Algérie : Bilan de l’année 2012

Text size +-
Recommend

In English

Alors que l’économie Algérienne doit encore faire face à certains problèmes structurels, elle a néanmoins obtenu de bons résultats en 2012, malgré une inflation à la hausse et la récession qui frappe son premier partenaire commercial, l’Europe. Le pays a enregistré une croissance du PIB de 2,6% en 2012 – un chiffre qui se situe dans la moyenne régionale- et devrait poursuivre sur cette lancée en 2013 pour atteindre une croissance de 3,4%, d’après le FMI.

Un rapport du FMI daté du mois de novembre a confirmé que la croissance devrait rester solide sur le court terme, soutenue par les prix élevés du pétrole, une forte demande intérieure et une économie hors hydrocarbures en plein développement. Les prix mondiaux du pétrole, qui se situaient en moyenne autour de 109,55 dollars le baril en 2012, contre 107,46 dollars en 2011 et 77,45 dollars en 2010, ont compensé la baisse de la demande d’exportation d’énergie et renforcé le positionnement financier de l’Algérie. La Banque d’Algérie estime que l’équilibre du budget de l’État ne peut être assuré que si le prix du baril de pétrole est d’au moins 110 dollars, ce qui soulève l’inquiétude d’un déficit fiscal si les prix du pétrole chutent.

Les réserves de devises étrangères atteignaient fin septembre la somme de 193,7 milliards de dollars contre 188 milliards de dollars en 2011, créant un matelas financier pour les programmes de dépenses publiques. Selon les projections du FMI du mois de novembre, l’excédent de la balance courante devrait se situer à 8,2% du PIB à la fin de l’année 2012 puis baisser en 2013 jusqu’à 7,1% en raison d’investissements publics plus importants. En plus de vouloir stimuler la croissance des secteurs hors hydrocarbures de son économie, l’une des priorités majeures de l’État algérien en 2013 sera de ramener l’inflation au niveau recommandé de 4% à 4,5% alors qu’elle atteignait 8,4% en 2012.

La dépendance du pays aux revenus des secteurs pétroliers et gaziers, qui représentent encore 97% de l’ensemble des exportations et contribuent au PIB à hauteur de 30%, reste un problème. Néanmoins ces secteurs ont connu en 2012 des changements encourageants qui contribueront à assurer des rentrées confortables de recettes et de capitaux sur le moyen terme. L’État a fait part de son projet d’investir 80 milliards de dollars dans le secteur de l’énergie sur les cinq prochaines années afin de renforcer la production et l’exploration.

Ces dernières années, l’intérêt des investisseurs a stagné, suscitant une inquiétude quant à la capacité de l’Algérie à maintenir ses niveaux de production dans la mesure où un certain nombre de champs arrivent à maturité et devront bientôt être remplacés par de nouveaux projets. Suite à plusieurs appels d’offres peu reluisants au cours des quatre dernières années, le gouvernement a lancé en janvier un projet de révision de la loi sur les hydrocarbures de 2005, afin de rendre le secteur plus attractif pour les investisseurs étrangers.

Un projet d’amendement à la loi sur les hydrocarbures, rendu public en novembre, apporte des modifications au système fiscal et encourage essentiellement le développement de réserves non conventionnelles et offshore. Le projet de modification propose notamment d’annexer les impôts à verser par les entreprises étrangères sur les bénéfices et non plus sur le chiffre d’affaires. En plus d’avantages fiscaux, les sociétés qui investiront dans l’exploration des ressources non conventionnelles se verront accorder des licences de prospection pour une durée allant jusqu’à 11 ans et des licences d’exploitation de 40 ans pour le gaz de schiste et de 30 ans pour le pétrole de schiste. Le Conseil des ministres a examiné et approuvé le projet de loi modifiant la loi 05-07 relative aux hydrocarbures, le lundi 17 septembre 2012 qui vise à maintenir l’attractivité de l’Algérie en matière d’investissements énergétiques. Le texte est actuellement en discussion au niveau de l’Assemblée Populaire nationale (APN) et les débats principaux portent notamment sur le développement des gaz de schiste.

À l’origine de cette réforme, on peut citer non seulement l’intérêt déclinant des compagnies pétrolières internationales pour les blocs algériens ces dernières années, souvent imputé à un cadre fiscal peu attractif, mais aussi le potentiel croissant que représentent des ressources non-conventionnelles et nécessitant des technologies de pointe. L’État algérien est de plus en plus optimiste quant au potentiel des réserves de gaz de schiste pour le pays. La direction de Sonatrach estime que les réserves algériennes de gaz de schiste pourraient s’élever à 2000 milliards de mètres cube, contre 4500 milliards de mètres cube pour les réserves en gaz conventionnel. Si les réserves de gaz de schiste s’avèrent être aussi importantes que les estimations initiales l’indiquent, cela augmenterait considérablement les perspectives du pays en matière de ressources.

Si l’Europe reste le premier marché du gaz et du pétrole algériens, on assiste à l’expansion des relations commerciales du pays avec d’autres pays en développement. Par exemple, le total des exportations vers l’Asie s’est élevé à 2,03 milliards de dollars au premier trimestre 2012, soit le double de ce qui avait été enregistré à la même période l’année précédente. Début 2012, un dixième des exportations algériennes était à destination de l’Asie, faisant de celle-ci le troisième marché exportateur de l’Algérie après l’UE. L’essor de nouvelles relations commerciales import-export a été soutenu par une augmentation considérable des capitaux en provenance des marchés d’Asie de l’Est ces dernières années, notamment la Corée du Sud et la Chine, pays qui participent désormais à divers projets dans les secteurs du bâtiment et des infrastructures.

Toutefois, le gouvernement devrait également développer ses activités économiques hors pétrole s’il veut profiter pleinement de son potentiel de croissance économique, réduire le chômage et se protéger des chocs externes. L’État essaye d’augmenter la production agricole, en particulier la production de blé, avec notamment un investissement de 10 milliards de dinars (97,67 millions d’euros) au cours des trois dernières années afin de constituer des stocks de matériel et encourager la mécanisation agricole. Selon les estimations du Ministère de l’Agriculture, la récolte totale de céréales aurait atteint 5,8 millions de tonnes en 2012, contre 4,2 millions de tonnes en 2011. Sur le moyen terme, le pays va toutefois maintenir sa dépendance face aux importations pour satisfaire une demande nationale en céréales estimée à près de 7 millions de tonnes par an.

La stratégie de développement du pays fait la part belle aux services. Si en Algérie le secteur du tourisme a connu une croissance relativement lente au cours des dix dernières années par rapport à ses voisins marocain et tunisien, l’Office National du Tourisme enregistrait à la mi-octobre 2012 le chiffre d’1,3 million de visiteurs et espérait atteindre les 3 millions d’ici la fin de l’année, ce qui représenterait une hausse par rapport au chiffre de 2,5 millions de visiteurs enregistré fin 2011. Afin d’encourager le développement du secteur, l’État a débloqué 1 milliard de dollars pour rénover son parc hôtelier public sur le court terme, auxquels s’ajoute une enveloppe de 5 milliards pour la construction ,à moyen terme, de 750 hôtels répartis sur l’ensemble du pays.

Si de nombreux programmes ont été mis en place dans le but de développer l’économie hors hydrocarbures, l’Algérie reste largement dépendante des exportations de pétrole et de gaz. La politique algérienne actuelle de diversification des marchés d’exportation et de consolidation des réserves de devises devrait contribuer à protéger le pays des fluctuations de la demande extérieure, qui avaient eu un impact considérable sur les finances publiques en 2009-2010. Grâce aux prix élevés du pétrole en 2012, l’Algérie débute l’année 2013 sur de solides bases économiques. Le développement de secteurs tels que l’agriculture, le tourisme et l’industrie sera toutefois nécessaire pour que l’Algérie puisse tirer pleinement parti de son potentiel économique, réduire son chômage et améliorer le niveau de vie de sa population.

 

Algeria: Year in Review 2012

En Français

While there are structural issues that remain to be addressed, the economy performed comparatively well in 2012, despite rising inflation and the recession in Europe, Algeria’s main trade partner. The country saw GDP growth of 2.6% in 2012 – roughly average for the region – and is expected to grow further to 3.4% in 2013, according to the IMF.

In November, a review by the IMF confirmed that growth should remain solid in the near term, supported by high oil prices, strong domestic demand and an expanding non-hydrocarbons economy. Global oil prices, which averaged $109.55 per barrel in 2012, compared to $107.46 in 2011 and $77.45 in 2010, have compensated for decreased demand for energy exports and have strengthened Algeria’s financial position. The national budget requires the price of oil to be at least $110 per barrel, according to the Bank of Algeria, spurring worries of a fiscal deficit if oil prices dip.

The country’s foreign exchange reserves reached $193.7bn at the end of September, up from $188bn in the same period in 2011, creating a cushion for public spending programmes. In November the IMF projected the current account surplus to reach 8.2% of GDP by year-end 2012, but it expects that to decline to 7.1% in 2013 on the back of higher levels of government investment. In addition to boosting growth in the non-hydrocarbons economy, one of the government’s top priorities in 2013 will be to bring inflation back down from the 8.4% it reached in 2012 to the recommended target of 4-4.5%.

Dependency on the oil and gas sector, which continues to represent 97% of total exports and roughly 30% of GDP, remains a problem but nonetheless the industry saw some promising changes in 2012 which will help ensure a comfortable flow of revenues and capital in the medium-term. The state has indicated that it plans to invest $80bn in the energy sector in the next five years to boost production and exploration.

In recent years, stagnating investor interest has raised concerns about Algeria’s ability to sustain current production levels, as a number of maturing fields will need to be replaced by new projects in the near term. Following a number of lacklustre bidding rounds over the past four years, the government launched a review of the 2005 Hydrocarbons Code in January, with the view to make the sector more attractive to foreign investors.

A draft amendment of the code reforms, released in November, will revise the tax system and primarily encourage the development of unconventional and offshore reserves. Most notably, the draft proposes linking taxes on foreign firms to profits instead of turnover. In addition to tax incentives, investors in unconventional reserves exploration will be granted prospecting licences for up to 11 years and exploitation licences of 40 years for shale gas and 30 years for shale oil.

In September 2012 the Council of Ministers reviewed and approved the draft act to amend Act 05-07 law relative to hydrocarbons, which aims to maintain the attractiveness of the Algeria energy investment. The text is currently under discussion at the level of the National Popular Assembly (APN) and the key debates are targeting the development of shale gas.

The reform has been prompted not only by decreased interest from IOCs in recent years in Algerian blocks, often attributed to poor fiscal structures, but also to increased potential for technologically-challenging and non-conventional resources. Algerian officials are increasingly optimistic about the potential of the country’s shale gas reserves. Sonatrach officials estimate that shale gas reserves may be as high as 2trn cu metres, compared to the country’s 4.5trn cu metres of conventional gas reserves. If shale gas reserves turn out to be as high as initial estimates, this will significantly increase the country’s resource outlook.

While Europe remains the primary market for Algerian oil and gas, trade relationships with other developing countries are expanding. Most notably, total exports to Asia reached $2.03bn in the first quarter of 2012, double the level seen in the same period the previous year. Asia accounted for one-tenth of all Algerian exports in early 2012, making it the third-largest export market after the EU. The rise in new export and import linkages come on the back of a dramatic increase in capital flows from east Asian markets in recent years, including South Korea and China, whose companies are now active in a variety of construction and infrastructure projects.

However, the government must also work to develop the non-petroleum economy in order to take advantage of its full potential of economic growth, reduce unemployment and protect against external price shocks. The state is attempting to increase agricultural production, particularly wheat, including a AD10bn (€97.67m) investment in the past three years to boost equipment stocks and encourage mechanisation. Ministry of Agriculture officials estimated that the total grain harvest in 2012 reached 5.8m tonnes, up from only 4.2m tonnes in 2011. However, the country will remain dependent on imports in the medium term to meet the domestic demand for cereals, estimated around 7m tonnes per year.

Services are a particular focus for strategic development. While growth in the tourism sector has been slow to take off in the past decade, compared to neighbouring Morocco and Tunisia, the National Tourism Office recorded 1.3m visitors as of mid-October 2012 and projected this to rise to 3m by the end of the year, up from 2.5m at the end of 2011. To encourage development, the state has designated around $1bn to renovate state-owned hotels in the near term and announced the construction of 750 hotels nationwide for a further $5bn in the medium term.

While a number of programmes are in place to develop the non-petroleum economy, Algeria remains heavily dependent on oil and gas exports. Efforts to diversify export markets and build up foreign currency reserves should help to protect the country from fluctuations in external demand, which had a considerable impact on public finances in 2009-10. Strong oil prices in 2012 have put Algeria on solid economic footing heading into 2013, but the development of sectors such as agriculture, tourism and industry will be necessary to harness Algeria’s full economic potential, reduce unemployment and raise the standard of living.

Read Next:

In Algeria

La hausse de la production agricole rapproche l’Algérie de la sécurité...

Grâce à une augmentation de sa production agricole nationale, l’Algérie se rapproche un peu plus de son objectif d’autosuffisance alimentaire ; selon des prévisions officielles, le pays pourrait...

In Economy

Myanmar: Year in Review 2019

Despite seeing solid growth, 2019 posed some challenges for Myanmar, as the country continued with plans to liberalise its economy.

Latest

Myanmar: Year in Review 2019

Despite seeing solid growth, 2019 posed some challenges for Myanmar, as the country continued with plans to liberalise its economy.