Algérie : Intérêt croissant pour la vente au détail

Text size +-
Recommend

In English

L'Algérie, dont l'économie continue de résister aux soubresauts de la conjoncture mondiale, voit sa consommation intérieure progresser, suscitant un intérêt croissant pour le secteur national de la vente au détail. Outre le changement des habitudes de consommation, au détriment du commerce informel, la hausse de la demande de marques internationales et de points de vente au détail de moyenne et haute gammes, appuyée par un pouvoir d'achat en hausse, est une véritable aubaine pour les nouveaux projets de centres commerciaux.

L'un de ces projets a été initié par la Société des centres commerciaux d’Algérie (SCCA), une société à capitaux suisses, qui développe actuellement un centre commercial à Oran. Ce projet répond au succès du premier centre commercial de grande envergure de la SCCA, situé à Bab Ezzouar, à la périphérie d'Alger.

La SCCA a présenté les plans d'un complexe commercial et de loisirs de 32 000 mètres carrés, implanté dans la communauté d'Es Sénia, située à l'extrémité sud-ouest de la capitale provinciale. Le cabinet d'architecture espagnol L35 s'est vu confier la réalisation des bâtiments sur un terrain de 5 hectares récemment acquis ; les travaux de construction devraient débuter d'ici la fin de l'année. Le lieu d'implantation retenu, Es Sénia, situé à proximité de l'université d'Oran et de l'aéroport régional Ahmed Benbella, devrait contribuer à doper la fréquentation de la zone commerciale.

Le centre d'Es Sénia abritera environ 20 000 mètres carrés de commerces, dont une enseigne locomotive de 7 500 mètres carrés, et 10 000 mètres carrés supplémentaires seront consacrés aux installations de loisirs. L'association d'enseignes du complexe devrait être similaire à celle du centre commercial de Bab Ezzouar de la SCCA, qui regroupe quelques détaillants locaux et des boutiques internationales.

Lors de son ouverture, prévue en 2015, Es Sénia sera l'un des premiers centres commerciaux haut de gamme de grande envergure extérieurs à la capitale. Ces nouveaux centres commerciaux marquent un changement notoire des habitudes de consommation des Algériens, puisque le marché du détail informel représente, d'après les estimations, environ 40 % de toutes les activités de vente au détail à Alger, et plus encore dans d'autres villes.

Différents facteurs permettent d'expliquer cette transition. Outre la hausse du pouvoir d'achat ces quelques dernières années, la population est également de plus en plus « exposée aux modes de distribution étrangers, grâce à l'Internet, la télévision et d'autres médias, et montre un niveau d'exigence élevé », a déclaré Alain Rolland, directeur général de la SCCA, à OBG l'an dernier.

Si l'Algérie possède plusieurs centres commerciaux et marchés, Bab Ezzouar a cependant été l'un des premiers à regrouper un grand nombre de marques internationales et des zones de loisirs. Au cours des mois qui ont suivi son ouverture, largement médiatisée, en août 2010, le centre commercial a enregistré une fréquentation moyenne de 60 000 visiteurs par jour, avec un pic de 90 000 personnes par jour au cours des premières semaines, qui coïncidaient avec le ramadan, une période particulièrement faste pour les commerces.

Depuis, le nombre de visiteurs s'est stabilisé à 25 000-30 000 personnes par jour en moyenne, dont environ 55 à 60 % d'acheteurs, d'après la SCCA.

Cette forte fréquentation sera certainement renforcée par les récentes mesures du gouvernement, qui visent à accroître le pouvoir d'achat et stimuler les dépenses. En 2011, le gouvernement a en effet revu à la hausse les salaires des fonctionnaires pour la seconde fois en deux ans, et créé des subventions pour les produits domestiques. En 2010, le Fonds monétaire international (FMI) avait anticipé une hausse de 4 % par an des dépenses des ménages à l'horizon 2013.

Si le centre commercial de Bab Ezzouar et, à l'avenir, celui d'Es Sénia, se positionnent sur le segment haut de gamme du marché de la vente au détail, l'Algérie possède également un certain nombre d'infrastructures de vente au détail, existantes ou prévues, qui ciblent le segment intermédiaire. La société algérienne Arcofina Holdings développe actuellement un vaste projet à la fois commercial et immobilier sur la baie d'Alger, intitulé Alger Médina, qui prévoit la création d'un grand centre commercial et d'un hypermarché, et devrait renforcer de façon significative les opportunités de commerce formel dans le centre-ville de la capitale en 2012.

Par ailleurs, Sidar Algeria, filiale de la société de promotion immobilière basée en Arabie saoudite, gère le centre commercial Al Qods d'Alger, un établissement de premier plan dans le segment du milieu de gamme depuis 2008. Sidar mène actuellement plusieurs nouveaux projets dans le secteur de la vente au détail, notamment la création d'un centre commercial et d'affaires de 62 000 mètres carrés à Oran, et la construction de quatre quartiers commerçants et centres commerciaux dans la région d'Alger.

Tant que la croissance économique et les dépenses des ménages résisteront aux difficultés économiques récurrentes observées en Europe, le projet Es Sénia, ainsi que tous les autres projets, contribueront au développement du marché algérien de la vente au détail.

 

Algeria: A growing appetite for retail

En Français

As Algeria’s economy has continued to sidestep most of the global turbulence, domestic consumption has strengthened, attracting an increasing amount of interest in the country. Alongside a shift away from informal retailers, increasing demand for international brands and medium to high-end retail outlets, supported by rising purchasing power, has been a boon for new mall projects.

One such project is being carried out by Swiss-owned Société des Centres Commerciaux d’Algérie (SCCA), which is developing a retail centre in Oran. The project was announced following the success of SCCA’s first large-scale shopping centre in Bab Ezzouar, on the outskirts of Algiers.

SCCA has laid out plans for a 32,000-sq-metre retail and entertainment complex in the community of Es Sénia, located on the south-western edge of the provincial capital. Spanish architectural firm L35 was chosen to develop the facility on a recently acquired 5-ha plot, and construction is expected to begin by the end of 2012. The choice of the site in Es Sénia, located near the University of Oran and the province’s Ahmed Benbella airport, should help to funnel traffic into the shopping area.

The Es Sénia centre will include roughly 20,000 sq metres of retail space, including a 7500-sq-metre anchor store. Another 10,000 sq metres will be dedicated to leisure facilities. The complex’s mix of retailers is expected to be similar to that of SCCA’s Bab Ezzouar shopping centre, which combines a handful of local retailers with international brands.

The centre will be one of the first large-scale, high-end shopping centres outside of the capital when it opens in 2015. This marks a distinct shift in consumption habits by Algerian consumers, given that the informal retail market is estimated to account for roughly 40% of all retail and trade activity in Algiers, with an even higher percentage in other cities.

This is attributed to a variety of factors. In addition to rising purchasing power over the past few years, the population is increasingly “exposed to foreign retail standards through the internet, television and other media, and is demanding high shopping standards,” Alain Rolland, the general manager of the SCCA, told OBG last year.

While Algeria has a variety of shopping areas and markets, Bab Ezzouar was one of the first to feature a large number of international brands and entertainment areas. In the months following its aggressively hyped opening in August 2010, the shopping centre saw an average of 60,000 visitors per day, with a peak of 90,000 people per day during the first few weeks, which coincided with Ramadan, a key shopping period.

Visitor numbers have since levelled off at an average of 25,000-30,000 individuals per day, with roughly 55-60% of all visitors making purchases, according to SCCA.

The steady footfall figures will likely be reinforced by recent government measures to increase purchasing power and stimulate spending. The government raised public sector salaries in 2011 for the second time in two years and introduced subsidies for household goods. In 2010, the IMF predicted a 4% annual increase in household spending through 2013.

While Bab Ezzouar, and in the future, Es Sénia, fit into the higher end of the retail market, Algeria also has a number of current and planned retail facilities aimed toward the mid-range market. The Algerian company Arcofina Holdings is developing a large mixed-use retail and real estate project on the Bay of Algiers, named Alger Médina, which includes a large shopping mall and a hypermarket and should significantly increase formal retail opportunities in the capital’s city centre in 2012.

In addition, Sidar Algeria, a subsidiary of the Saudi-based real estate developer, manages the Al Qods shopping centre in Algiers, which has been a key outlet for the mid-range retail market since 2008. Sidar is currently developing several new retail projects, including a 62,000-sq-metre commercial and business centre in Oran and the development of four shopping districts and centres in the Algiers area.

As long as economic growth and household expenditure hold steady in the face of continued economic trouble in Europe, the Es Sénia project and others will help to capitalise on the expanding retail market in Algeria.

Read Next:

In Africa

Beligh Ben Soltane, Chairman, Tunisian Investment Authority (TIA)

What are the expected implications of Law No. 47 of 2019, which was adopted in April 2019 to improve the business and investment climate?

In Retail

Increased occupancy rates and rental returns to boost Kenya’s retail...

Kenya’s retail sector is looking to recover from a slow 2017 following solid gains in occupancy rates and rental returns; however, oversupply in some regions, along with an acceleration in...

Latest

Tracking Saudi Aramco’s multibillion-dollar IPO move

In what is slated to be the world’s biggest-ever initial public offering (IPO), Saudi Aramco is moving ahead with listing shares on the Saudi Stock Exchange (Tadawul).