Algérie Bilan de l’Année 2015

Text size +-
Recommend

In English

Si la chute des cours du pétrole a eu des répercussions sur les recettes d’exportation de l’Algérie, son impact a toutefois été atténué par les importantes réserves de change et une croissance soutenue des secteurs hors hydrocarbures.

Les prix bas du pétrole et du gaz ont pesé sur l’économie algérienne en 2015, avec des recettes d’hydrocarbures qui ont chuté de 50%, atteignant selon les estimations la somme de 34 milliards de dollars.

Malgré ce climat international difficile, l’économie algérienne devrait afficher une expansion d’environ 3% en 2015, selon le FMI. Si l’on constate une légère baisse par rapport au chiffre de 3,8% enregistré en 2014, cette évolution suit la tendance de la croissance mondiale, qui s’établissait à 3,1%, et l’Algérie se place bien au-dessus de la moyenne de 2,3% enregistrée dans les pays de la région MENA.

Les prévisions du FMI suggèrent un rebond de la croissance du PIB, qui devrait atteindre 3,9% en 2016, soit son niveau le plus élevé depuis 2005, imputable en partie aux efforts déployés par le gouvernement pour stimuler les activités dans les secteurs hors hydrocarbures, tels que le bâtiment, le transport et l’industrie manufacturière.

Volants de sécurité budgétaire

L’ampleur du défi énergétique auquel l’Algérie se voit confrontée reste néanmoins considérable dans la mesure où le pétrole et le gaz représentent 95% des exportations et 60% des recettes de l’Etat en moyenne.

Le déficit commercial enregistré au cours des 11 premiers mois de l’année 2015 totalise 12,6 milliards de dollars, contre les 5,5 milliards de dollars d’excédent qui avaient été réalisés à la date de novembre 2014.

Selon Abdherrahmane Benkhelfa, le Ministre des Finances, les revenus générés par les hydrocarbures continueront de baisser, accusant vraisemblablement une chute de 22% en 2016, ce qui portera l’ensemble des recettes du secteur à 26,4 milliards de dollars. Cela fait suite à une baisse de 50% des recettes énergétiques en 2015.

L’Algérie a largement pioché dans ses considérables réserves de change pour combler son déficit budgétaire, qui atteignait selon les estimations 12% du PIB en 2015.

Les réserves de change allaient sans doute atteindre la somme de 151 milliards de dollars d’ici la fin de l’année, a déclaré A. Benkhelfa dans les médias en novembre, alors qu’elles totalisaient près de 200 milliards de dollars mi-2014. On s’attend à une baisse de ces dernières en 2016, où elles devraient atteindre 121 milliards de dollars, soit environ 23 mois d’importations.

Un montant qui est largement supérieur au seuil minimum de trois mois suggéré par le FMI mais qui représente tout de même une détérioration considérable des volants de sécurité budgétaire  du pays, d’autant plus que le pays est dépendant des biens de consommation importés.

Alors que l’on s’attend à un scenario similaire en 2016, les autorités ont décidé de mettre en place des politiques qui mettront l’économie sur la voie du redressement budgétaire, instaurant notamment des augmentations de taxes et des droits à l’importation.

A la recherche de solutions

Des mesures cruciales ont été annoncées dans le projet de budget 2016, qui a été adopté par le parlement fin novembre.

Se fondant sur l’hypothèse d’un baril de pétrole se négociant à 37 dollars en moyenne sur l’année, le budget préconise une baisse de 9,9% des dépenses publiques – principalement en ce qui concerne les dépenses d’équipement- ce qui contribuerait à ramener le déficit budgétaire à son niveau de 2014, soit 7% du PIB.

Afin de consolider encore davantage les finances publiques, le gouvernement a pris la décision de procéder à des hausses de taxes et d’imposer des droits à l’importation pour l’année à venir. Une légère baisse des dépenses d’investissement a également été annoncée et plusieurs projets d’infrastructures et de transport ont été abandonnés – notamment le projet de tramway d’Annaba, dont le coût était évalué à 430 millions d’euros- tout comme un gel du recrutement dans la fonction publique qui touche de nombreux secteurs.

Il semblerait également que certains aspects du généreux régime des subventions à l’énergie pourraient faire l’objet d’une révision. Selon le FMI, la majorité de l’ensemble des subventions, qui représentent environ 20% du PIB, a trait à l’énergie.

Le budget 2016 prévoit une hausse de la TVA sur l’électricité, qui passera de 7% à 17% dans le cas d’une consommation dépassant les 125 KWh – les hausses de prix se limiteront donc principalement aux gros consommateurs et à l’industrie.

De même, les prix de l’essence et du diesel devraient enregistrer une augmentation, de 6 dinars (0,05 euro) et 1 dinar (0,01 euro) respectivement, et s’établir à 29,60 dinars (0,25 euro) et 14 dinars (0,12 euro) le litre.

Le gouvernement n’est toutefois pas allé jusqu’à revenir sur d’autres programmes de subventions. Selon les projections, le total des dépenses de subventions devrait augmenter de 7,5% dans le cadre du budget 2016 en raison des hausses consenties dans les domaines de la nourriture, des transports, du logement et de la santé publique.

Coup de pouce aux entreprises

Augmenter la contribution du secteur privé à l’économie constitue toujours un axe central du calendrier de réformes en Algérie. Si les grands groupes publics devraient conserver un rôle colossal, comme en témoignent des injections de capitaux dans des entreprises publiques des secteurs du textile et du bâtiment, l’Etat a montré sa volonté d’attirer davantage d’investissement privé, en particulier afin de développer l’économie hors hydrocarbures.

Le secteur pharmaceutique a constitué l’un des pivots de l’engagement du secteur privé. Deuxième marché d’Afrique pour les produits pharmaceutiques avec des ventes annuelles autour de 3 milliards de dollars, l’Algérie fait figure de destination particulièrement attrayante pour les groupes pharmaceutiques internationaux.

Le secteur a bénéficié de plusieurs investissements de taille au cours des derniers mois, mais aux dires des entreprises internationales certains règlements, notamment le contrôle des changes, continuent de constituer des obstacles.

L’Algérie a déjà recours à des contrôles des importations afin d’encourager la production locale. À titre d’exemple, la législation interdisant l’importation de médicaments qui sont déjà produits sur le territoire algérien a contribué à faire grimper la production nationale de 41% en 2014, selon le Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière.

 

 

Algeria Year in Review 2015

En Français

While the drop in oil prices has put pressure on Algeria’s export revenues, the impact has been cushioned by large foreign currency reserves and steady growth in non-oil sectors.

Low oil and gas prices weighed on the Algerian economy in 2015, with hydrocarbons revenues falling by 50% to an estimated $34bn.

In spite of external headwinds, Algeria’s economy was expected to expand by around 3% in 2015, according to the IMF. While down from the 3.8% growth recorded in 2014, this tracks with broader prospects for global growth, which stood at 3.1%, and ranks well above the MENA average of 2.3%.

IMF forecasts suggest GDP growth will rebound to 3.9% for 2016, the highest level since 2005, aided in part by government efforts to stimulate activity in non-oil sectors, including construction, transport and manufacturing.

Fiscal buffers

Nonetheless, the scale of Algeria’s energy challenge remains significant, with oil and gas accounting for 95% of exports and 60% of government revenues on average.

The first 11 months of 2015 produced a $12.6bn trade deficit, down from the $5.5bn surplus recorded as of November 2014.

According to Abdherrahmane Benkhelfa, minister of finance, income from hydrocarbons looks likely to drop by another 22% in 2016, taking total earnings from the sector down to $26.4bn. This comes on top of a 50% decline in energy receipts in 2015.

Algeria has largely turned to its sizeable foreign currency reserves to bridge the fiscal shortfall, which reached an estimated 12% of GDP in 2015.

Foreign reserves were on track to reach $151bn by the end of the year, Benkhelfa told media in November, down from almost $200bn in mid-2014. By the end of 2016, they are expected to fall to $121bn, equivalent to around 23 months of imports.

This is well in excess of the IMF’s minimum suggested threshold of three months, although it does represent a significant deterioration in the country’s fiscal buffers, which is further underscored by the country’s dependence on imported consumer goods.

With more of the same expected in 2016, the authorities have moved to enact policies that will set the economy on the road to fiscal recovery, including tax increases and import duties.

Seeking solutions

Key measures were announced in the 2016 budget, which was approved by Parliament at the end of November.

The budget, which assumes an average per-barrel oil price of $37 over the year, calls for a 9.9% decrease in spending – primarily in recurrent expenditures – helping to bring the fiscal deficit back to 2014 levels of 7% of GDP.

In a bid to shore up public finances further, the government has moved to raise taxes and impose import duties in the year ahead. Slightly lower capital expenditure has also been announced, with several infrastructure and transport projects shelved – including the €430m Annaba tramway project – and a public sector hiring freeze in effect across many sectors.

There are also signs that aspects of the country’s generous energy subsidy regime could be revised. According to the IMF, the majority of total subsidies, which amount to around 20% of GDP, are energy-related.

The 2016 budget calls for an increase of the value-added tax on electricity from 7% to 17% when consumption exceeds 125 KWh – meaning that the price increases will be primarily confined to large consumers and industry.

Gasoline and diesel prices are likewise expected to increase, by AD6 (€0.05) and AD1 (€0.01), respectively, to AD29.60 (€0.25) and AD14 (€0.12).

However, the government has stopped short of revisiting other subsidy programmes. Total spending on subsidies is projected to increase by 7.5% under the 2016 budget due to increases in the food, transport, housing and public health domains.

Boost for businesses

Increasing the private sector’s contribution to the economy also remains a central focus of Algeria’s reform agenda. While key state-owned enterprises are expected to maintain an outsized role, with fresh capital injections to state firms in the textile and construction sectors, the government has signalled its interest in attracting higher levels of private investment, particularly in developing the non-oil economy.

One of the primary focal points for the private sector push has been the pharmaceuticals sector. As the second-largest pharmaceuticals market in Africa, with annual sales of around $3bn, Algeria is seen as a particularly attractive destination for international drug companies.

There have been several significant investments in recent months in the sector, though international companies say foreign exchange controls and other regulations continue to present hurdles.

Import controls are already being used to encourage local production. For example, government regulations prohibiting the import of drugs that are already being produced locally helped boost local production by 41% in 2014, according to the Ministry of Health, Population and Hospital Reform.

Oxford Business Group is now on Instagram. Follow us here for news and stunning imagery from the more than 30 markets we cover.

Covid-19 Economic Impact Assessments

Stay updated on how some of the world’s most promising markets are being affected by the Covid-19 pandemic, and what actions governments and private businesses are taking to mitigate challenges and ensure their long-term growth story continues.

Register now and also receive a complimentary 2-month licence to the OBG Research Terminal.

Register Here×

Read Next:

In Algeria

Algérie : Bilan de l’année 2018

La relance de l’investissement public et des résultats encourageants dans les secteurs hors hydrocarbures ont porté la croissance de l’économie algérienne en 2018, une tendance qui devra toutefois...

In Economy

Can mining exports lift Peru out of its Covid-19 economic slump?

Peru’s response to Covid-19 won the country international plaudits in the early stages of the pandemic, thanks to its extensive testing regime and regional benchmark stimulus package. As countries...

Latest

Covid-19 and tourism: what is the future of business travel?

Covid-19 dealt a body blow to the global travel industry, but there are signs that a recovery is slowly under way as policymakers make concerted efforts to meet pent-up demand for leisure tourism...