75% EU-funded, while the government is contributing up to $13.06m.

Infrastructure works are also in progress, with Algiers in particular slated for improvements. A budget of $2.6bn has been allocated to modernising the city’s infrastructure. International firms have been at the forefront of these developments, either bidding for projects separately or forming joint ventures with local firms. For example, local construction firm Cosider and Germany’s Dywidag are completing a 4-km extension of the Algiers Metro line one, which runs between Hamma and Hai El Badr.

While many multi-national companies have expressed an interest in bidding for contracts that form part of the investment programme, Algeria’s public works department and local businesses are also set to benefit from the projects.

However, while the government is keen to see local firms play a more active role in the country’s complex engineering projects, it is also aware that this support has to be balanced with the need to ensure the country’s infrastructure is completed on time.

The developments either planned or underway in the water, power and transport sectors are already providing a wealth of opportunities for international firms. State financial support for local firms bidding on contracts and a new training school for housing should boost the involvement of local firms, workers and engineers in the Plan Quinquennal, as well as providing them with the skillsets needed for the future.

Read Next:

In Africa

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

In Construction

Dubai’s robust project pipeline boosts construction sector prospects

Construction demand in Dubai continues to be strong in the run-up to Expo 2020, supported by new tourism and hospitality projects, and public spending on infrastructure, although rising materials...

Latest

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?