Air Djibouti veut ouvrir une liaison stratégique air-mer

In English

Grâce au soutien d'un investisseur international, la compagnie aérienne nationale de Djibouti espère capitaliser sur l'expansion des infrastructures pour renforcer les connexions de transport internationales du pays.

Air Djibouti, la compagnie phare de Djibouti, est à nouveau opérationnelle après une faillite qui a interrompu ses opérations il y a plus de dix ans. La société a redémarré ses vols commerciaux début août avec des liaisons de fret à destination de Mogadiscio et Hargeisa. 

Selon Dawit Michael Gebre-Ab, directeur principal de la planification stratégique chez Air Djibouti, le transporteur prévoit d'étendre son réseau de vols de fret régionaux d'ici la fin de l'année afin d'inclure l'Ouganda, le Nigeria, le Soudan et le Ghana.

La société exploite actuellement un seul avion, un Fokker F27 loué au Kenyan Astral Aviation dont la charge utile est d'environ 6,5 tonnes, mais l’objectif de la compagnie est ambitieux, Air Djibouti ayant annoncé en septembre qu'elle prévoit de transporter 1 000 tonnes de marchandises d'ici fin 2015. D. Gebre-Ab a déclaré aux médias le mois dernier que l'accent sera d’abord mis sur les produits à haute valeur ajoutée tels que l'électronique, les ordinateurs portables, les pièces de rechange pour l'industrie du pétrole et les produits pharmaceutiques sensibles à la température.

Le transporteur a également le projet de s’ouvrir au transport de voyageurs dans un futur proche. Selon les médias du secteur, Air Djibouti prévoit de se faire livrer quatre ou cinq avions supplémentaires en novembre, notamment des Boeing 767 et 737, et de lancer le service de voyageurs en début d'année prochaine.

Un fort potentiel pour les investisseurs

Suite à son remaniement, Air Djibouti est une désormais une coentreprise 70/30 entre l’Autorité des ports et des zones franches de Djibouti (APZFD) et Cardiff Aviation, un fournisseur de service basé au Pays de Galles. Le partenariat a fait l’objet d’une importante couverture médiatique, et ceci pas seulement en raison de l'impact du nouveau Air Djibouti sur le secteur des transports du pays : Cardiff Aviation est en effet présidé par Bruce Dickinson, le chanteur du groupe de heavy metal britannique Iron Maiden.

Après avoir obtenu une licence de pilote dans les années 1990, B. Dickinson a piloté l'avion de son groupe lors de tournées mondiales et a depuis travaillé pour la British World Airlines et pour la compagnie charter Astraeus.

Selon les termes d'un protocole d’entente signé en mai dernier par B. Dickinson et Abubakar Omar Hadi, président  de l’APZFD, Cardiff Aviation gèrera le certificat de transporteur aérien européen d'Air Djibouti (autorisation accordée par les autorités de l'aviation aux transporteurs pour l’exploitation commerciale), aidera la compagnie aérienne à acquérir des avions et offrira un soutien pour la gestion opérationnelle. La société va également assurer la maintenance ainsi qu’un service de réparation et de révision depuis son siège au Pays de Galles.

Selon B. Dickinson, « Djibouti est particulièrement bien placé pour représenter une plaque tournante de l'investissement en Afrique de la part des pays d'Europe, du Moyen-Orient et d'Asie», décrivant le pays aux médias comme « l'un des marchés de l'aviation les plus passionnants au monde ».

Une hausse des investissements en infrastructures

Le lancement de la nouvelle compagnie aérienne, après la faillite de 2002, entre dans le cadre d'un effort plus large de Djibouti visant à accroître sa part du transport régional de passagers et de marchandises.

Le pays sert déjà de passerelle pour l'Ethiopie, il représente en effet environ 90 % du volume des échanges commerciaux éthiopiens. Les investissements dans des liaisons multimodales ainsi que dans des ports en eau profonde et des voies ferrées sont cependant considérés comme cruciaux pour étendre l’activité. Environ 60 % du commerce maritime mondial passe par les voies maritimes situées à proximité, selon A. Hadi, et les pays enclavés d'Afrique orientale offrent un marché d’environ 400 millions de consommateurs.

La demande commerciale régionale augmentant de plus en plus grâce au taux de croissance du PIB (la croissance moyenne annuelle étant de 5 % à Djibouti et de près de 10 % en Ethiopie au cours des cinq dernières années) et les volumes d’échanges s’étant accrus entre les marchés asiatiques et africains, l'investissement continu dans les infrastructures de transport devrait permettre au pays d'améliorer l'efficacité et de résoudre ses problèmes actuels de capacité.

Dans une déclaration datant du mois d’août, A. Hadi a mentionné qu'une liaison air-mer à Djibouti pourrait réduire le temps de transport de marchandises de Shanghai à Abuja de 75 à 20 jours.

Planifier à l'avance

Le lancement du transport de voyageurs par Air Djibouti permettrait également de soutenir les efforts du gouvernement pour développer le secteur du tourisme naissant du pays, décrit comme un domaine à fort potentiel de croissance dans une étude réalisée par la Banque mondiale en 2013.

Le rapport conclut que le nombre de touristes (50 000 par an en 2013) pourrait être dix fois supérieur en 2030, à condition que les obstacles à la croissance, tels que l'inaccessibilité du pays par voie aérienne, aient été résolus.

Le tourisme pourrait bénéficier d’un nouvel élan grâce au transport de voyageurs d'Air Djibouti, la compagnie prévoyant de proposer des vols d'ici la fin du premier trimestre 2016, en desservant d'abord Londres et Paris puis en proposant à terme des vols vers l'Inde, Canton, la Chine et Miami via Lagos, a déclaré B. Dickinson à la presse du secteur mi-octobre. La société prévoit de desservir Londres et Paris avec deux Boeing 737, avant la mise en service du 767-200ER en milieu d’année.

Afin d’accompagner la future hausse de la capacité de transport aérien et du volume touristique, l'investissement dans les infrastructures aéroportuaires est monté en puissance, deux aéroports étant en cours de construction pour un montant total de 600 millions de dollars. Ils sont financés par la China Civil Engineering Construction Cooperation, une filiale l’entreprise publique CRCC.

Le premier aéroport, situé à 25 km au sud de la ville de Djibouti, aura une capacité annuelle de 1,5 million de passagers à son ouverture en 2018 et sera capable de transporter 100 000 tonnes de marchandises par an. La seconde installation, située dans le nord du pays, devrait ouvrir l'année prochaine. Elle possèdera une capacité initiale de 350 000 passagers et pourra atteindre 767 000 d'ici à 2021.

Ces nouveaux aéroports devraient multiplier la capacité du pays par huit. L’aéroport actuel, l’Aéroport international Ambouli, situé près de la capitale, voit transiter environ 250 000 passagers par an, selon les rapports des médias.

 

 

Air Djibouti to provide strategic sea-air link

En Français

With support from an international investor, Djibouti’s re-launched national airline hopes to capitalise on expanding infrastructure to further strengthen the country’s international transport connections.

Djibouti's flagship carrier, Air Djibouti, is back up and running following a bankruptcy that halted operations more than a decade ago. The company restarted commercial flights in early August, with freight connections to Mogadishu and Hargeisa.

According to Dawit Michael Gebre-Ab, senior director of strategic planning at Air Djibouti, the carrier plans to expand its network of regional cargo flights by the end of the year to include Uganda, Nigeria, Sudan and Ghana.

The company currently operates just one airplane – a Fokker F27, leased from Kenya's Astral Aviation – which has a payload of around 6.5 tonnes, but the flight schedule is an ambitious one, with Air Djibouti announcing in September that it aims to transport 1000 tonnes of freight by the end of 2015. The initial focus will be on high-value goods, such as electronics, laptop computers, spare parts for the oil industry and temperature-sensitive pharmaceutical goods, Gebre-Ab told media last month.

The carrier also has plans to expand into passenger operations in the near future. According to industry press, Air Djibouti plans to take delivery of an additional four or five aircraft in November, including Boeing 767 and 737 models, with plans to launch passenger services early next year.

High-profile investor interest

The revamped Air Djibouti is a 70:30 joint venture between the Djibouti Ports and Free Zones Authority (DPFZA) and Wales-based service provider Cardiff Aviation. The partnership has attracted significant press coverage, and not just because of the impact the new Air Djibouti will have on the small country’s transport sector: Cardiff Aviation is chaired by Bruce Dickinson, lead singer of the British heavy metal band Iron Maiden.

After obtaining a pilot's licence in the 1990s, Dickinson flew his band’s plane during world tours and has since worked for British World Airlines and the charter airline Astraeus.

Under the terms of a memorandum of understanding signed by Dickinson and DPFZA chairman Abubakar Omar Hadi in May, Cardiff Aviation will manage Air Djibouti's European-level air operator's certificate — the approval granted by aviation authorities that allows carriers to operate commercially — as well as help the airline acquire aircraft and offer operational management support. The company will also provide maintenance, repair and overhaul support services from its base in Wales.

According to Dickinson, “Djibouti is uniquely placed to provide a hub for investment from Europe, the Middle East and Asia into Africa,” describing the country as “one of the most exciting aviation markets in the world,” to media earlier this year.

Broader push for infrastructure investment

The launch of the new flag carrier, following the 2002 bankruptcy, comes as part of a broader effort by Djibouti to expand its share of regional passenger and freight traffic.

The country already serves as the primary gateway for Ethiopia, accounting for around 90% of its neighbour’s trade volumes, but investments in multimodal connections, along with deepwater ports and railways, are seen as crucial to increasing activity. Roughly 60% of global maritime trade passes through nearby shipping lanes, according to Hadi, and landlocked East African countries promise a consumer market of some 400m people.

With regional demand for trade increasing on the back of high GDP growth rates – with an average annual growth of 5% in Djibouti and nearly 10% in Ethiopia over the last five years – as well as increased trade volumes between Asian and African markets, ongoing investment in transport infrastructure should allow the country to improve efficiency and solve current capacity issues.

Speaking in August, Hadi noted that a sea-air link in Djibouti could reduce freight transport time from Shanghai to Abuja from 75 to 20 days.

Planning ahead

The launch of passenger services by Air Djibouti would also support government efforts to develop the country’s nascent tourism sector, which was highlighted as an area with significant growth potential in a 2013 study by the World Bank.

The report concluded that the number of tourists – 50,000 per year at the time – could rise ten-fold by 2030, provided that barriers to growth, such as inaccessibility by air, were addressed.

Tourism could receive a further boost from Air Djibouti’s passenger services, with the carrier planning to launch flights by the end of the first quarter of 2016, initially serving London and Paris and eventually offering routes to India, Guanghou, China, and Miami via Lagos, Dickinson told industry press in mid-October. The company plans to service the London and Paris routes with two Boeing 737s, before introducing the 767-200ER mid-year.

To keep ahead of the expansion in airline capacity and potential for higher tourist volumes, investment in airport infrastructure is ramping up, with two airports currently under construction for a combined $600m, funded by the China Civil Engineering Construction Cooperation, a subsidiary of the state-owned CRCC.

The first airport, located 25 km south of Djibouti City, will have an annual capacity of 1.5m passengers when it opens in 2018 and will be able to transport 100,000 tonnes of cargo per annum. The second facility, located in the north of the country, is scheduled to open next year, with a 350,000-passenger capacity that will scale up to 767,000 by 2021.

Together, the new airports are expected to increase the country’s capacity eight-fold. The country’s current airport, Djibouti-Ambouli International, located near the capital, handles roughly 250,000 passengers per year, according to media reports.

 

Oxford Business Group is now on Instagram. Follow us here for news and stunning imagery from the more than 30 markets we cover.

Covid-19 Economic Impact Assessments

Stay updated on how some of the world’s most promising markets are being affected by the Covid-19 pandemic, and what actions governments and private businesses are taking to mitigate challenges and ensure their long-term growth story continues.

Register now and also receive a complimentary 2-month licence to the OBG Research Terminal.

Register Here×

Read Next:

In Djibouti

Djibouti : Bilan de l’année 2019

Les projets d’infrastructures en cours et la hausse des activités commerciales, entre autres, ont permis à Djibouti, qui continue de se positionner comme plateforme logistique régionale, d’...

In Transport

How can Gulf airlines persuade coronavirus-wary passengers it is safe...

As countries within the Gulf begin a gradual easing of Covid-19-related movement restrictions, the revival of the region’s aviation sector has come into focus. Effective recovery strategies will...

Latest

Can mining exports lift Peru out of its Covid-19 economic slump?

Peru’s response to Covid-19 won the country international plaudits in the early stages of the pandemic, thanks to its extensive testing regime and regional benchmark stimulus package. As countries...